L’alternance en formation professionnalisante Qu-en est-il aujourd’hui ?

Lieu : Amphithéâtre de la MRSH
Début : 08/03/2017 - 09:00
Fin : 08/03/2017 - 17:00
Responsable(s) scientifique(s) : Florian Ouitre et Pablo Buznic (CIRNEF), avec Laurent Veillard (UMR ICAR Lyon 2)

Avec et autour des travaux de Laurent Veillard (LABORATOIRE ICAR)

 

Les travaux de Laurent Veillard s’organisent prioritairement autour de deux axes distincts, mais complémentaires :

1) Un premier axe autour des « problématiques d’alternance entre les différents contextes d’apprentissage »,

2) Un deuxième axe autour des aspects méthodologiques liés à l’usage des « enregistrements vidéo numériques [comme] matériaux d’étude de plus en plus utilisés dans les recherches sur l’éducation ».


Notre journée d’étude s’organise autour de ces deux axes que nous traduisons par deux questions : Scolariser le travail ; la formation empêche-t-elle de bien faire son travail ? Mettre l’école au travail : quelle transposition didactique du travail en formation ?

 

Scolariser le travail ; la formation empêche-t-elle de bien faire son travail ?
Dit autrement, comment transformer les lieux de travail en contextes où les enjeux de formation ne sont pas oubliés ? Comment dépasser l’opposition caricaturale entre d’une part production/productivité et d’autre part formation au détriment de la rentabilité ? Comment articuler limites et interpénétration entre les deux contextes ? Comment faire en sorte que ces contextes ne se hiérarchisent pas et participent conjointement à la construction du métier ? Finalement, si la formation va vers le travail que peut-elle apporter à celui-ci ? Est-il possible de didactiser a minima les situations de travail pour des entrées progressives et mesurées dans le métier ? Le travail s’y prête-t-il ?


Mettre  l’école  au  travail : quelle transposition  didactique  du  travail  en formation ?
La question de la continuité entre les différents lieux de formation se pose aussi dans l’autre sens ; du métier vers l’école. Si la formation doit s’appuyer pour se faire sur des situations authentiques de travail comment s’y prend t-elle pour importer le travail ? Qu’importe-t-elle du travail ? Que n’importe-t-elle pas ? Les enregistrements vidéos sont une possibilité. Mais quelles sont les limites de leurs usages et quelles précautions doivent être prises ? Les enseignants et les formateurs peuvent aussi reconstruire via des dispositifs didactiques appropriés des situations de travail qui se centrent sur un domaine/problème particulier du métier. Qu’en est-il alors de l’authenticité de ces situations de travail didactisées qui ne sont pas tout le travail ? Comment parmi tous les problèmes du métier en isoler et en sélectionner quelques uns qui paraissent emblématiques sans procéder à des simplifications outrancières ? Dans ces situations de pratique « scolaire » du métier, quelle place donner à la formalisation et à la conceptualisation ?
Ce double mouvement interroge fortement les différents acteurs de l’alternance (élèves, enseignants, formés, formateurs) qui y sont impliqués et les chercheurs qui s’y intéressent. En quoi les uns et les autres sont-ils acteurs et, dans le même temps, « agis » dans et par les situations concrètes que ménage la mise en œuvre d’une formation professionnelle en alternance ?

 

Cette journée, portée par le Pôle Fédératif de Recherche de l’ESPE Professionnalisations en contexte éducatif, est organisée dans le cadre du pôle FETE de la MRSH.


 

 

Fichier(s) à télécharger
  Voir le programme