Page d'Elisabeth Ridel

Dernière modification le 31/08/2017

Elisabeth RIDEL
0231566246
 elisabeth.ridel@unicaen.fr
Bureau SH 006

Docteur en linguistique, ingénieur d'études CNRS

Membre associé de l'équipe CRHQ (Environnement, Société, Économie)
Membre associé de l'équipe OUEN
Membre associé de l'équipe ERLIS

Membre du pôle Sociétés et espaces ruraux
Responsable du pôle Espaces maritimes, sociétés littorales et interfaces portuaires

Membre de l'USR 3486
Pôle maritime
Pôle Sociétés et espaces ruraux

Les mots sont porteurs d’histoire… Je suis spécialiste d’histoire de la langue française et, en particulier, de terminologie historique et de dialectologie normande. Jusqu’à la soutenance de ma thèse de doctorat en 2007, mes travaux ont surtout porté sur le lexique scandinave introduit par les Vikings en langue d’oïl entre le IXe et le XIe siècle : à en dresser l’inventaire à travers les sources médiévales, modernes, contemporaines et dialectales, mais aussi à en écrire l’histoire. Étant donné la connotation maritime de ce lexique et la nature même de mes fonctions au CNRS pendant plusieurs années (rédactrice du Nouveau glossaire nautique d’Augustin Jal, CNRS Éditions), j’ai très vite été amenée à étudier les mots de la mer en général : le vocabulaire de la navigation, celui très technique de la construction navale, celui de la pêche, celui des « gens de mer » qui colore encore nos rivages, la toponymie maritime. J’oriente actuellement mes travaux vers le vocabulaire rural, avec le lexique relatif aux espaces boisés et l’étude des noms de lieux.

Ma production aborde les domaines de la linguistique suivants : lexicologie : phonétique historique, sémantique, dialectologie ; lexicographie : réalisation de dictionnaires ; étude de langues de spécialité : la langue des marins, la terminologie des forestiers et des meuniers ; toponymie et espaces : les noms de lieux comme marqueurs d’activités anthropiques au sein d’un espace donné.

Mon actualité

Actualités 2017 :

  • Voici ma contribution à la journée d’étude du 6 avril 2017 Réseaux sociaux et variation dans le langage en moyen français et français préclassique, organisée par le LASLAR et le CRISCO sous la direction de Pascale Mounier et Pierre Larrivée :

 Langues de spécialités et réseaux sociaux dans le monde des marins et des chasseurs

L’objectif de cette intervention est de présenter deux langues de spécialité à travers leur production écrite : les dictionnaires de marine et les traités de chasse. Bien qu’une langue propre aux marins et une langue propre aux chasseurs se soient constituées dès la période de l’ancien français, ces deux langues de spécialité vont surtout s’affirmer entre le XVe et le XVIIe siècle, au moment où la langue française se construit pleinement elle-même. Dans les deux cas, la langue des marins et celle des chasseurs s’inscrivent dans des réseaux sociaux particuliers, qui ont pesé sur leur formation et leur spécificité par rapport à la langue de tous les jours : elles ont leur propre lexique et parfois leurs propres tournures grammaticales, rendant ainsi leur compréhension peu accessible aux personnes qui ne font pas partie de la communauté à laquelle ces langues se raccrochent. Si des traités de chasse sont élaborés dès le XIVe siècle et paraissent de manière régulière entre le XVIe et le XVIIIe siècle, la production de dictionnaires propres de marine tarde à voir le jour. Il faut attendre le milieu du XVIIe siècle pour que la langue des marins fasse l’objet d’inventaires lexicographiques spécifiques. Ce décalage entre deux langues de spécialité très anciennes, dont on perçoit les prémices aux XIIe et XIIIe siècles, est intéressant à analyser dans une perspective de comparaison. En quoi une langue de spécialité reflète-elle la reconnaissance d’un milieu social et constitue-t-elle un marqueur social ? Comment la mise en réseau d’une langue de spécialité, comme celles des marins et des chasseurs, a-t-elle influencé l’écriture et la réécriture des acteurs linguistiques ? Les recherches que nous avons entreprises depuis de nombreuses années sur la langue des marins et les dictionnaires de marine ainsi que celles, plus récentes, sur la langue des chasseurs pourront nourrir la réflexion, qui nous est proposée ici, sur les liens entre les réseaux sociaux et la variation linguistique.

 

Actualités 2016 :

  • « Les conquérants des mers ». Article publié dans le numéro hors-série Historia « Thorgal et la saga des Vikings », 2016, p. 69-73.
  • Avec Cyrille Billard, « Le nom des pêcheries en Basse-Normandie ». Article publié dans Pêcheries de Normandie. Archéologie et histoire des pêcheries littorales du département de la Manche, Cyrille Billard et Vincent Bernard (dir.), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016, p. 85-89.
  • Auteur de l'exposition intinérante Les moulins à eau autour de la forêt de Cerisy, avec une mise en page d'Anne Lacherez (MRSH, Service infographie) : présentée lors de la saison estivale au Moulin de Marcy / Musée de la Meunerie (Le Molay-Littry), avril-septembre 2016.

Télécharger "Les marques des Vikings : étude de toponymie littorale du Nord-Cotentin"

Télécharger "Des textes de marine en dialecte normand du XIIe siècle"

Télécharger "Langues et identités dans les établissements vikings d'Europe de l'Ouest"

Télécharger "Sur la route des Vikings : les îles Anglo-Normandes entre Bretagne et Normandie"

Télécharger les posters de mon exposition "Les moulins à eau autour de la forêt de Cerisy"


N.B. : chaque page personnelle est rédigée sous l'entière responsabilité de son auteur.