Cartographie militante

Lieu : Salle des actes de la MRSH
Début : 22/02/2018 - 17:00
Fin : 22/02/2018 - 19:00
Responsable(s) scientifique(s) : Mathieu UHEL et Stéphane CORBIN

Séminaire organisé par le programme Pratiques et pensées de l'Émancipation

Cartographie militante. Pour la défense des biens communs au Mexique, avec Monica Piceno Hernandez et Yannick Deniau (collectif Geocomunes)

Discutant : Renaud Lariagon, UNAM-UCN, ESO-Caen

La lutte pour l’autonomie de la communauté de Cherán (Mexique). Mónica Piceno Hernández, COLMEX, collectif Geocomunes

Cherán, une communauté Purépecha située dans l'État de Michoacán, au Mexique, est gouvernée depuis 2012 par un gouvernement autonome formé suite au soulèvement populaire de 2011 provoqué par le saccage des bois communautaires par le crime organisé. Ce gouvernement inspiré des us et coutume s’est aussi formé dans la critique de l'inaction et/ou de la complicité des autorités officielles. Il travaille désormais sur la question de la récupération du territoire des cheranenses par eux-mêmes afin de stopper l'exploitation clandestine de leurs forêts. Ainsi, la valorisation de la relation entre les habitants et leurs biens communs (territoire, ressources, identité, etc.), une relation inspirée des cosmogonies indigènes, participe à la refondation d’une vie communautaire. Après avoir établi son gouvernement « K'eri », le peuple de Cherán a pris en charge la gestion de son espace communautaire et la cartographie est devenue un outil de valorisation du territoire, ce qui a été utile pour la reforestation, la surveillance et la gestion de bois mais aussi pour récupérer la mémoire historique.

Geocomunes: cartographie collaborative pour la défense des biens communs. Yannick Deniau, Instituto de Geografia - UNAM, collectif Geocomunes

Au Mexique, la progression des mégaprojets de construction ou de modernisation des infrastructures de « développement » est devenue une menace qui a rapidement déposséder des populations de leurs territoires et de leurs ressources, aussi appelées « biens communs ». Pour notre collectif, les biens communs sont la base de la reproduction sociale ainsi que le soutien matériel de la liberté et de la vie communautaire. Nous travaillons donc à la production de documents, principalement cartographiques, pour accompagner les peuples, les communautés indigènes et/ou paysannes, les quartiers et les organisations populaires dans leurs luttes pour la défense des biens communs. L’analyse et la diffusion des cartes produites a pour objectif de renforcer l'organisation collective du peuple d’en bas. La cartographie collaborative propose une méthode d’élaboration conjointe entre recherche indépendante et récupération des mémoires et savoirs locaux. Cette forme de travail qui tient à la participation directe des personnes affectées permet de valoriser les représentations de leurs propres espaces de vie. Ces cartes sont donc utilisées par les personnes affectées de différentes manières, soit pour approfondir leur compréhension des conflits auxquels elles sont confrontées, soit pour élaborer des stratégies de défense des biens communs, soit pour planifier ou enrichir la (re)connaissance de leurs territoires.

 

Contact

Mathieu UHEL - 0231566235