Référents


Documents labellisés

Sociopoétique du jardin dans le roman français du XIXe siècle : théorie et pratique

Structure de recherche associée à la MRSH : ERLIS
Date : 04/04/2019
Lieu : MRSH Caen
Durée : 55:02

Cette communication a été enregistrée dans le cadre du séminaire pluridisciplinaire Organisation et réorganisation des espaces culturels : politiques et représentations organisé par l'équipe ERLIS (EA 4254).

Pascale Auraix-Jonchière est professeure de littérature française du XIXe siècle à l’université Clermont Auvergne. Après avoir dirigé le Centre de Recherches Révolutionnaires et Romantiques, elle a fondé le CELIS avec Alain Montandon et l’a dirigé de 2006 à 2016. Ses recherches portent sur George Sand (Dictionnaire George Sand, co-dir avec S. Bernard-Griffiths, Paris, Champion, 2015 ; George Sand et la fabrique des contes, Paris, classiques Garnier, 2017) et Barbey d’Aurevilly. Elle travaille sur la réception des mythes et des contes aux XIXe et XXe siècles, sur la poétique de l’espace, la poétique des genres (fictions brèves) et la sociopoétique. Elle dirige ou co-dirige plusieurs collections aux PUBP (Révolutions et Romantismes, Mythographies et sociétés) et chez Garnier (série RLM « Jules Barbey d’Aurevilly » ; série « George Sand »). Elle est rédactrice en chef de la revue en ligne Sociopoétiques. Dans le domaine des représentations sociales, elle a co-dirigé le Dictionnaire littéraires des fleurs et des jardins (Champion, 2017) et travaille actuellement sur les représentations des Roms, d’une part, du handicap, d’autre part.

Résumé de la communication

La sociopoétique est un champ d’analyse transdisciplinaire nourri d’une « culture des représentations sociales comme avant-texte », qui permet de saisir à quel point et selon quelles modalités le maniement de ces représentations « informe le texte dans son écriture même », d’après Alain Montandon. Si l’écriture des interactions sociales est concernée au premier chef par une telle approche, l’usage des espaces privés ou publics gagne aussi à être interrogé sous cet angle. Les jardins se retrouvent ainsi au cœur des pratiques en plein essor à partir du XVIIIe siècle, comme l’horticulture, mais aussi de pratiques plus domestiques, comme celle de l’hospitalité ou la promenade, par exemple.
Mais c’est plus spécialement sous l’angle du genre que se place la présente réflexion car les représentations de la femme au jardin sont codifiées : lieu de réflexion, de lecture ou de promenade, le jardin est aussi un espace clos (surtout en contexte urbain) susceptible de se transformer en prison pour dire les contraintes imposées aux femmes. Deux fictions (une nouvelle, un roman) serviront d’exemple pour interroger cette mise en scène de l’aliénation féminine : Honorine de Balzac (1843) et Isidora de George Sand (1845). Dans les deux cas, il s’agit de jardins parisiens, des jardins clos qui peuvent cependant communiquer avec d’autres jardins et dans lesquels la femme (le personnage éponyme) est confrontée à l’idée de liberté. Prisonnières enchantées de jardins dévolus au loisir, à l’art ou à la promenade, les héroïnes de Sand ou de Balzac souffrent d’un enfermement catégoriel. Victime d’un réseau d’illusions chez Balzac, l’héroïne se libère des représentations contraignantes chez Sand, en faisant du jardin une métaphore pour dire sa maturation et son détachement des impératifs sociaux, le temps passant.
 

Rechercher dans la forge numérique

Sujets

Adoption Agriculture Agronomie Alimentation Altérité Aménagement Animaux Apprentissage Architecture Archives Arts Attachement Autofiction Autorité Big Data Bonheur Cartographie Catastrophe Chanson Cinéma Classes sociales Climat Cognition Collectivité Commerce Communication Complexité Comportement Concept Conflits Conscience Consommation Constitution Coopération Corps Crise Croissance Création Crédit Culture Célébration Danse Dessin Discrimination Documents Droits Décision Démocratie Déplacements Développement Echelles Ecrits Ecrivains Edition Education Endettement Energie Enfance Enfant Entreprise Environnement Epistémologie Equilibre Equitation Etats Ethique Europe Evaluation Evolution Expression Famille Fiction Fiscalité Foi Folklore Fondation Formation Futur Genre Historiographie Héritage Identité Image Imaginaire Individualisme Industrialisation Informel Innovation Insertion Institutions Intellectuels Interdisciplinarité Inégalités Itinéraire Jardins Jeu Jeunesse Justice Langage Lexicologie Liberté Lien social Limites Littérature Loisirs Maladie Marginalité Maritime Migration Militaire Minorités Mobilité Modélisation Monnaie Morale Mort Motricité Musique Mutations Mythes Médecine Mémoire Nature Normes Nucléaire Numérique Orient Orientation ouvrages Paix Parenté Parole Patrimoine Paysage Peinture Pensée Performance Personnage Philosophie Plaisir Politique Population Pouvoir Poésie Presse Prison Procréation Progrès Propagande Propriété Protection Précarité Pêche Recherche Relations Religion Responsabilité Ressources Risques Rituels Ruralité Réseaux Santé Sciences & techniques Scolarité Sens Sensibilité Sexe SHS Sociétés Sols Son Souffrance Spectacle Sport Suicide Surréalisme Syndicalisme Sécurité Ségrégation Sémantique Technologie Temps Territoire Théâtre Toponymie Tourisme Transmission Transplantation Transports Travail Urbanisation Urbanisme Utopie Valeurs Vestiges Victimes Vie Vigne Ville Violence Virtuel Voyage Vulnérabilité Vérité
  
Abonnements - Fils RSS de la MRSH