l m m j v s d
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
 
11
 
12
 
 
14
 
15
 
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
 
 
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
 
 
 
 
 

Message d'état

On recense 12 ouvrages enregistrés dans la base au cours des 14 dernières semaines.

Derniers ouvrages parus

Les Grands Fermiers. Les laboureurs de l'Ile-de-France (XVe-XVIIIe siècle)

Cliquez pour agrandir l'image Modèle emblématique des grands exploitants, Les Grands Fermiers de l'Île-de-France ont façonné les paysages de nos grandes plaines, modelé l'agriculture, décrit d'étonnantes trajectoires sociales. Leurs descendants sont innombrables. Cette fresque de plus de trois siècles a contribué à la relance de l'histoire rurale et à l'essor d'une histoire sociale soucieuse du changement dans la longue durée. Pour l'historien, le sociologue, le démographe et le géographe, pour l'économiste, le littéraire ou l'anthropologue, l'ouvrage apporte une référence commode. Pour les étudiants, un classique désormais modernisé. Pour les observateurs du monde agricole, les généalogistes et le public curieux du passé rural ou simplement en quête de racines, une somme désormais accessible dans une édition refondue et actualisée. Tout en permettant d'embrasser plus commodément l'ensemble du propos, cet essai historique ne sacrifie rien à la structure du départ (Première partie : la formation d'un groupe social (début XVe-fin XVIe siècle) - Deuxième partie : la Grande exploitation (XVIe-XVIIe siècle) - Troisième partie : le temps des mutations XVIIe-XVIIIe siècle). L'iconographie a été enrichie. S'y ajoutent trois éléments nouveaux : une radioscopie de l'enquête (1980-2017), une postface (« Echos et points de vue ») et un épilogue (Compléments aux Fermiers de l'Île-de-France).

Jean-Marc MORICEAU

Paris, Fayard, 2017, (Pluriel) , 511 p., isbn 9782818505304


Miracles and Murders. An Introductory Anthology of Breton Ballads

Cliquez pour agrandir l'image This is a vivid introduction, by two of the foremost scholars in the field, to one of the most fascinating and little-known song traditions in Europe, the Breton gwerz, or ballad. These narrative songs, collected in Western Brittany from the 19th century to the present day, recount a wealth of stories based on tragic local events or legends. They tell of shipwrecks, abductions, accidents and murders, miraculous rescues, penitent souls, and strange journeys. Quite unlike songs from the neighbouring French tradition, and distinct from anything else in the other Celtic languages, these ballads unfold in clear, spare verses, filled with striking imagery: they are often highly dramatic in nature. Historians of popular culture will find much to explore here, as will medievalists interested in tracing themes and legends across different European cultures, or linguists looking for rare material in Breton. But the gwerziou speak to readers and listeners of all kinds, with stories of violence, love, and grief that touch us directly today. This generous selection of songs is presented here for the first time in the original Breton with English translations and musical notation; an accompanying CD showcases some of the most famous Breton traditional singers. A comprehensive introductory essay offers insights into the history of ballad collection in Brittany, the nature of the songs, and the contexts in which they have been performed.

Mary-Ann CONSTANTINE, Eva GUILLOREL

Oxford, Oxford University Press, 2017, (British Academy Postdoctoral Fellowship Monographs) , 250 p., isbn 9780197266199


L'écrivain à l'oeuvre dans le récit de fiction espagnol contemporain

Cliquez pour agrandir l'image Quels visages et contours l'écrivain à l'oeuvre peut-il revêtir, quelle relation l'écrivain nourrit-il avec son oeuvre ou avec l'oeuvre en général ? C'est en s'appuyant sur le récit de fiction paru en Espagne depuis le XIXe siècle jusqu'à nos jours que les chercheurs et collaborateurs de la Nec+ tentent de répondre à ces questionnements, s'attachant à définir ainsi la figure de l'écrivain non pas en tant qu'auctor - l'auteur dont le nom est associé à l'oeuvre -, mais bien plutôt comme scriptor, cette personne qui matériellement écrit, écrivain-compositeur, parfois même simple copiste, copiste des autres, voire de lui-même, artiste-artisan. Azorín, Juan Goytisolo, Juan Marsé, José María Merino, Maruja Torres, Luis Landero, Rafael Chirbes, Arturo Pérez-Reverte, Salvador Gutiérrez Solís, Carmen Posadas, Alejandro López Andrada, Carlos Salem, Fernando Aramburu, César Muñoz Arconada, Jardiel Poncela, Andrés Neuman, Soledad Puértolas, Antonio Muñoz Molina, Ricardo Menéndez Salmón ou Javier Cercas figurent parmi les auteurs ici étudiés. Trois témoignages d'écrivains ou biographes espagnols contemporains, José María Merino, Luis Mateo Díez et Manuel Alberca, viennent compléter ces différentes analyses.

sous la dir. de Natalie NOYARET-DALEAU, Anne PAOLI

Binges, Orbis Tertius, 2017, (Universitas) , 458 p., isbn 978-2-36-783-088-9


Recompositions urbaines et nouveaux espaces de consommation en Algérie : les dynamiques commerciales aux périphéries des villes de l'Est algérien

Cliquez pour agrandir l'image Méconnue depuis l'Indépendance en 1962, repliée sur elle-même pendant "les années noires" du terrorisme, l'Algérie vit depuis une vingtaine d'années des changements multiples et profonds. L'ouverture du pays à l'économie de marché, à partir du milieu des années 1990, permet la diffusion du commerce international. À Constantine de nouvelles centralités commerciales émergent aux périphéries de la ville ; et dans nombre de villes de l'Est algérien de nouveaux pôles commerciaux s'imposent. Ces espaces ne sont pas programmés par l'État, par le haut, mais surgissent spontanément par le bas. Ils sont les lieux où s'expérimentent des pratiques commerçantes inhabituelles et où se donnent à voir les changements de la société. Les mutations économiques et sociales et les bouleversements qui en résultant remettent en question l'organisation des territoires gravitant autour de Constantine. La ville historique aux ponts suspendus au-dessus des gorges du Rhumel va-t-elle conserver sa place incontestée de métropole de l'Est algérien, alors que s'instaurent à ses périphéries et dans les petites villes qu'elle dominait, des rapports inédits d'échange et de consommation ?

Nadia KERDOUD

, L'Harmattan, 2017, 275 p., isbn 978-2-343-11122-3


Les chevaux. De l'imaginaire universel aux enjeux prospectifs pour les territoires : actes du colloque international de Cerisy (17 mai-22 mai 2014)

Cliquez pour agrandir l'image Faisant suite au colloque de Cerisy, « Les chevaux : de l'imaginaire universel aux enjeux prospectifs pour les territoires » (du 17 au 22 mai 2014), cet ouvrage fait l'hypothèse que les fonctions traditionnelles du cheval et ses nouveaux usages peuvent contribuer à un développement plus durable des territoires. Depuis qu'il a été domestiqué, le cheval et son rôle au sein de la société humaine ont varié, s'adaptant aux évolutions économiques, sociétales et technologiques. Parallèlement, le statut du cheval ainsi que sa relation à l'homme se sont transformés à mesure que le nombre et la qualité des usagers changeaient. Bien qu'il ait longtemps semblé voué à la disparition, le cheval resurgit aujourd'hui comme l'agent d'un nouveau regard sur la société et ses enjeux, tant économiques que sociétaux. Moment de réflexion et d'analyse de la pérennité de l'imaginaire du cheval et des défis à relever aujourd'hui, ce recueil propose un tour d'horizon de la place du cheval dans notre société contemporaine et montre comment il est possible de concilier activité économique viable et contribution sociétale dans le domaine de l'aménagement du territoire, du développement humain et du lien social.

sous la dir. de Eric LEROY DU CARDONNOY, Céline VIAL

Caen, Presses universitaires de Caen, 2017, (Symposia) , 362 p., isbn 978-2-84133-845-0


Territoires, lieux et espaces de la révolte, XIVe-XVIIIe siècles

Cliquez pour agrandir l'image Comment le menu peuple de Florence, habitant en périphérie urbaine, est-il monté à l'assaut des beaux quartiers pendant l'été 1378 ? Dans quelle mesure la cartographie de leur équipée est-elle révélatrice des tensions sociales qui animaient la ville ? Lorsque les Napolitains transforment en 1647-1648 leur cité en champ de bataille, quelle construction spatiale du politique mettent-ils en oeuvre ? De quelle façon les rebelles catalans, qui se soulèvent entre 1687 et 1690 contre le roi d'Espagne, ont-ils tenté de maîtriser le territoire de l'insurrection ? Pour quelle raison une révolte urbaine, comme celle du Papier Timbré, est-elle devenue rurale ? Comment s'organise le contrôle policier des grandes villes ? Telles sont, parmi d'autres, les questions que pose cet ouvrage dans le prolongement de la mutation épistémologique engagée par le spatial turn. À l'aide de cartes, de croquis, de gravures et de tableaux, le lecteur est convié à un voyage au coeur des révoltes de la fin du Moyen âge et de l'époque moderne.

sous la dir. de Paloma BRAVO, Juan Carlos D'AMICO

Dijon, Presses universitaires de Dijon, 2017, (Histoires) , 222 p., isbn 978-2-36441-202-6


Maîtres, précepteurs et pédagogues. Figures de l'enseignant dans la littérature italienne

Cliquez pour agrandir l'image L'ouvrage analyse les représentations littéraires de celui qui incarne l'autorité par sa maîtrise de la culture et du langage, l'enseignant, qui a une longue histoire dans la littérature italienne, depuis l'Atlant du Roland Furieux en passant par les pédagogues des comédies du XVIe s. et les précepteurs du XVIIIe s. (Parini, Il giorno), les maîtres d'école du roman du XIXe s., jusqu'aux fréquentes variations sur le thème dans la littérature du XXe s. Si le premier est un sage, aux facultés supérieures voire magiques, le précepteur de la comédie n'est qu'une caricature, comme le pédagogue vaniteux et pédant du XVIIIe s. Puis le maestro se transforme en figure du malheur : suspendu dans une position ambiguë, entre maître et serviteur, il suscite la suspicion des autres ; plein d'ambitions frustrées, il ne dispose que de sa culture et de son talent pédagogique pour tenter d'échapper à son rôle subalterne. Pour le XXe s., entre autorité reconnue ou contestée, les exemples retenus sont nombreux : G. Mosca, Ricordi di scuola ; L. Mastronardi, Il maestro di Vigevano ; N. Ginzburg, Lessico famigliare ; la lettre à Gennariello des Lettere luterane de Pasolini, etc.

sous la dir. de Stefano LAZZARIN, Agnès MORINI

Bern, Peter Lang, 2017, (LEIA, Liminaires-Passages interculturels, vol. 38) , 472 p., issn 1660-1505, isbn 978-3-0343-2105-1


Totalitas. Aux origines d'un concept

Cliquez pour agrandir l'image Totalitas est un terme tardif de la langue latine, datant probablement du XIIesiècle, qui ne traduit ni l'idée de « toutes les choses » (« ta panta » des Grecs - traduit par « omnia »), ni son « ensemble » (« to pan - universitas rerum »), ni le « tout structuré » (« to holon - totum »). Quand il fait son apparition dans la langue philosophique, il traduit spécifiquement le concept néoplatonicien de « holotes », qui chez Proclus ne signifie pas seulement l'essence d'un tout structuré comme tout (sens qu'utilise Aristote), mais un tout d'une telle simplicité qu'en son sein aucune partition n'est possible. C'est cette acception néoplatonicienne que Guillaume de Moerbeke et Jean Sarrazin désignent par le terme de totalitas dans leurs traductions de Proclus et de Denys l'Aréopagite. Le concept permet aux scolastiques de pallier une déficience de la méréologie antique pour résoudre un certain nombre de problèmes métaphysiques (comme celui de la présence de l'âme au corps) et théologiques (comme celui de la présence de Dieu au monde, de sa simplicité ou du dogme trinitaire). Ce numéro des Cahiers de philosophie de l'université de Caen ouvre ainsi une autre histoire du concept de totalité, où celui-ci n'est réductible ni au problème du tout ni au problème de l'universalité.

sous la dir. de Maud POURADIER

Cahiers de philosophie de l'Université de Caen, n° 53, Caen, Presses universitaires de Caen, 2016, 176 p., isbn 978-2-84133-842-9


François d'Assise à l'écran

Cliquez pour agrandir l'image François d'Assise est sans doute le saint qui a fait l'objet du plus grand nombre de portraits cinématographiques : une vingtaine de films du début des années dix jusqu'à nos jours. De la critique d'ordre figuratif et esthétique des stéréotypes que la culture a imposés dans Les Onze Fioretti de François d'Assise (Francesco, giullare di Dio, 1950) de Roberto Rossellini aux images d'Épinal du François d'Assise de Michael Curtiz (Francis of Assisi, 1961), de l'image du révolté contestataire du François d'Assise de Liliana Cavani (Francesco di Assisi, 1966) à celle plus politique de Pier Paolo Pasolini dans Des oiseaux, petits et gros (Uccellacci e uccellini, 1966), le cinéma offre un large éventail de représentations du Saint et de l'héritage franciscain dont l'actualité s'inscrit dans un dialogue avec le présent. L'esthétique cinématographique elle-même s'imprègne aussi de franciscanisme dans certains films de Federico Fellini ou de réalisateurs contemporains comme Michelangelo Frammartino.

sous la dir. de Yann CALVET, Brigitte POITRENAUD-LAMESI

Double jeu, n° 13, Caen, Presses universitaires de Caen, 2016, 141 p., isbn 978-2-84133-843-6


La dynamique sociale des subjectivités en cancérologie

Cliquez pour agrandir l'image Pour beaucoup, le cancer constitue une expérience qui bouleverse le rapport à soi et aux autres, à la vie et à la mort, au passé et à l'avenir. Résolument intime, cette maladie grave n'en est pas moins inscrite au coeur de notre vie sociale. Aux prises avec une médecine de haute technicité appelant de ses voeux l'humanisation de ses pratiques, l'épreuve du cancer mobilise constamment la subjectivité des soignés comme des soignants. Rédigé par des sociologues et des anthropologues, cet ouvrage explore ces manières dont les subjectivités sont mises en jeu, façonnées et reprises, violentées et protégées, isolées et partagées au cours des traitements. Les travaux présentés prennent appui sur de solides enquêtes empiriques menées dans des contextes variés (consultations hospitalières, éducation thérapeutique, essais cliniques, soins palliatifs, associations de patients, etc.). Sont ainsi alimentées des thématiques transversales telles que les ambivalences du principe d'autonomie dans les soins, les élaborations morales des malades, de leurs proches et des professionnels ou encore les enjeux subjectifs des innovations biomédicales.

sous la dir. de Benjamin DERBEZ, Natasia HAMARAT, Hélène MARCHE

Toulouse, Erès, 2016, (Cancers & psys) , 184 p., isbn 978-2-7492-5297-1


S'émanciper, oui, mais de quoi ?

Cliquez pour agrandir l'image Faut-il s'émanciper de tout ? Non seulement des puissances ou des tutelles qui nous dominent, mais aussi ? pourquoi pas ? ? de notre famille, de nos traditions, des rôles si pesants que nous avons à jouer dans la vie sociale, des solidarités qui nous aliènent, de notre corps qui nous entrave, de nous-même enfin ? Après tout, n'est-ce pas ce que nous suggèrent en ligne d'horizon le néolibéralisme et son avant-garde, le transhumanisme ? Dès lors n'est-ce pas, paradoxalement, de l'idée d'émancipation qu'il nous faudrait nous émanciper ? Les contributions réunies dans ce numéro plaident pour une thèse moins radicale et plus opérationnelle : autant il y a des émancipations particulières légitimes à conquérir, autant la perspective d'une Émancipation avec un «É» majuscule se dérobe dès qu'on tente de la fixer. Face à l'épuisement des grands discours politiques de la Modernité et leur incapacité à articuler ces émancipations singulières, les luttes sociales risquent d'avoir du mal à trouver une boussole. Mais voilà qui confère une mission enthousiasmante aux sciences sociales, tant elles devront contribuer à l'avenir, par leur puissance d'analyse, à l'émergence de nouvelles grammaires émancipatrices.

sous la dir. de ALAIN CAILLÉ, Philippe CHANIAL, Federico TARRAGONI

Revue du MAUSS, n° 48, Paris, La Découverte, 2016, 280 p., isbn 978-2-7071-9223-3


Lyon et les nouveaux romans (XVIe siècle)

Cliquez pour agrandir l'image Le présent numéro de RHR consacre le succès de la journée "Lyon et les nouveaux romans de la Renaissance", laquelle s'est tenue le 23 janvier 2016 en partenariat avec le Musée des Beaux-Arts de Lyon qui l'a accueillie en marge de l'exposition "La Renaissance à Lyon, Arts et humanisme" (23 octobre 2015 - 25 janvier 2016). Il souhaite mettre en lumière certains de ce que l'on peut appeler à juste titre, quoique de façon anachronique, ces « nouveaux romans ». L'enquête adopte pour champ d'exploration les productions éditoriales de Lyon entre 1501 et 1600. Elle tire parti du matériau accumulé sur les textes publiés dans la ville à la Renaissance dans le cadre du programme « ELR » (Éditions lyonnaises de romans du XVIe siècle [1501-1600]) de l'association RHR, dont ont déjà résulté la mise en ligne d'une base collaborative et la publication de deux numéros de revue. Cinq des huit articles sont issus de communications présentées lors de cette journée. Trois autres, résultats pour certains d'une longue maturation et renouvelant de façon décisive les données longtemps admises par la critique sur la localisation d'éditions, se prêtent aussi au jeu de considérer les romans inventés à Lyon, seconde ville du royaume et le troisième centre européen d'imprimerie après Venise et Paris, au XVIe siècle.

sous la dir. de Pascale MOUNIER

Réforme, Humanisme, Renaissance, n° 82-83, Lyon, Association d'études sur la Renaissance, l'Humanisme et la Réforme, 2016, 252 p., issn 1771-1347


Facebook icon