Thomas Denise

Dernière modification le 19/06/2020

Thomas DENISE
 thomas.denise@unicaen.fr

Docteur en sociologie

Membre associé de l'équipe CERREV

Docteur en sociologie (10 juillet 2018)

Attaché Temporaire d'Enseignement et de Recherche

___________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Titre de la thèse : La fabrique des soins en réanimation. Entre héritage clinique, injonctions managériales et incertitude médicale

___________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

 

Publications

Articles scientifiques dans des revues avec comité de lecture

2020

« Des protocoles “quand on en a besoin” : l’assimilation des contraintes comme enjeu professionnel à l’hôpital », SociologieS [En ligne], mai 2020, Dossiers thématique, « Fondements et justifications des logiques de conformation et/ou de résistance des professionnels face à la rationalisation des soins », coordonné par Nadia Garnoussi et Sophie Divay.

Cet article analyse les stratégies déployées par les personnels de santé face à la rationalisation des soins de santé à l’hôpital public. Il montre comment les soignant.e.s (infirmier.e.s et aides-soignant.e.s), loin de s’opposer à la « conduite du changement », assimilent les dispositifs de gestion (recommandations, protocoles, procédures et fiches techniques) au regard de leurs propres catégorisations normatives. Dans un souci de poursuivre le travail, ils mobilisent des ressources locales afin d’articuler des exigences normatives de traçabilité, de comptabilité, d’évaluation des pratiques, etc. définies depuis l’extérieur des services, et des pratiques professionnelles tournées vers l’immédiateté et la singularité des soins. Ce travail de réorganisation et d’adaptation des normes et des recommandations se traduit par des attitudes d’assentiment, de dissentiment et de simulation, qui participent au maintien d’un professionnalisme « par le bas » dans un contexte de rationalisation et de déprofessionnalisation.

Mots clés : Rationalisation des soins ; Protocoles ; Stratégies d’adaptation ; Certification ; Réanimation

2020

(à paraître)

« Accompagner la fin de vie en réanimation : entre médicalisation du vivant et pratiques thanatiques », Études sur la mort, numéro spécial « Mort traumatique, deuil traumatique » – (acceptation sur accord de principe)

Basé sur l’observation de trois services de réanimation adulte, cet article traite des trajectoires du mourir dans ces espaces destinés à « rappeler à la vie ». Il montre comment la prise en charge des patients s’opère à l’articulation de deux répertoires normatifs : d’une part, en regard des techniques de suppléance souvent perçues par les familles comme « déshumanisantes » ; d’autre part, compte tenu de pratiques thanatiques qui singularisent la personne et travaillent à rendre la mort plus acceptable. Pour conclure, cet article montre comment l’accompagnement de la fin de vie revêt un caractère ambivalent qui invite à saisir la part des pratiques thanatiques, spatiales et relationnelles dans le façonnement moderne du mourir à l’hôpital.

Mots-clés : Fin de vie et accompagnement ; personne humaine ; Réanimation ; médecine intensive ; espaces du mourir

Revues sans comité de lecture

2020

« Les soignants des urgences : des pros pas des héros ! », avec Jérémy Geeraert et Déborah Ridel, Analyse, Opinions, Critiques, [En ligne], publié le 25.03.2020.

Cet article propose un regard croisé sur la crise sanitaire (Coronavirus ; Covid-19) et la crise que traverse l’hôpital public français depuis 2019 (grève des urgences). Après avoir rappelé l’ambivalence des services des urgences, considérés comme « services portes » et « services de pointe », les auteurs analysent l’impact des tensions chroniques (saturation, rythmes de travail, surpopulation, etc.) et des évènements extraordinaires (« plans blancs », « Hôpital en tension ») sur le professionnalisme et la « crise des vocations ». Cet article pointe certaines limites des réformes hospitalières, limites qui se dévoilent à travers les dysfonctionnements visibles dans la prise en charge des crises sanitaires et qui impactent significativement le rapport des soignants au travail.

Mots-clés : crise sanitaire ; crise hospitalière ; rapport au travail ; hôpital public ; new public management

Ouvrages scientifiques et chapitres d’ouvrage scientifique

2015

« La modernisation de l’hôpital public en France : l’idéal technocratique de normalisation ». In Grand I., Juan S., Vignet J., (dirs.), La technocratie en France. Une nouvelle classe dirigeante ? , Éd. Les Bords de l’Eau, Coll. « Documents », p. 87-95.

Dans le cadre d’une réflexion menée par le Groupe Universitaire de Recherche sur les Valeurs et l’Idéologie Technocratiques, Classe Hégémonique (GURVITCH), ce chapitre propose une analyse des transformations au sein de l’hôpital public français. Il examine comment la rationalisation des soins de santé s’opère depuis les années 1980 à travers la multiplication d’outils technocratiques qui redéfinissent la notion de « qualité » hospitalière. Ce travail s’attache à montrer comment ces dispositifs gestionnaires s’imposent progressivement à l’hôpital au détriment des formes de socialisations « traditionnelles » portées par une autorité médicale de nature « charismatique ». L’analyse sociohistorique de la mise en gestion du système hospitalier, et à travers lui du système de santé et de l’offre de soins, illustre plus largement la dynamique d’un gouvernement par la technique qui interroge les notions clés de service publique, de professionnalisme et d’accès aux soins.

Mots-clés : New public management ; réformes de santé ; hôpital public ; sciences de gestion; bureaucratisation

2020

(à paraître)

« From “technicised” bodies to “body technologies”: objectivisation and subjectivisation of bodies in life-support services ». In Julien M.-.P., Voléry I. From Measuring Rods to DNA Sequencing: Assessing the Human. London: Palgrave MacMillan.

[Titre fr. : Des corps « techniqués » aux « techniques du corps » : l’humain entre objectivation et subjectivation en réanimation].

Alors que les dispositifs et les technologies d’évaluation, de mesure, d’exploration et de transformation corporelle atteignent un développement sans précédent, cet ouvrage cherche à examiner comment la médecine et la biologie affectent la compréhension culturelle de ce que signifie être humain et sujet. Dans cette perspective, ce chapitre propose une approche anthropologique des pratiques de suppléance médicale liées à la prise en charge de patients en détresse vitale absolue. En interrogeant ce que l’appareillage médical (respiration artificielle, alimentation nasogastrique, hémofiltration, curarisation, etc.) fait au malade, ce chapitre montre que les corps « technicisés » sont soumis à une double grille de lecture : bien que le malade soit appréhendé comme l’objet des soins, en référence à la clinique de Foucault (1963), il est également saisi comme une personne sociale et singulière. Loin de se réduire à la dichotomie traditionnelle nature/culture, la prise en charge des patients produit une ontologie particulière marquée par des états d’entre-deux que les pratiques non-médicales rendent signifiantes.

Mots-clés : Soins intensifs ; médicalisation ; ontologie ; techniques du corps ; singularité sociale

2020-2021

(à paraître)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2020-2021

(à paraître)

« Limites et régulation des pratiques coopératives en santé : le cas de la médecine intensive ». In Sociologie des pratiques coopératives et participatives en santé, Thomas Denise, Aymeric Luneau, Sophie Divay, Marie Dos Santos, Cécile Fournier, Lucile Girard, (Dirs.), Paris : IRDES, 2020-2021

Les récentes évolutions éthiques en matière de fin de vie ont conduit à une plus grande reconnaissance du malade et de ses proches. Les directives anticipées, les principes de consentement éclairé, ou la définition de la personne de confiance ont participé au renouvellement des relations soignants-soignés (malades et familles), plaçant ces derniers au centre des processus décisionnels. À partir d’une étude de trois services de médecine intensive-réanimation, on analyse ces relations en vue d’identifier les formes de coopération, leurs modalités et leurs limites. Les résultats de cette recherche montrent que les pratiques coopératives en médecine intensive-réanimation sont l’objet de régulations professionnelles qui organisent la temporalité des soins, de l’incertitude et de l’échec face à la mort. Ils mettent au jour que les pratiques coopératives sont révélatrices des difficultés auxquelles font face soignants et familles dans la relation de soins.

Mots-clés : Stratégies d’adaptation ; incertitude médicale ; deuil ; travail émotionnel ; savoirs professionnels

Sociologie des pratiques coopératives et participatives en santé, avec Aymeric Luneau, Sophie Divay, Marie Dos Santos, Cécile Fournier, Lucile Girard, Paris : IRDES, 2020-2021, (titre et date de publication sous réserve)

Cet ouvrage collectif fait suite aux journées d’études « Pratiques participatives et coopératives en santé » organisées les 28 et 29 mars 2019 par les réseaux thématiques RT 1 (« Savoirs, travail et professions ») et RT 19 (« Santé, médecine, maladie et handicap ») de l’Association française de sociologie. Cet ouvrage qui réunit plus d’une trentaine de contribution aborde en trois parties : a.) l’émergence et la structuration sociohistorique des pratiques coopératives ; b.) les effets de ces pratiques sur la division du travail et les frontières professionnelles en santé ; c.) les reconfigurations potentielles des savoirs en santé, les tensions et les luttes de pouvoir entre professionnels, usagers et associations en santé. L’objectif de cet ouvrage est d’apporter un éclairage inédit et original sur les pratiques coopératives en santé pour tenter de saisir les enjeux sanitaires, sociaux et professionnels à venir. Cet ouvrage s’appuie sur de nombreuses enquêtes menées au sein de terrains diversifiés. Il est à destination des professionnels de santé, décideur.e.s, chercheur.e.s, étudiant.e.s et usager.e.s du système de santé publique.

Mots-clés : Sociologie de la santé ; politiques publiques en santé ; sociologie des professions et des groupes professionnels ; pouvoirs et savoirs

 


N.B. : chaque page personnelle est rédigée sous l'entière responsabilité de son auteur.