Les risques du transhumanisme sont-ils ceux dont on parle ?

Lieu : MRSH - Salle des Actes Sh 027
Début : 06/03/2018 - 14:00
Fin : 06/03/2018 - 17:00
Responsable(s) scientifique(s) : Frederick Lemarchand

Dans les débats sur les promesses du transhumanisme on  questionne l’immortalité, le contrôle de l’ humanité par la machine intelligente, ou la modification de notre génome. Il faudrait plutôt s’interroger respectivement sur le rapiéçage des corps et ses limites, la manipulation par quelques humains de mécanismes puissants et obéissants, ou la sélection itérative de nos enfants. Ces perspectives sont déjà d’actualité sans faire réellement débat. Concevoir le transhumanisme comme l’exacerbation illimitée du progrès médical permettrait de remettre en cause certaines pratiques actuelles.

Jacques Testart est l’auteur des premières « mères porteuses » chez les bovins (1972) puis, avec son équipe biomédicale, des premiers succès en France de la fécondation in vitro humaine (1982), de la congélation de l’embryon humain (1986), et de la fécondation in vitro humaine avec injection du spermatozoïde (1994). Il est le père scientifique du premier bébé éprouvette français, Amandine, née le 24 février 1982.

Jacques Testart a ensuite écrit plusieurs ouvrages où les propositions techniques de la biomédecine sont analysées et critiquées, ainsi que de très nombreux articles dans la presse où il expose ses prises de positions scientifiques et éthiques. Il se définit lui-même comme un « critique de science ».

Entrée libre