Page personnelle

Dernière modification le 23/09/2017

Alain HUGON
0231565542
 alain.hugon@unicaen.fr

Professeur d'histoire moderne

Membre de l'équipe CRHQ (Pouvoirs, régulation, conflits - Fabrique de l'opinion et constructions mémorielles)
Membre de l'équipe OUEN

Responsabilités universitaires

  • Directeur du master d’histoire (2010 à 2014)
  • Direction adjointe du CRHQ UMR 6583 (2012-2016)
  • Membre du conseil scientifique de l’université de Caen Basse-Normandie (de 2007 à 2008 et 2012-2016)
  • Membre du conseil de l’UFR d’histoire de l’université de Caen Basse-Normandie (de 2004 à 2010 et 2013 à 2015)
  • Membre du coneil de laboratoire CRHQ

Éléments biographiques

Parcours

2010-2017 : professeur à l’université de Caen Normandie
2009 : HDR
2002-2010 : maître de conférences à l’universté de Caen Basse-Normandie
1998-2002 : maître de conférences à l’université de Rennes 2 – enseignements à l’antenne universitaire de Saint-Brieuc et à Rennes.
1997-1998 : professeur agrégé
1996 : Thèse de doctorat
1994-1996 : membre de la Casa de Velázquez (Madrid) – Ecole des Hautes Etudes Hispaniques et Ibériques.
1989-1994 : professeur agrégé
1983-1989 : professeur certifié d’histoire géographie
1982 : maîtrise d’histoire et DEA de géographie – aménagement du territoire
1981 : licence d’histoire et maitrise de géographie
1977 : Bac B

Thèse

Au service du roi catholique : "honorables ambassadeurs" et "divins espions" face à la France. Représentation diplomatique et service secret dans les relations hispano-françaises de 1598 a 1635.

Thèse de doctorat : HISTOIRE : Caen : 1996, 4 vol. (1043 f.), sous la direction de André Zysberg.

Les fondements de la diplomatie contemporaine résident dans la déchirure religieuse du XVIe siècle. La lente émergence des royaumes au moyen-âge et les confrontations entre les différentes instances de souverainetés pendant la renaissance favorisent l'éclosion d'une représentation des pouvoirs princiers auprès des différents monarques. Dans un contexte de paix (1958-1635), l'établissement de relations bilatérales entre les couronnes espagnoles et françaises autorise l'étude de la diplomatie et celle de l'apurement des contentieux nés des guerres de religion. Tentant de comprendre les cadres de ces relations par l'analyse, linéaire et informatique, des documents diplomatiques espagnols, ces recherches aboutissent a préciser les limites de l'action politique dont les éléments sont scandes par les traites et les conflits périphériques aux deux couronnes. Ce tiers de siècle (1598-1635) aboutit à des mutations. Doit-on parler pour l'Espagne de monarchie catholique "multinationale" (les agents seraient les "bons catholiques")? La couronne de France s'assimile-t-elle à une conscience nationale se constituant depuis plus d'un siècle ? La pratique diplomatique espagnole souligne les signes d'adhésion comme les écarts envers ces schémas. Elle indique certaines évolutions. La représentions du roi catholique a paris souligne la prégnance d'une culture propre a l'époque moderne : ostentation, "corruption", importance attachée aux marques de l'identité nobiliaire... dans le même temps, les relations hispano-françaises démontrent le poids d'un consensus déjà ancien quant a la pratique du droit des gens (immunités, protection des nationaux..). Afin de pénétrer les intentions du partenaire, ce monde de l'emphase s'associe au domaine opaque du secret. Peut-on voir la "main de Madrid" dans les différents complots contre le roi très-chrétien ?

HDR : Naples : le palimpseste révolutionnaire (1647-1648)

Mémoire original d’HDR soutenu le 6 juin 2009 à l’université de Paris X Nanterre devant le jury composé de :

  • M. Marc Bélissa, Maître de conférences HDR, Université de Paris X Nanterre
  • M. Yves-Marie Bercé, Professeur d’Histoire moderne, Université Paris IV-Sorbonne
  • M. Gérard Labrot, Professeur d’Histoire de l’art, Université P. Mendès France, Grenoble
  • M. Giovanni Muto, Professeur d’Histoire moderne, Université Frédéric II, Naples
  • M. Jean-Michel Sallmann, Professeur d’Histoire moderne, Paris X Nanterre (dir. de recherche)
  • M. André Zysberg, Professeur d’Histoire moderne, Université de Caen


En 1647 et 1648, la ville et le royaume de Naples vécurent une révolution dont l’histoire a retenu la simple image de Masaniello, pêcheur « martyr » assassiné après dix jours de tumultes. L’importance de la capitale et la violence des combats urbains qui eurent lieu pendant près d’un an ont occulté l’ampleur de ce mouvement révolutionnaire. Ce furent plusieurs centaines de jacqueries qui se déroulèrent dans les villages et les villes contre leurs seigneurs et les élites urbaines. Longtemps perçue comme une révolte « nationale », contre le roi d’Espagne, s’insérant dans la rivalité franco-espagnole, la révolution napolitaine appelle à une interprétation des pratiques et des symboles utilisés, en particulier grâce à la présence de riches manuscrits et d’une abondante iconographie. Le travail de mémoire dans le mezzogiorno s’est opéré par recouvrements successifs, à l’image des populations et des architectures de la ville, formant un palimpseste sur lequel l’historiographie ne cesse de découvrir des éléments épars

From 1647 to 1648 the city and the kingdom of Naples were the theatre of a revolution of which Masaniello, fisherman and “martyr”, killed after ten days of turmoil, came to be the  most widely remembered symbol. Yet, the importance of Naples as a capital and the violence of the urban fighting which lasted for nine months, have been an obstacle to fully seize the importance and extension of the revolutionary movement. In fact, several hundred southern villages and towns rebelled against their feudal lords and the urban elites. It is therefore necessary to go beyond the traditional interpretation of this event as a “national” revolution against Spanish sovereignty in the context of the Franco-Spanish rivalry of the middle of the 17th century. A new interpretation of the political practices and symbols is possible thanks to abundant manuscript sources and iconographic material. The work of memory in the Mezzogiorno, according to the different populations and city morphologies, produced many overlaying strata which together form a sort of palimpsest waiting to be historically deciphered fragment by fragment


N.B. : chaque page personnelle est rédigée sous l'entière responsabilité de son auteur.