l m m j v s d
 
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
 
 
8
 
 
10
 
11
 
12
 
 
14
 
15
 
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
 
 
 
 

Message d'état

On recense 13 ouvrages enregistrés dans la base au cours des 14 dernières semaines.

Derniers ouvrages parus

Book practices & textual itineraries, 8 : A. S. Byatt, before and after 'Possession', recent critical approaches

Cliquez pour agrandir l'image Possession: A Romance is a novel that now holds an overwhelming position in literary criticism and in A. S. Byatt's bibliography. With the award of the Booker Prize in 1990, Byatt's writing career entered a new phase indeed, as Possession received praise from critics and readers as well as attention from academics. Although unique in Byatt's oeuvre, Possession nevertheless contains distinct Byattian traits that can be found in the rest of her production, hence our choice to reexamine Possession twenty-five years on and to look at Byatt's work through the prism of this particular novel. Most of the articles collected in this volume thus consider Possession on its own or in relation with earlier and later works of fiction. [source : site éditeur]

sous la dir. de Armelle PAREY, Isabelle ROBLIN

Nancy, Presses universitaires de Nancy - Éditions universitaires de Lorraine, DL 2017, (Regards croisés sur le monde anglophone) , 199 p., issn 1955-4583, isbn 978-2-8143-0329-4


L'infini commence ici : l'oeuvre d'Henri Raynal

Cliquez pour agrandir l'image La dernière publication de l'essayiste, poète et critique d'art, Henri Raynal, Cosmophilie. Nouvelles locales du tout (2016) rappelait l'importance et l'opportunité de sa parole littéraire et philosophique. Sa pensée, luttant contre la réduction univoque du sens et de toute doxa, exerce contre les fastes du nihilisme une puissance que Breton eût dite « magnétique », fondée sur le sentiment de la dignité de notre condition, et de « l'honneur d'être ». En ces temps de turbulences voire de détresse, Henri Raynal nous propose de porter haut une culture de la vie qui en passe par la richesse de l'étonnement, la réhabilitation des apparences, l'admiration de la réalité sensible et intelligible. L'émerveillement, loin d'être l'antithèse de l'attitude scientifique, la fonde et la prolonge. À la gratitude pour la prodigalité du monde répond la générosité du geste esthétique et poétique vécu comme témoignage en faveur de l'existence dans son immanence. Les études rassemblées dans L'Infini commence ici témoignent de la façon dont la sagesse d'Henri Raynal se livre dans une écriture singulière, volontiers métaphorique et hyperbolique, où rayonne cette pensée de la chance de vivre et où résonne l'espoir de « retrouver l'océan ». La richesse du volume tient à la diversité des approches : les contributions d'auteurs issus de divers horizons ? littéraires, philosophiques, sociologiques et artistiques ? permettent de donner la mesure de l'oeuvre d'Henri Raynal, et de rendre hommage, dans un geste de contre-don, à cet écrivain de l'émerveillement et du faire-part. [source : site éditeur]

sous la dir. de Marie-Hélène BOBLET, Belinda CANNONE

Nantes, Editions nouvelles Cécile Defaut, 2018, 232 p. , isbn 9782350193930


Récits de spectateurs : raconter le spectacle, modéliser l'expérience, XVIIe-XXe siècle

Cliquez pour agrandir l'image Comment parler des spectacles que l'on a vus ? Comment mettre en mots une expérience qui s'inscrit dans l'intimité la plus profonde et qui se partage en société dans une pratique culturelle ritualisée ? Si dans les vingt dernières années, la question du spectateur a de plus en plus occupé les chercheurs, tantôt pour construire une anthropologie de l'expérience théâtrale, tantôt pour définir sa position, son rôle et son " action ", d'ordre critique et politique, cet ouvrage collectif s'intéresse aux processus de verbalisation de son expérience. Des spécialistes d'études théâtrales et de littératures française et européenne interrogent la construction d'un récit par le spectateur de ce qu'il voit, construction qui est déjà une réponse au spectacle, une interprétation où l'évaluation critique, la mémoire, l'imagination, voire le désir s'entremêlent. Au fil des trois parties de ce livre ("Raconter l'expérience du spectacle", "Façons d'être spectateur et genres de récit", et "Inventer le spectacle par le récit"), les quatorze études réunies ici témoignent de la force créatrice des discours par lesquels on s'affirme comme amateur de spectacles et où l'on se les approprie jusqu'à les réinventer. [source : 4e de couv.]

sous la dir. de Fabien CAVAILLÉ, Claire LECHEVALIER

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018, (Le Spectaculaire Arts de la scène) , 248 p., issn 2493-5689, isbn 978-2-7535-5909-7


Rhythms of Revolt. European Traditions and Memories of Social Conflict in Oral Culture

Cliquez pour agrandir l'image The culture of insurgents in early modern Europe was primarily an oral one; memories of social conflicts in the communities affected were passed on through oral forms such as songs and legends. This popular history continued to influence political choices and actions through and after the early modern period. The chapters in this book examine numerous examples from across Europe of how memories of revolt were perpetuated in oral cultures, and they analyse how traditions were used. From the German Peasants' War of 1525 to the counter-revolutionary guerrillas of the 1790s, oral traditions can offer radically different interpretations of familiar events. This is a ?history from below', and a history from song, which challenges existing historiographies of early modern revolts. [source : site éditeur]

sous la dir. de Éva GUILLOREL, David HOPKIN, William G. POOLEY

Abingdon, Routledge, 2018, 408 p., isbn 9781138205048


Cartulaire de Guillaume Osber

Cliquez pour agrandir l'image Le cartulaire de Guillaume Osber, Seigneur de Tesson, à Brucheville, est entré aux Archives départementales de la Manche après un achat, en 2009. Conservé dans la collection des registres de petits formats sous la cote 5 J84, le manuscrit contient 167 actes qui concernent en particulier La Hague et le Plain dans le Cotentin, et couvrent une période allant de la Saint-Martin d'été 1300 au 3 juillet 1454. [source : 4e de couv.]

Eric BARRÉ

Saint-Lô, Archives départementales de la Manche, 2018, (Sources inédites sur l'histoire du département de la Manche) , 319 p., isbn 978-2-86050-034-0


La subordination en français vernaculaire

Cliquez pour agrandir l'image

sous la dir. de Pierre LARRIVÉE, Florence LEFEUVRE

Langue française ; 196, 2017-12, Malakoff, Armand Colin, 2017, 122 p. , issn 0023-8368, isbn 978-2-200-93112-4


L'expression adjective et adverbiale de la totalité

Cliquez pour agrandir l'image Le présent ouvrage est consacré à l'expression de la totalité en français, notion abordée ici par le biais des adjectifs ainsi que des adverbes et locutions adverbiales. Grâce à une étude systématique des différences sémantiques entre quasi-synonymes, différents modes de construction de la totalité sont mis au jour. Ainsi, complet et complètement ne construisent-ils pas la totalité de la même façon que entier et entièrement, total et totalement ou intégral et intégralement. De là, des différences d'emploi régulièrement attestées (une boîte de crayons complète / ?intégrale; un chapitre entier / ?total; perdre complètement / ?intégralement espoir). La totalité peut aussi bien concerner des entités désignées par des noms que des procès exprimés par des expressions verbales. Dans le premier cas, la construction de la totalité dépend du caractère massif, collectif, ... du nom; dans le second cas, c'est l'(a)télicité et la ponctualité du procès qui se révèlent déterminants. L'expression de la totalité est également étudiée au niveau énonciatif; elle est alors marquée par des locutions adverbiales construites sur la base tout(N) + participe passé (tout compte fait, tout bien considéré, ...), lesquelles jouent un rôle déterminant dans la structuration du discours et du texte. Cet ouvrage s'adresse à tous ceux, chercheurs et étudiants, que les notions de totalité, quantification et intensité mais aussi, et plus généralement, les fonctionnements des adjectifs et des adverbes intéressent. [source : site éditeur]

Véronique LENEPVEU, Catherine SCHNEDECKER

Leuven ; Paris, Peeters, 2017, (Collection Linguistique de la Société de linguistique de Paris ; 103 ) , 414 p. , isbn 978-90-429-3544-0


Sous la glace et les débris du temps. Front de l'Est et bombardements en Europe

Cliquez pour agrandir l'image Ce deuxième volume de la collection Archives plurilingues et Témoignages est consacré au front de l'Est et aux bombardements en Europe. De la guerre éclair à l'occupation du territoire soviétique, du massacre de Babi Yar au siège de Leningrad, selon le point de vue des militaires ou des civils, du haut d'un bombardier ou sous un déluge de bombes en Grande-Bretagne, en France, en Italie ou en Allemagne, cet ensemble d'études sur la Seconde Guerre mondiale assume délibérément la multiplicité des expériences vécues au niveau individuel pour recomposer une nouvelle perspective, reconstituer une expérience collective dont l'interprétation n'est pas donnée a priori, mais émerge au coeur des faits, dans l'immédiateté de leur surgissement, dans le désordre et l'entropie de la vie et du récit des hommes. [source : 4e de couv.]

sous la dir. de Viviana AGOSTINI-OUAFI, Caroline BERENGER

Paris, L'Harmattan, 2017, (Archives plurilingues et témoignages) , 360 p., isbn 978-2-35260-141-8


Identité et discours. Approche méthodologique de l'ethos discursif

Cliquez pour agrandir l'image De plus en plus, les entreprises et les institutions demandent aux individus qu'elles encadrent de savoir décrire leurs activités, leurs métiers, leurs projets professionnels. Cette exigence est devenue explicite dans les situations de recrutement, d'évaluation, de formation, ou encore dans le cadre des démarches qualité, et dans toutes les procédures de contrôle et de rationalisation du travail. Les chercheurs en sciences humaines et sociales prennent aujourd'hui la mesure de ces phénomènes discursifs et sont de plus en plus sensibles au fait que s'emparer du discours des acteurs, c'est en grande partie se confronter à des productions de soi, à du travail identitaire. Dans de nombreuses disciplines des sciences humaines et sociales, les travaux portent en effet sur la manière dont les individus se produisent comme personnes sociales dans leurs environnements socioprofessionnels, sur la manière dont ils construisent leur image, pour eux-mêmes et pour autrui, et sur la façon dont ils rendent compte de leurs activités et de leurs compétences professionnelles. Le but de cet ouvrage est donc de proposer des outils, théoriques et méthodologiques, simples à mobiliser et modulables, pour rendre compte de cette épaisseur du discours. Son originalité et son intérêt résident dans la manière de définir et d'étudier le travail de production de soi et de réflexion sur les activités socioprofessionnelles des personnes. À partir de la notion d'ethos discursif, l'ouvrage offre un moyen de comprendre et d'étudier cette activité de production de soi que mènent les individus concernés dans leurs discours. Il reprend des outils de l'analyse littéraire et linguistique (approche structurale, approche pragmatique), qui ont déjà démontré toute leur pertinence dans l'analyse littéraire, pour étudier les mécanismes de la subjectivité dans les discours. [source : site éditeur]

Maude HATANO-CHALVIDAN, Denis LEMAITRE

Caen, Presses universitaires de Caen, 2017, (Quaestiones) , 118 p., isbn 2-84133-870-2


Des humains confiants et dociles

Cliquez pour agrandir l'image La confiance : donnée naturelle ou conséquence d'un certain nombre d'efforts ou d'intentions ? Dans les deux cas, elle est un résultat. Ni naturelle ni fabriquée, elle reste néanmoins à la base de tout. La confiance : donnée naturelle ou conséquence d'un certain nombre d'efforts ou d'intentions ? Dans les deux cas, elle est un résultat. Ni naturelle ni fabriquée, elle reste néanmoins à la base de tout. En découle la docilité, qu'il ne faut pas confondre avec la crédulité, la soumission, la dépendance et l'absence de tout esprit critique. Avoir bon esprit ne fait pas de nous des gens aveugles et stupides. En ces temps incertains et violents, il ne faudrait pas oublier qu'il nous est possible d'aimer ce monde et d'y prendre goût. [source : site éditeur]

Hubert VINCENT

Paris, L'Harmattan, 2017, (La philosophie en commun) , 229 p., isbn 2-343-11234-3


Théorie critique de la crise. IV, Altérophobie, superfluité et abstraction : une société de dominations

Cliquez pour agrandir l'image Ce quatrième volume de la série « Théorie critique de la crise » est consacré à l'analyse de l'actualité crépusculaire qui s'incarne violemment dans le sort réservé à la masse toujours plus importante des vies indésirables, superflues que le capitalisme génère. Qu'ils soient Roms, exilés (de force), chômeurs, précaires, etc., la liste des dominés et des exclus ne cesse de s'allonger à mesure que s'impose un monde qui ne cesse de mutiler la vie, les corps, les existences? « Universel et destruction : de l'identité à l'hétérophobie », la première partie du volume regroupe des articles qui mettent en évidence la manière dont la rationalité instrumentale capitaliste repose sur un projet mortifère fondé sur une logique d'homogénéisation, d'identité, de mêmeté profondément hostile à l'altérité et à ses manifestations vivantes. À travers sa logique instrumentale, bureaucratique, administrative et technique, le capitalisme réduit la pluralité des mondes vécus à un monde unidimensionnel ayant vocation à s'imposer dans toutes les régions du monde et à tous les individus. « Valeur et marchandisation du monde », la deuxième partie, rassemble un corpus de textes consacré à la critique du travail et de la valeur qui prend aujourd'hui tout son sens dans le contexte de mobilisation contre la loi El Khomri. Alors que le consensus politique s'établit quant à la centralité de la catégorie travail et que le pouvoir politique cherche, par tous les moyens, à soumettre les individus à une société du travail sans travail, les propositions théoriques issues notamment de la critique de la valeur nous semblent être d'une grande acuité pour penser la crise contemporaine et la dynamique autodestructrice du capital. « Du désastre à la désolation », dernière partie de ce numéro, s'intéresse à la question du futur vers lequel la crise nous emporte. La question lancinante qui hante ces quatre volumes et qui s'impose suite au déploiement des diverses analyses faisant état de la destruction du langage et de la culture, de l'accroissement de la barbarie et de la violence aveugle sous des formes étatiques et institutionnalisées ou sous la forme de la terreur, de la réification toujours plus avancée des différentes sphères de la vie (sexualité, connaissance et savoir, etc.), de la dévastation de l'environnement et de la nature est bien celle de l'avenir qui s'offre à nous. [source : site éditeur]

sous la dir. de Patrick VASSORT

Illusio, n°16/17, Lormont, Éditions Le Bord de l'eau, 2017, 627 p., issn 1771-3137, isbn 2356875082


Couple, famille et numérique

Cliquez pour agrandir l'image Les tablettes, ordinateurs et autres objets connectés occupent désormais une place centrale dans la vie des couples et des familles. La presse s'en fait souvent l'écho dans des registres bien différents : un SMS découvert par un conjoint, trace d'une liaison extraconjugale ; l'utilisation par des adolescents, et des enfants de plus en plus jeunes, de leur portable durant le repas, parfois même en présence de leurs parents ; la possibilité donnée à des personnes âgées, grâce à leur tablette, de rester en contact avec leurs soignants, mais aussi leurs enfants et petits-enfants... Dans les consultations familiales, il n'est pas rare que le ou les thérapeutes aient affaire avec l'irruption d'une sonnerie. Dans ce numéro, des chercheurs et des praticiens de différentes disciplines font le point sur les connaissances en ce domaine, cernent les changements produits au niveau de la vie conjugale et familiale, évoquent les réponses qu'ils ont apportées, apportent ou imagineraient apporter quant à la place à donner au numérique dans la vie quotidienne. [source : site éditeur]

sous la dir. de Didier LE GALL, Régine SCELLES

Dialogue, 217, Toulouse, Érès, 2017, 157 p., issn 0242-8962, isbn 2749256368


Amour et donation chez Jean-Luc Marion. Une phénoménologie de l'excès

Cliquez pour agrandir l'image La phénoménologie de Jean-Luc Marion est intuitive et pré-réflexive, elle s'inscrit au coeur de la saturation et effectue un élargissement du champ de la phénoménalité. Elle explicite ici le phénomène érotique décrit par le penseur de la phénoménalité saturée. Cette tonalité affective fondamentale de l'existence est en effet aussi le phénomène-limite qui révèle un excès de sens et d'épreuve, débordant et surabondant toute représentation opérée par une conscience intentionnelle et réflexive. L'amour ne saurait être compris qu'à partir d'une phénoménologie radicale de la donation excessive. [source : 4e de couv.]

Pascale TABET

Paris, L'Harmattan, 2017, (Ouverture Philosophique) , 352 p., isbn 978-2-343-12888-7


Facebook icon