Penser le travail des enseignants et celui des élèves, avec/autour du travail d'Anne Barrère. Journée de l'axe fédératif ESPE Professionnalisations.

Lieu : Salle des actes MRSH
Début : 26/02/2014 - 10:00
Responsable(s) scientifique(s) : Anne-Laure LE GUERN (CERSE)

Penser le travail des enseignants et celui des élèves, avec/autour du travail d'Anne Barrère.

Journée de l'axe fédératif ESPE Professionnalisations.

Anne Barrère, en faisant paraître en 2002, son ouvrage sur le travail enseignant (Les enseignants au travail. Routines incertaines. Paris : L’Harmattan) introduit la notion d’épreuves, en en faisant une catégorie du travail ordinaire des enseignants, en sociologie et sociologie de l’éducation. Jean-François Thémines et Anne-Laure Le Guern lors d’une récente enquête ont essayé de construire la notion d’ « épreuve didactique », à partir du travail d’Anne Barrère mais également de celui de Danilo Martuccelli, et Laurent Thévenot [cf. Le Guern & Thémines, (2012) communications aux colloques de l’HEP Lausanne, Sociologie et didactiques, septembre 2012, de didactique de l’histoire et de la géographie de Québec, Université Laval, octobre 2012, symposium AREF à Montpellier (Le Merec-Vinatier) août 2013]. La matinée sera ainsi consacrée, après une courte présentation générale des recherches d’Anne Barrère, à la construction conceptuelle des épreuves subjectives du travail enseignant.

L’après-midi rendra compte des épreuves adolescentes, par lesquelles ceux-ci se construisent, cette fois, à partir de l’ouvrage sur les épreuves des adolescents (Barrère, Anne (2011). L’éducation buissonnière. Quand les adolescents se forment par eux-mêmes. Paris : Armand Colin).
Que fait-on de ce que les élèves savent et de ce qu’ils construisent en dehors de l’école ou en dehors de ce que l’école prévoit pour eux ? Y aurait-il un gain de compétence (pour les individus) et un gain d’efficacité (pour le système éducatif français) à connaître et tenir compte de ce qu’Anne Barrère nomme les savoirs de l’école buissonnière ? Comment en faire un objet de formation ? Qui pourrait être chargé de cette formation ? Selon quelle forme et quelles modalités ? Que sait-on de ce qui fait épreuve pour les élèves ? Y a-t-il là une épreuve pour les professionnels de l’éducation et de l’enseignement que tous ne choisissent pas de relever ?

Une discussion suivra, avec avec Elisabeth Schneider (Eso Caen) sur les pratiques scripturales des adolescents, notamment numériques et en mobilité et avec des chercheurs de l’ANR INéduc sur les loisirs des 12-15 ans (Gérard Boudesseul, Jean-François Thémines, Patrice Caro, ESO Caen).

Fichier(s) à télécharger
  CERSE infos_affiche_programme_AB_26fev14.pdf