Référents


Documents labellisés

Les bouffonneries macabres sur la scène novarinienne : un comique rédempteur

Vers le site de ce contributeur
Date : 13/08/2018
Lieu : CCIC Cerisy
Durée : 47:04

Cette communication a été prononcée  dans le cadre du colloque intitulé Valère Novarina, les quatre sens de l'écriture qui  s’est tenu au Centre Culturel International de Cerisy du 10 au 17 août 2018, sous la direction de Marion CHÉNETIER-ALEV, Sandrine LE PORS et Fabrice THUMEREL.

"Très longtemps il m’a semblé que tout devait atteindre quatre sens: chaque phrase, chaque réplique, chaque scène de l’Écriture — et y compris mon nom (et y compris mes initiales !)", peut-on lire dans le dernier essai de Valère Novarina, Voix négative précisément. Quels sont les quatre sens possibles de VN: Voie Négative, Voix Négative, Via Novarina, Viande Niée ?... Si les pistes ne manquent pas, il convient cependant de s’interroger sur la valeur herméneutique, poétique et critique d’une telle approche: en quoi cette voie onomastique constitue-t-elle un mode opératoire pertinent pour aborder l’œuvre ? Comment saisir la quatressence d’une œuvre particulière ou de l’œuvre dans son intégralité (lecture littérale, allégorique, morale et anagogique) ? Dans quelle mesure l’écriture novarinienne doit-elle être rattachée à la scène de l’Écriture et comment comprendre cette expression dans toutes ses dimensions ?

Christine Ramat est professeur agrégé et docteur ès lettres. Elle enseigne à l’Université d’Orléans (ESPE CVL). Ses recherches portent sur la place et les formes spécifiques du comique dans les dramaturgies contemporaines. Elle a consacré sa thèse au théâtre de Valère Novarina (Valère Novarina, La Comédie du verbe, L’Harmattan, Coll. "Critiques littéraires", 2009) et publié plusieurs articles sur son œuvre.

Résumé de la communication

Le spectral est une des problématiques profondes sinon fondatrices du texte théâtral. Depuis la Seconde Guerre Mondiale, la figure du mort fait un retour sur la scène contemporaine. Emblématique du théâtre de l’après-Auschwitz, le cadavre est le témoin de la catastrophe, la figure du scandale et de la violence généralisée. Sur la scène novarinienne, la présence du mort acquiert une visibilité quasi obsessionnelle qui exhibe un catastrophisme jubilatoire. D'une part, la théâtralisation du macabre, associée au rituel d'un sacrifice, exacerbe toutes les logiques du pire dans des proportions démesurément loufoques si bien que le tragique devient franchement risible. D'autre part, le travestissement biblique de la Passion christique exploite toutes les potentialités joyeuses du rituel carnavalesque pour brouiller les frontières entre la vie et la mort. La corporéité du cadavre est alors animée d'une étonnante tonicité. Dans ce contexte, le rire de la mort ne signifie pas la mort du rire, mais il perturbe notre réception du comique. À la fois anxiogène et libérateur, c'est un comique paradoxal dont les vertus salutaires sont inversement  proportionnelles à ses capacités destructrices. Quelles relations entretiennent le rire et la mort sur la scène novarinienne? Quels sont les ressorts et les ressources de ce rire lazaréen qui insuffle, au cœur du spectacle grotesque de notre monde, une vitalité explosive? Telles sont les pistes que nous proposons d'explorer.

Rechercher dans la forge numérique

Sujets

Adoption Agriculture Agronomie Alimentation Altérité Aménagement Animaux Apprentissage Architecture Archives Arts Attachement Autofiction Autorité Big Data Bonheur Cartographie Catastrophe Chanson Cinéma Classes sociales Cognition Collectivité Commerce Communication Complexité Comportement Concept Conflits Conscience Consommation Constitution Coopération Corps Crise Croissance Création Crédit Culture Célébration Danse Dessin Discrimination Documents Droits Décision Démocratie Déplacements Développement Echelles Ecrits Ecrivains Edition Education Endettement Energie Enfance Enfant Entreprise Environnement Epistémologie Equilibre Equitation Etats Ethique Europe Evaluation Evolution Expression Famille Fiction Fiscalité Foi Folklore Fondation Formation Futur Genre Historiographie Héritage Identité Image Imaginaire Individualisme Industrialisation Informel Innovation Insertion Institutions Intellectuels Interdisciplinarité Inégalités Itinéraire Jardins Jeu Jeunesse Justice Langage Lexicologie Liberté Lien social Limites Littérature Loisirs Maladie Marginalité Maritime Migration Militaire Minorités Mobilité Modélisation Monnaie Morale Mort Motricité Mutations Mythes Médecine Mémoire Nature Normes Nucléaire Numérique Orient Orientation ouvrages Paix Parenté Parole Patrimoine Paysage Peinture Pensée Performance Personnage Philosophie Plaisir Politique Population Pouvoir Poésie Presse Prison Procréation Progrès Propagande Propriété Protection Précarité Pêche Recherche Relations Religion Responsabilité Ressources Risques Rituels Ruralité Réseaux Santé Sciences & techniques Scolarité Sens Sensibilité Sexe SHS Sociétés Sols Son Souffrance Spectacle Suicide Surréalisme Syndicalisme Sécurité Ségrégation Sémantique Technologie Temps Territoire Théâtre Toponymie Tourisme Transmission Transplantation Transports Travail Urbanisation Urbanisme Utopie Valeurs Victimes Vie Vigne Ville Violence Virtuel Voyage Vérité
  
Abonnements - Fils RSS de la MRSH