Veuillez décliner votre identité. Violences administratives d’État : des classifications coloniales aux politiques d’immigration

Lieu : Salle des Actes SH 027 de la MRSH
Début : 30/01/2017 - 17:00
Fin : 30/01/2017 - 19:00
Responsable(s) scientifique(s) : mathieu.uhel@unicaen.fr

Intervenantes : Françoise de Barros et Sonia Chiambretto
Discutant-e-s : Pauline Launay et Mathieu Uhel

Dans le contexte actuel d’une recrudescence de l’islamophobie et du racisme sous-tendu par des politiques d’immigrations restrictives et répressives, il semble nécessaire d’en saisir les enjeux et la complexité. Cette séance articule deux manières d’approcher ces questions. La première partie donnera la parole à Françoise de Barros, sociologue de l’État et de l’administration, qui partant du passé colonial français s’attache à déconstruire les catégorisations politiques et administratives des « étrangers ». La seconde laissera la place à Sonia Chiambretto, écrivaine, qui en 2012 a sillonné les Bureaux municipaux de proximité de la Ville de Marseille. La forme poétique de son ouvrage État Civil perce l’administration française dans l’exercice quotidien de sa politique envers tous ceux qui souhaitent « des papiers » en croisant les thèmes de la migration, de l’identité, de la langue et des frontières. L’ambiguïté de notre rapport à l’autorité et l’absurdité de la bureaucratie révèle avec force la préoccupante réalité ordinaire des administrations de la République française...

  •  Françoise de Barros, Maîtresse de conférences en sociologie, Université Paris 8

L’apparition d’une catégorisation des populations en fonction de leur origine (notamment dans le logement social) est souvent justifiée par l’augmentation du nombre d’étrangers en France à partir des années 1960. L’enquête présentée ici avance une explication qui insiste sur la combinaison de plusieurs facteurs : les conditions d’« intégration » à l’espace administratif métropolitain après la guerre d’Algérie du personnel administratif chargé de l’encadrement colonial des Algériens (les conseillers techniques aux affaires musulmanes ou CTAM) ; les relations interraciales de voisinage autour des bidonvilles pendant les années 1950 et 1960 ; et l’implication clientélaire des élus locaux dans les politiques urbaines qui se développent à la même époque. Le réinvestissement en métropole de catégories raciales développées dans le cadre de l’administration coloniale de l’Algérie a ainsi bénéficié de processus sociaux métropolitains largement indépendants des pratiques coloniales.

http://www2.univ-paris8.fr/sociologie/?page_id=96

 

  •  Sonia Chiambretto, écrivaine, auteure d’État Civil

État Civil

À Marseille, d’un « bureau de proximité » à l’autre, les dialogues se succèdent en même temps que s’affirme un témoignage tout en nuances des réalités dures et pourtant banales de ceux qui s’emploient tout simplement à être en règle. Face à eux, des employés souvent démunis, qui appliquent comme ils le peuvent des protocoles administratifs rigides laissant peu de place aux traitements spécifiques qu’appelleraient pourtant les situations de chacun. Des hommes et des femmes, des enfants, et même un fantôme, celui de Walter Benjamin, devenus des numéros...

http://www.editions-nous.com/chiambretto_etatcivil.html

Pour en savoir davantage

Pratiques et pensées de l’émancipation

Contact