Rencontre exceptionnelle avec une cacique amérindienne du Brésil et projection en avant-première du documentaire Terra libre

Lieu : Amphi Pierre Daure - Université de Caen (Campus 1)
Début : 12/04/2019 - 20:00
Responsable(s) scientifique(s) : Emilie Gaillard

Le pôle Risques de la MRSH organise, en collaboration avec le cinéma Lux, la projection du film documentaire Terra libre de Gert-Peter Bruch (Production Planète Amazone) qui raconte trente années de résistance des peuples indigènes, engagés pour leur survie et celle de l’humanité toute entière. Cette projection sera suivie d’une rencontre avec la cacique Tanoné du peuple Kariri-Xocó, en visite en France du 5 au 20 avril, et Sabah Rahmani, à l’occasion de la sortie de son ouvrage Parole des peuples racines. Plaidoyer pour la Terre (Actes Sud).

L’aventure humaine est à la croisée des chemins. Le réchauffement climatique s’accélère, la biodiversité mondiale s’effondre, les Etats semblent impuissants depuis le Sommet de la Terre de Rio en 1992 à prendre les mesures qui s’imposent. Terra Libre, à la fois carnet de bord et enquête, s’attache, sur près de quatre ans, aux pas du légendaire Chef indigène Raoni Metuktire. L’accompagner et découvrir la nouvelle garde des sentinelles de la planète, c’est effectuer une immersion bouleversante au coeur d’enjeux planétaires, d’un Sommet emblématique de l’ONU à l’autre (Rio+20 et la COP 21). La vision et l’appel à l’Alliance des chefs indigènes amazoniens à protéger les générations futures sont un espoir et une inspiration pour l’humanité.

Projection suivie d’une rencontre avec le réalisateur Gert-Peter Bruch ainsi que Ivanice Pires Tanone, femme cacique du peuple Kariri-Xocó, l’une des rares leaders féminines indigènes du Brésil et Sabah Rahmani, à l’occasion de la sortie de son ouvrage Parole des peuples racines. Plaidoyer pour la Terre (Actes Sud). Soirée animée par Emilie Gaillard (Sciences Po Rennes, co-directrice du pôle Risques de la MRSH)

  • PROJECTION

TERRA LIBRE - L’histoire mondiale d’un combat pour la vie

Un film de Gert-Peter Bruch (125’)

Ravagée par notre modèle de développement prédateur, l’Amazonie, poumon vert de la planète, est à l’agonie. Sa disparition et celle des autres environnements naturels menacés, ne laisseraient aucune chance à la lutte contre le réchauffement climatique, qui effraie à juste raison la communauté internationale. Sentinelles de cette ultime frontière avant le chaos, les peuples indigènes sont engagés dans une mobilisation sans précédent pour survivre et tenter de nous sauver, malgré nous.

Ce film raconte leur combat, à travers duquel ne se joue rien moins que le sort de l’humanité. TERRA LIBRE n’est pas seulement un cri d’alarme, c’est un appel à l’éveil des consciences, avec les gardiens du monde vivant pour guides.

C’est en 2014 que Gert-Peter Bruch, réalisateur et fondateur de Planète Amazone, a initié la production de TERRA LIBRE (Terre Libre), imaginé comme un long métrage de référence sur la mobilisation internationale des peuples indigènes du Brésil, dont le célèbre Cacique Raoni Metuktire, l’un des fils conducteurs de son récit.

TERRA LIBRE est un plaidoyer pour la reconnaissance des droits de la nature et celui du crime d’écocide, qui permettraient de protéger de façon efficace les écosystèmes et le climat et donc de protéger l’humanité présente et future.

Bande annonces et extraits du film : http://planeteamazone.org/category/terra-libre/videos/

  • RENCONTRE


Projection suivie d’une rencontre avec :

  • le réalisateur Gert-Peter Bruch

 

  • Ivanice Pires Tanoné, femme cacique du peuple Kariri-Xocó, l’une des rares leaders féminines indigènes du Brésil

 

  • Sabah Rahmani, à l’occasion de la sortie de son ouvrage Parole des peuples racines. Plaidoyer pour la Terre (Actes Sud).


Soirée animée par Emilie Gaillard (Mâitre de conférences en Droit, Sciences Po Rennes, co-directrice du pôle Risques de la MRSH).

100 jours du président Bolsonaro - venue exceptionnelle en France d’une cacique amérindienne du brésil

Le monde retient son souffle depuis que le Brésil a choisi pour Président Jair Bolsonaro. Elu au moment même où les curseurs climatiques s’affolent, il cible violemment les minorités et en particulier les indigènes, menaçant leur culture, les écosystèmes dont ils dépendent, et même, dans le cas des derniers peuples non contactés, leur survie. Avant son élection Bolsonaro a déclaré que « les indiens n’auront plus 1cm de terres en plus » et qu’ils vivent sur leurs terres « tels des animaux dans des « zoos ». Le jour même de son investiture, il a placé sous tutelle du ministère de l’Agriculture la démarcation des terres indigènes. Celles-ci sont désormais à la merci de l’agro-business, de l’industrie minière et des grands complexes de barrages, en violation de la Constitution de 1988 et de la Convention 169 de l’OIT, ratifiée par le pays. Depuis, jamais le sang de leaders indigènes et d’écologistes n’a autant coulé...

Ivanice Pires Tanoné, l’une des seules femmes caciques (cheffe de tribu) du Brésil, est la première indigène à se rendre en France depuis la prise de fonction de Bolsonaro. Durant cette visite qui marquera les 100 premiers jours du « Trump tropical », elle entend interpeller l’opinion publique, les élus et les juridictions internationales. La cacique Tanoné, 64 ans, représente son peuple Kariri Xocó (situé au nord-est du pays) depuis plus de 30 ans auprès des instances officielles et lors des grandes mobilisations indigènes, telles que le Campement Terre Libre (qui se tiendra fin avril). Gardienne de la nature, elle replante des arbres, seule, sur les derniers hectares de forêt sacrée des terres de son peuple et lutte inlassablement et avec sagesse contre la déforestation et l’assèchement du fleuve San Francisco.

En France, la cacique Tanoné portera également la voix de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature, un mouvement pour la paix, la justice climatique et les générations futures lancé au moment de la COP 21 par soixante représentants indigènes et écologistes, parmi lesquels le cacique Raoni Metuktire, Paul Watson ou encore Nicolas Hulot. Invitée par Planète Amazone et les éditions Actes Sud, elle assurera la promotion de l’ouvrage Paroles des peuples racines - Plaidoyer pour la Terre de Sabah Rahmani.

À partir de récits inédits recueillis auprès de dix-neuf représentants de peuples racines venus de tous les continents, ce livre réunit leurs voix. Ils sont Papou, Massaï, Maori, Pygmée, Peul, Touareg, Sami, Kanak, Kayapó, Kogi, Mapuche… ils témoignent tous d’une sagesse et d’une volonté d’agir en faveur de la nature et des cultures.

Ce livre sera proposé à la vente par la libraire Brouillon de culture.

Réservation en ligne

Evenement Facebook