l m m j v s d
 
 
 
 
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
 
18
 
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
31
 
 
 
 
 
 

Une Maison de la recherche

La Maison de la Recherche en Sciences Humaines de Caen est née en 1995, dans la première vague de création des MSH au sein des universités françaises. Elle vient de la préoccupation et de l’intérêt intellectuels dans le monde scientifique pour l’ouverture de la réflexion au-delà des disciplines construites de la fin du XIXe aux années 1960. En même temps que la rigueur, l’approfondissement de connaissances, le développement d’expérimentations, de méthodes, de techniques, toutes choses positives, l’organisation en disciplines tend à ériger des barrières, obstacles à une compréhension plus large. Aussi, en même temps que la recherche dans chaque discipline continuait à marche rapide sa progression de multiples façons, se développaient aussi dans tous les domaines scientifiques l’idée et la conviction que la compréhension mais aussi la progression de chaque savoir disciplinaire gagnaient énormément à ce qu’on appelle pluridisciplinarité interdisciplinarité.

Créer du nouveau, fabriquer de l’innovation est toujours une lutte contre l’inertie et les pré-carrés. La première des MSH, la Fondation Maison des Sciences de l’Homme à Paris, fondée en 1963 par Fernand Braudel, puis la démarche  de politique scientifique tant nationale (Direction de la recherche du Ministère) que régionale (Universités) qui donna naissance aux MSH à partir de 1990, et aujourd’hui le réseau national des MSH,  ont impulsé dans le secteur SHS cette innovation plurisdisciplinaire.

La MRSH de Caen avec le soutien très actif et constant de ses deux tutelles, l’Université de Caen et le CNRS, travaille à soutenir et démultiplier les efforts des équipes de recherche SHS, à porter de nouveaux développements de recherche et à produire du pluridisciplinaire. C’est une vraie fabrique de pluridisciplinaire et d’interdisciplinaire.

La MRSH est un des trois pôles structurants de l’Université de Caen, elle soutient les 500 enseignants chercheurs et ingénieurs et 21 équipes du domaine SHS, elle porte également des plateformes des Très Grandes Infrastructures de Recherche (TGIR) nationales. Les infrastructures de recherche nationales sont aujourd’hui essentielles pour structurer la recherche, y amener les meilleures pratiques, tirer l’ensemble du secteur au meilleur niveau international. Deux TGIR existent en SHS : HUMANUM et PROGEDO,  toutes deux portées par le CNRS. La MRSH de Caen porte des plateformes de PROGEDO et d’HUMANUM.
Les chercheurs et les équipes de la MRSH ont impulsé 6 pôles pluridisciplinaires : un pôle Rural, un des seuls en France, un pôle Risques et environnement durable associant nombre de disciplines SHS jusqu’au Droit et des enseignants chercheurs de Sciences de la Vie, un pôle Maritime, en cette région au plus long linéaire de côte (500 km) sur la mer la plus fréquentée du globe, un pôle Modélisation en sciences cognitives, un pôle Formation, éducation, travail, emploi et un pôle Document numérique.

Le numérique pluridisciplinaire qui révolutionne toutes les pratiques y compris scientifiques est une des caractéristiques de l’Université de Caen. L’université  en a fait un axe transversal de l’établissement. La MRSH l’anime particulièrement en collaboration avec le GREYC, unité CNRS des Sciences de l’Information. La transformation numérique concerne tous les secteurs de l’activité scientifique. La MRSH travaille au document numérique de demain. Un grand programme NUMNIE soutenu par le CNRS, la Région et l’Etat, qui mobilise plusieurs dizaines de chercheurs, une des plus fortes concentrations françaises, en imagine les nouvelles possibilités. Un pôle travaille sur les nouvelles conditions d’apprentissage des enfants comme des adultes avec les d’outils numériques.

La MRSH contribue fortement à un Equipex : Biblissima ainsi qu’aux consortiums de la TGIR Humanum, elle met en œuvre  la politique de l’INSHS CNRS  pour le passage au numérique des revues labellisées CNRS et co-porte avec la FMSH la nouvelle infrastructure nationale pour le numérique NUMEDIF, articulée à OpenEdition. Elle prend ainsi sa place dans l’effort national de structuration du secteur SHS pour le hisser aux meilleures positions internationales.

Une MSH est un lieu où l’on vient penser collectivement, où l’on favorise l’interconnaissance internationale. Ainsi, avec ses Masterclass internationales, ses 30 à 35 manifestations nationales et internationales qui amènent plusieurs centaines de chercheurs de tous les continents, la MRSH joue un rôle de creuset de pensée et d’échanges. Les humanités y prennent fortement leur place, de la philosophie aux études culturelles et littéraires, en France bien sûr, mais aussi particulièrement avec les aires anglo-saxonnes, des pays du Nord, et de l’Italie.

Une MSH est aussi un lieu pour diffuser et faire porter loin dans la société, la réflexion, la recherche, les résultats de celle-ci.

La Forge Numérique de la MRSH, qui permet d’écouter ou de voir les conférences auxquelles on n’a pas pu se rendre, offre ainsi 15 000 auditeurs quand la salle en a eu 100, le partenariat avec France Culture, Canal U, la chaîne des plateformes Visio du réseau national des MSH contribuent à cette diffusion dans le monde académique et le public.

C’est le même esprit, penser large, échanger avec d’autres domaines, transmettre au public, qui a conduit, avec Cyceron, à la création de la Semaine de la Mémoire, où plus de 40 tables-rondes, conférences, ateliers ont fait venir sur les campus plus de 5 000 personnes. C’est le même esprit qui, pour penser l’innovation dans le territoire où elle est inscrite, a poussé la MRSH à organiser plusieurs éditions d’un forum public « Normandie Demain » avec le grand journal Ouest-France, quand la réforme territoriale n’était pas du tout à l’ordre du jour.

Du travail de laboratoire, de terrain, de réflexion, d’écriture longue des chercheurs, à une Semaine de la Mémoire grand public, en passant par la réflexion sur l’éthique, sur les impacts de technologies sur la société et à la conception de la nouvelle édition numérique et le document numérique, la MRSH œuvre à construire les liens, les fils, les cohérences au sein de son université, liée à son territoire et tournée vers l’ensemble du tissu scientifique du pays et vers l’international.

La MRSH travaille à être un lieu de création scientifique, de formation à la recherche des doctorants, un lieu de pensée, d’accélération d’innovation, pour son université et sa COMUE et pour contribuer au développement de la communauté de recherche nationale avec l’INSHS du CNRS et le réseau national des MSH.
 

 

Facebook icon