Page personnelle

Dernière modification le 03/02/2017

Mathieu FRESSARD
0231566384
 mathieu.fressard@unicaen.fr

Doctorant

Membre de l'équipe LETG - Caen Géophen, UMR 6554 CNRS

Membre du pôle Risques, Qualité et Environnement Durable

Docteur

Post-doc UMR 5600 CNRS – Environnement Ville Société (EVS), Lyon

Chercheur associé LETG–Caen-Géophen UMR 6554 CNRS.

https://www.researchgate.net/profile/Mathieu_Fressard

https://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-00968473/

 

Activités de recherche

Mes travaux de recherche portent sur la caractérisation des mécanismes des systèmes d’érosion (ablation, transfert et accumulation) et les conséquences des forçages naturels et anthropiques marquant des discontinuités dans leur fonctionnement. En corollaire, une partie de mes recherches est focalisée sur le développement de méthodes innovantes de modélisation permettant de mieux retranscrire spatialement le fonctionnement des processus et/ou de proposer des mesures de prévention des risques naturels. Ces travaux ont été menés sur six terrains d’études avec des entrées thématiques complémentaires, permettant de proposer une analyse globale des systèmes érosifs à l’interface Homme/Milieu. Ces travaux ont été intégrés dans différents programmes de recherches nationaux et internationaux.

L’objectif général de ces travaux vise donc à quantifier (métrologie de terrain) et à comprendre la réponse des systèmes d’érosion (ablation, transfert et accumulation) aux forçages naturels et anthropiques, ainsi qu’à développer des méthodes de modélisation permettant de généraliser les observations de terrain à différentes échelles. Ainsi, l’ensemble de ces recherches se positionne clairement à l’interface entre recherches de terrain et formalisation informatique. En ce sens, les données primaires et l’expertise de terrain nourrissent la modélisation.

Dans ce contexte, mes recherches ont successivement traité la question de l’érosion en masse de type glissement de terrain (au cours de mon master et de ma thèse) à l’université de Caen (UMR LETG-Caen Géophen). Par la suite, j’ai eu l’opportunité d’intégrer deux programmes de recherche portant sur l’étude des systèmes fluviaux avec une focalisation sur l’étude des remplissages sédimentaires de fond de vallée, notamment dans le cadre d’études paléoenvironnementales en collaboration avec les équipes du Mans (CNAM et UMR ESO), de Paris (UMR LGP) et de Toulouse (UMR TRACES). En parallèle, je me suis investi, toujours à l’UMR LGP, dans la modélisation informatique de l’évacuation de plage face au risque de tsunami. Aujourd’hui, je travaille dans le cadre de mon post-doctorat à l’UMR EVS (Lyon), sur la question de l’érosion des sols et de la connectivité hydrosédimentaire. Ceci constitue une thématique charnière, à l’interface entre production de sédiments sur les versants, accumulation sédimentaire dans les fonds de vallée et parcours des sédiments dans le bassin versant.

 


N.B. : chaque page personnelle est rédigée sous l'entière responsabilité de son auteur.