l m m j v s d
 
 
 
 
 
1
 
2
 
 
 
 
 
 
 
9
 
10
 
 
 
 
 
15
 
16
 
17
 
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
 
25
 
 
 
 
29
 
30
 
Rdv

Colloque

  • Lieu : Centre Culturel de Cerisy
    Début : 19/08/2019 - 09:00
    Fin : 26/08/2019 - 18:00
    Responsable(s) scientifique(s) : J. Anselmini/C. Schopp

    L'Éros proprement amoureux de Dumas, qui le poussa à accumuler sa vie durant conquêtes et maîtresses, est la figure emblématique d'une énergie vitale et d'un désir de littérature et d'action qui n'a pas, en tant que tel, fait l'objet d’une suffisante attention.

    Ce colloque — le premier qui, à la veille des cent cinquante ans de la mort de l'écrivain, le fera entrer à Cerisy — vise ainsi à explorer l'Éros dumasien dans ses divers aspects et ses multiples enjeux, selon trois directions privilégiées. D'abord, le désir amoureux et érotique, sa représentation, sa productivité et sa portée dans les différents genres illustrés par Dumas (théâtre, romans, contes, récits de voyages, autobiographie, causeries, etc.). Ensuite, et plus largement, le désir comme origine et foyer de la création dumasienne, et tel qu'il permet d'en comprendre la fécondité, la variété, mais aussi les modes d'énonciation et de réception. Enfin, les empreintes du désir chez les descendants (biologiques et littéraires) de Dumas ; comment les motifs sentimentaux et l'érotisme façonnent l'imaginaire dumasien, manifesté et fantasmé par les réécritures, les adaptations ou les suites de ses œuvres (comme le D'Artagnan amoureux de Roger Nimier, auquel le titre du colloque adresse un clin d'œil).

    Cette rencontre, qui réunira les meilleurs spécialistes du sujet, s'ouvrira à tous les lecteurs amoureux de Dumas.

    COMMUNICATIONS (suivies de débats) :

    * Karl AKIKI: 5 Shades of Dumas
    * Julie ANSELMINI: Dumas, écrivain de l'amour fou
    * Michel BRIX: Dumas et les amours de Nerval
    * Anne-Marie CALLET-BIANCO: Les "wedding comedies" de Dumas
    * Sandrine CARVALHOSA: La fabrique médiatique du désir d'auteur: le cas d'Alexandre Dumas
    * Philippe CHANIAL: Amour et utopies chez Dumas
    * Barbara COOPER: Amours ardents et sombres: l'amour sous toutes ses formes dans Lorenzino (1842)
    * Marc DAMBRE: Nimier chez Dumas: amours de lecture?
    * Helena DEMIRDJIAN: Naples et Dumas: un cheminement amoureux
    * Daniel DESORMEAUX: L'amour nègre chez Alexandre Dumas
    * Lise DUMASY: L'amour, la mort et le destin au prisme du roman historique dumasien
    * Dominique de FONT-RÉAULX: Décors pour un bal masqué, désirs de la représentation
    * Martine LAVAUD: Iconographie de l'auteur amoureux
    * Sylvain LEDDA: L'amour et la mort dans le théâtre de Dumas
    * Maxime PREVOST: Le désir séculaire: les XVIe et XVIIe siècles contrastants de Dumas
    * Valery RION: Aimer la mort, aimer Méduse: l'éros dumasien dans les récits fantastiques
    * Isabelle SAFA: Éros et Clio: l'amour comme principe de production de l’histoire
    * Angels SANTA: Le sentiment amoureux dans Mémoires d'un médecin: l'exemple de la comtesse de Charny
    * Claude SCHOPP: Les deux amours d'Alexandre Dumas
    * Marianne SCHOPP: L'amour paternel de Dumas
    * Nathalie SOLOMON: Impressions de voyage et sentiment amoureux: "J'en ferai un volume"
    * Giulio TATASCIORE: Le brigand amoureux, une figure de l'imaginaire dumasien

    Pour en savoir davantageCentre Culturel International de Cerisy

  • Lieu : Université de Caen / MRSH : salle sh 027, amphithéâtre et hall d'exposition
    Début : 11/12/2019 - 09:00
    Fin : 13/12/2019 - 18:00
    Responsable(s) scientifique(s) : Philippe Fleury

    ______________

    L’Université de Caen mène depuis 1994 un travail de restitution virtuelle de la Rome du IVe s. ap. J.-C. Ce colloque a pour but de réunir des spécialistes de la topographie et de l’urbanisme de la Rome antique pour conforter le travail déjà réalisé et ouvrir de nouvelles voies. Il s’agit aussi d’identifier le site caennais comme une référence dans ces domaines. Parmi les thèmes abordés : la présence de bâtiments dégradés dans la Rome impériale, les édifices chrétiens au début du IVe siècle, la complétion du modèle virtuel.

  • Lieu : MRSH : Amphi - Salle des Actes - Salle des thèses
    Début : 12/09/2019 - 09:00
    Fin : 14/09/2019 - 18:00
    Responsable(s) scientifique(s) : M.-H. Boblet / S. Bréan
    Le congrès international de la SELF XX-XXI Modes de Présence et Fonctions de l'écrivain dans la cité se tiendra à l’Université de Caen du 12 au 14 septembre 2019, co-organisé par Marie-Hélène Boblet et Simon Bréan (Paris IV Sorbonne). se fixe pour objectif de réfléchir aux figures et postures des écrivains des XXe et XXIe siècles, à ce qui fait l’autorité de leur travail dans un espace public d’expression et de communication de plus en plus complexe et problématique.
    Depuis la fin du XXe siècle et le début du XXIe siècle, les modes de présence des écrivains et les modalités de leurs interventions dans la cité se sont modifiés. Le 2e Congrès de la Société d’étude de la littérature de langue française XX-XXI se donne pour objectif d’identifier et d’analyser les nouvelles pratiques et les configurations contemporaines, afin de les replacer dans le temps long de l’histoire littéraire du XXe siècle.
    Passé le temps des macro-idéologies, l’engagement ne paraît plus de mise, mais les écrivains n’ont pas pour autant déserté la cité. Les œuvres témoignent de multiples modalités d’écriture impliquée. Le théâtre comme le roman continuent de s’emparer de questions de société, qu’il s’agisse de problématiques sociales aiguës - comme le devenir de la question ouvrière -, la précarisation des emplois, de questions éthiques, en lien avec l’usage des technologies, ou encore d’un retour sur des passés qui n’en finissent pas de passer. Les littératures moins légitimes, roman policier ou science-fiction, y trouvent d’ailleurs des opportunités d’insertion dans le débat public. L’implication des écrivains est également souvent synonyme d’une pratique de terrain, résultant d’enquêtes approfondies et d’immersion, ou d’une expérience professionnelle influant sur le geste scriptural. Cela nous invite à nous interroger sur le rôle que peut, ou veut, encore jouer l’écrivain : témoigner d’une réalité, proposer une alternative, accompagner une cause militante… 
    De plus, ce questionnement porté sur la configuration contemporaine du champ littéraire doit permettre de réexaminer à nouveaux frais auteurs et œuvres du XXe siècle, en interrogeant en fonction de l’horizon actuel des lettres les causes littéraires et les causes de la littérature : ce que signifie prendre part à la vie de la cité dans, et depuis, le champ littéraire.
     
    En effet, quelles ont été les évolutions dans la manière dont se construit l’identité, l’autorité, voire l’auctorialité des écrivains français ? L’émergence de nouvelles technologies de l’information et des réseaux sociaux pourrait sembler avoir marqué une rupture à cet égard, en modifiant les conditions d’accès aux discours et à la figure de l’auteur, ainsi qu’en permettant à chacun de se faire critique (par le biais des blogs ou plus récemment des chaînes vidéo des « Booktubeurs »), ou d’intégrer des communautés d’écritures (telles que wattpad), plus ou moins dérivatives, prolongeant le rapport à des auteurs ou des œuvres par le biais de fanfictions. Les écrivains ne sont pas les derniers à s’emparer de ces instruments nouveaux, pour établir une relation spécifique à leurs lecteurs ou pour tester par eux-mêmes ce que les supports numériques ouvrent comme perspectives à l’écriture. 
    Il reste que ces phénomènes médiatiques, dont il est encore nécessaire de prendre toute la mesure, ne sont pas strictement contemporains. Ils s’inscrivent dans une tendance de longue durée : l’importance de la presse, de la radio et de la télévision pour faire connaître et installer durablement la présence des écrivains dans l’espace public est indéniable ; là encore, en réinterroger les modalités historiques en fonction des questionnements actuels permettra sans doute de jeter de nouvelles lumières sur la manière dont la légitimité littéraire se construit depuis plus d’un siècle.
     
    La légitimité en question concerne au premier chef les écrivains francophones dont la place et l’influence n’a cessé de croître. Au sein des études postcoloniales, le francophoniste Bernard Mouralis montre la corrélation étroite entre le principe du territoire et la volonté de la part des écrivains d’inventer, au sein d’un champ littéraire autonome, un autre système de reconnaissance et de consécration. Enfin, à la faveur des cultural studies, s’est récemment développée une approche transculturelle de l’engagement littéraire.
     
    Ce congrès se fixe pour objectif de réfléchir aux figures et postures des écrivains des XXe et XXIe siècles, à ce qui fait l’autorité de leur travail dans un espace public d’expression et de communication de plus en plus complexe et problématique.
     

    Fichier(s) à téléchargerProgramme Congrès de la SELF XX-XXI

Pages

Facebook icon