Page personnelle

Dernière modification le 05/02/2020

Camille FRÉMONT

Docteure en sociologie

Membre associé de l'équipe CERREV

Qualifiée CNU en section 19

ATER Université du Havre / UMR IDEES

Chercheuse associée CERReV - Université de Caen Normandie (UCN)                                                               

06.31.04.16.87

camille_fremont@yahoo.fr

Activités de recherche

 

1. Recherche doctorale : Mères lesbiennes en France : représentations du genre et pratiques de résistance à la domination

Thèse soutenue le 13 décembre 2018 à l'Université de Caen Normandie

Membres du jury : Céline BÉRAUD, directrice de recherche en sociologie, EHESS ; Virginie DESCOUTURES, maîtresse de conférences en sociologie, Université d’Amiens Jules Verne ; Martine GROSS, ingénieure de recherche, EHESS, CNRS ; Didier LE GALL, professeur des universités en sociologie à l'Université de Caen Normandie (directeur) ; Claude MARTIN, directeur de recherche, CNRS, UMR- Arènes, Uni-Rennes, EHESP (rapporteur) ; Séverine MATHIEU, directrice d’études, EPHE, Sorbonne (rapporteure).

 

Domaines de recherche : Sociologie du genre ; Sociologie de la famille ; Sociologie de la sexualité ; Sociologie de la socialisation ; Subaltern studies.

Thématiques abordées : Homoparentalité ; genre ; hétéronormativité ; lesbiennes ; identité de genre ; vie amoureuse ; stigmatisation ; parentalité/maternité ; socialisation de genre ; procréation médicalement assistée ; mouvements LGBT et queer ; mouvements sociaux ; conditions du discours ; résistance à la domination.

Méthodes sociologiques : Méthodes qualitatives ; entretiens semi-directifs ; observations de type ethnographique ; analyse du discours.

 

Résumé

En France, dans une société hétéronormative à domination masculine, quelles représentations les mères lesbiennes ont-elles du genre et de la socialisation de genre de leurs enfants ? L’hypothèse principale qui sous-tend la recherche est que la position particulière des lesbiennes dans le système du genre – à la fois dominées et transfuges de la classe des femmes – leur permet un point de vue critique des normes dominantes et les prédispose à transmettre des modèles qui remettent en cause l’ordre du genre. Dans un contexte français d’institutionnalisation progressive de l’homoparentalité marqué par un débat public très houleux (2012-2013), 36 entretiens semi-directifs longs ont été réalisés entre 2011 et 2014 avec des femmes lesbiennes ayant des enfants de moins de douze ans conçus en contexte lesboparental. Malgré une certaine homogénéité des profils qui classent les enquêtées parmi les catégories sociales privilégiées, on constate une hétérogénéité des représentations et des pratiques pour composer avec les normes dominantes. Les mères lesbiennes rencontrées me semblent être des « résistantes ordinaires » à la domination : sans adhésion idéologique aux normes qui les assujettissent, elles sont animées d’une volonté d’intégration. Pragmatiques dans leur lecture du contexte et du contrat social, elles sont attentives à se préserver et à préserver leur famille des effets de l’homophobie. Elles déploient leur résistance du côté de l’infrapolitique pour repousser les limites établies par le cadre contraignant.

Mots-clés : Homoparentalité -- France – Mères lesbiennes – Genre – Normes sociales – Résistance à la domination

 

 

2. Autre recherche : Les Gilets jaunes

2019     Membre du collectif de recherche caennais sur le mouvement des « Gilets jaunes » en Normandie composé de membres des laboratoires ESO (UMR 6590 CNRS) et CERREV (EA 3918) : Charif Elalaoui, Camille Frémont, Pierre Guillemin, Métilde Havard, Renaud Lariagon Laura Pauchard, Thibaut Preux, Pauline Seiller, Mathieu Uhel, Étienne Walker

Membre du Collectif d’enquête sur les Gilets jaunes. Ce groupe national s’est constitué au cours de deux séminaires à Bordeaux des 29 et 30 janvier et du 1er juillet 2019. L’enquête collective est basée sur la mise en commun de questionnaires passés dans toute la France. Les questionnaires ont été passés par plus de 80 personnes. Ils ont été saisis puis codés, traités, et déposés par Camille Bedock, Pierre Blavier, Théo Grémion, Tinette Schnatterer, et Étienne Walker pour les informations géographiques. Rédaction collective d’une note méthodologique dans la RFSP 2019/5-6 (vol.65).

Membre du groupe de travail national « Gilets jaunes et genre » composé de politistes, géographes et sociologues de divers laboratoires : Camille Anin (Sciences Po Grenoble), Magali Della Sudda (CRCN CNRS), Ornella Graziani (Universita di Corsica Pasquale Paoli,), Métilde Havard (ESO-Caen), Christine Guionnet (Université Rennes 1,), Bleuwenn Lechaux (Université Rennes 2), Pauline Liochon (Université Paris Dauphine), Emmanuelle Reungoat (Université de Montpellier), Floriane Soulié (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

 

3. Animation de la recherche

2017   Co-organisation de la journée d'étude "Nature : le retour?", CERREV, Université de Caen Normandie, 15 décembre 2017.

Depuis 2015   Co-fondation et animation du séminaire « Les Ateliers du Genre », CERREV, Université de Caen Normandie.

2013-2016   Co-animation du séminaire « Pratiques et Pensées de l’émancipation », CERREV et ESO-Caen, ED556-HSRT, Maison de la Recherche en Sciences Humaines, Université de Caen Normandie.

Camille FRÉMONT - CV synthétique janv2020.pdf


N.B. : chaque page personnelle est rédigée sous l'entière responsabilité de son auteur.