Référents


Documents labellisés

Faire atterrir les Communs numériques. Des utopies métaphysiques aux nouveaux territoires de l'hétérotopie

Vers le site de ce contributeur
Lionel Maurel, juriste, conservateur de bibliothèques et blogueur
– S.I.Lex –
Date : 14/07/2019
Lieu : CCIC Cerisy
Durée : 1:01:09

Cette communication a été prononcée  dans le cadre du colloque intitulé Territoires solidaires en commun : controverses à l’horizon du translocalisme qui s’est tenu au Centre Culturel International de Cerisy du 12 au 19 juillet 2019, sous la direction de Elisabetta BUCOLO, Hervé DEFALVARD et Geneviève FONTAINE.

Nous sommes entrés dans "une sorte de nouvel âge des communs, celle de l'enracinement des communs dans la société, de leur extension à des domaines sans cesse élargis de la vie sociale et de leur pérennisation dans le temps", telle est l'une des conclusions du premier colloque de Cerisy (Vers une république des biens communs ?, Éditions Les Liens qui Libèrent, 2018). Après un deuxième colloque consacré en 2017 à L'alternative du commun, cette troisième rencontre vise à débattre des questions, peu abordées dans les précédentes éditions, des territoires solidaires en commun. Il questionnera notamment les manières dont les solidarités locales autour de diverses ressources (santé, logement, énergie, emploi, culture…) s'articulent aujourd'hui à des solidarités jouant à des échelles territoriales plus larges jusque et y compris mondiales...

Lionel Maurel est Directeur Adjoint Scientifique pour l'information scientifique et technique à l'Institut des Sciences Humaines et Sociales du Centre National de la Recherche Scientifique. Il est d'abord en poste à la BnF où il coordonne les relations de Gallica avec les bibliothèques partenaires spécialisées en droit et sciences politiques. Il rejoint ensuite en 2011 la BDIC (Université Paris Nanterre) où il est responsable des projets numériques. En 2015, il devient responsable de la valorisation de l'Information Scientifique et Technique (IST) à l'Université Paris Lumières.

Résumé de la communication

Logiciels libres et Open Source ; projets collaboratifs comme Wikipédia ou Open Street Map ; œuvres culturelles partagées sous licence Creative Commons : autant d'exemples de Communs numériques qui ont pris aujourd'hui une importance significative. Néanmoins, ces objets sont souvent présentés comme des Communs "immatériels", "informationnels" ou "de la Connaissance", par opposition à des Communs dits "naturels", "matériels" ou "environnementaux". Ce type de dichotomie fait écho au Grand Partage entre Nature et Culture, remis en question dans les travaux de Bruno Latour, et notamment dans son ouvrage Où atterrir ? Comment s'orienter en politique. Les travaux originaux d'Elinor Ostrom (prix Nobel d'économie 2009) et de Charlotte Hess avaient pourtant le mérite de ne pas opérer ce type de séparation, car elles pensaient de front la dimension matérielle des Communs de la connaissance et le rôle du partage des connaissances dans les Communs naturels.
Mais ces enseignements ont peu à peu été oubliés au profit d'une conception désincarnée des Communs numériques, réduits à leur dimension purement informationnelle. C'est notamment l'influence de la cyberculture américaine des pionniers de l'Internet qui a conduit à les concevoir comme des "Communs intangibles de l'esprit" (James Boyle) flottant dans l'éther numérique. Suivant les propositions de Bruno Latour, il importe aujourd'hui de sortir de cette pensée dualiste pour "faire atterrir" les Communs numériques, en les appréhendant comme inséparables des infrastructures et des objets matériels constituant le réseau que forme Internet. C'est même une urgente nécessité pour parvenir à penser des Communs numériques qui ne seraient plus "hors-sol", mais enracinés dans les sols et dans les corps, en cessant de séparer les enjeux d'émancipation des humains des questions écologiques devant être regardées en face à l'heure de l'Anthropocène.

Pour en savoir davantage

Téléchargez le diaporama de présentation

Rechercher dans la forge numérique

Sujets

Adoption Agriculture Agronomie Alimentation Altérité Aménagement Animaux Apprentissage Architecture Archives Arts Attachement Autofiction Autorité Big Data Bonheur Cartographie Catastrophe Chanson Cinéma Classes sociales Climat Cognition Collectivité Commerce Communication Complexité Comportement Concept Conflits Conscience Consommation Constitution Coopération Corps Crise Croissance Création Crédit Culture Célébration Danse Dessin Discrimination Documents Droits Décision Démocratie Déplacements Développement Echelles Ecrits Ecrivains Edition Education Endettement Energie Enfance Enfant Entreprise Environnement Epistémologie Equilibre Equitation Etats Ethique Europe Evaluation Evolution Expression Famille Fiction Fiscalité Foi Folklore Fondation Formation Futur Genre Historiographie Héritage Identité Image Imaginaire Individualisme Industrialisation Informel Innovation Insertion Institutions Intellectuels Interdisciplinarité Inégalités Itinéraire Jardins Jeu Jeunesse Justice Langage Lexicologie Liberté Lien social Limites Littérature Loisirs Maladie Marginalité Maritime Migration Militaire Minorités Mobilité Modélisation Monnaie Morale Mort Motricité Musique Mutations Mythes Médecine Mémoire Nature Normes Nucléaire Numérique Orient Orientation ouvrages Paix Parenté Parole Patrimoine Paysage Peinture Pensée Performance Personnage Philosophie Plaisir Politique Population Pouvoir Poésie Presse Prison Procréation Progrès Propagande Propriété Protection Précarité Pêche Recherche Relations Religion Responsabilité Ressources Risques Rituels Ruralité Réseaux Santé Sciences & techniques Scolarité Sens Sensibilité Sexe SHS Sociétés Sols Son Souffrance Spectacle Sport Suicide Surréalisme Syndicalisme Sécurité Ségrégation Sémantique Technologie Temps Territoire Théâtre Toponymie Tourisme Transmission Transplantation Transports Travail Urbanisation Urbanisme Utopie Valeurs Vestiges Victimes Vie Vigne Ville Violence Virtuel Voyage Vulnérabilité Vérité
  
Abonnements - Fils RSS de la MRSH