Référents


Documents labellisés

L’espace tragique du vide dans la poésie de Paul Celan et les toiles d’Anselm Kiefer

Vers le site de ce contributeur
Date : 15/07/2017
Lieu : CCIC Cerisy
Durée : 38:42

Cette communication a été enregistrée dans le cadre du colloque intitulé Littératures et arts du vide qui  s'est tenu au Centre Culturel International de Cerisy du 13 au 20 juillet 2017, sous la direction de Jérôme DUWA et Pierre TAMINIAUX.

Le vide reflète avant tout un parti pris esthétique de dépouillement et d’épure des formes. Mais il débouche aussi dans de nombreux cas sur l’expression d’une crise, sinon d’une "fin de l’art" dans la culture occidentale, comme l’a suggéré le mouvement "Fluxus" dans les années 1960/1970 et comme le montre encore l’art contemporain aujourd’hui...

Colette Guedj, professeur émérite en langue et littérature à l’Université Nice Côte d’Azur et membre du centre de recherches CTEL, a participé à l’élaboration de plusieurs dictionnaires sur la littérature du XXe siècle et publié de nombreux articles sur la poésie et ses rapports avec les arts, mais aussi avec le vide et le blanc (du Bouchet, Guillevic, Gaspar, Segalen Celan). Écrivain, elle est l’auteur de huit ouvrages publiés (Lattès, Ovadia). Elle est régulièrement invitée à prononcer des conférences (universités, lycées, médiathèques, hôpitaux, maisons d’arrêt) sur la littérature mais aussi sur la thématique fondatrice de ses ouvrages: "Le pouvoir de la parole poétique face au tragique de l’existence" ou encore "Écrire c’est vivre".

Résumé de la communication

Les poésies de Paul Celan tout comme les toiles d’Anselm Kiefer sont traversées par le traumatisme de la Shoah. Pour Celan, poète roumain d’origine juive, écrivant en allemand, il est impossible de mettre en mots l’innommable, sauf à déconstruire la langue de mort des bourreaux, à la cribler de trous et à la vider de son sens. Quant à Kiefer, plasticien non juif né en Allemagne après la Shoah, il met en scène un univers concentrationnaire hérissé d’arbres calcinés, jonché de chaise vides d’où toute présence humaine est abolie, des champs lacérés par les bombes, dont les lignes de fuite se confondent avec les rails qui mènent à Auschwitz. Ainsi le poète et le peintre creusent-ils l’espace tragique d’un vide qui n’est pas néant, mais "ce reste sans reste qu’on appelle cendre" (Derrida).

Références photographiques

Les ordres de la nuit — https://www.guggenheim-bilbao.eus/fr/oeuvres/ordres-de-la-nuit/

Hanneton, vole! — https://www.google.fr/search?q="Maikäfer+flieg+!"&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwjxnY6UtZzVAhUHD8AKHXQFC7MQ_AUIBygC&biw=1394&bih=1068#tbm=isch&q="Maikäfer+flieg+!"+kiefer&imgrc=p6DmYWeFeUFeBM:

« Das einzige Licht » — https://www.google.fr/?gws_rd=ssl#q=das+einzige+licht+kiefer

La chaise vide — https://www.google.fr/search?q=la+chaise+vide+kiefer&source=lnms&tbm=isch&sa=X&sqi=2&ved=0ahUKEwiU48LcmpzVAhWnA8AKHRrGCdEQ_AUIBygC&biw=1394&bih=1068#imgrc=qKxNz9fwjmW99M:

Naglfar, le « bateau des morts » — https://fr.wikipedia.org/wiki/Naglfar

Le bateau solaire — https://www.google.fr/?gws_rd=ssl#q=le+bateau+solaire+kiefer

http://obraska.eklablog.fr/l-exposition-anselm-kiefer-a119636228

Flocons noirs — https://zoebalthus.blogspot.fr/2014/11/kiefer-la-parole-de-celan-souffle-sur.html

« Tes cheveux d’or, Margarete » — https://www.pinterest.com/pin/64668944627931027

« Tes cheveux de cendre, Sulamith » — www.idixa.net/Pixa/pagixa-0706080516.html

Workswww.idixa.net/Pixa/pagixa-0807011437.htm

Für Paul Celan - « Fleur de cendre » — https://www.artsy.net/.../anselm-kiefer-fur-paul-celan-aschenblume

Rechercher dans la forge numérique

Sujets

Adoption Agriculture Agronomie Alimentation Altérité Aménagement Animaux Apprentissage Architecture Archives Arts Attachement Autofiction Autorité Big Data Bonheur Cartographie Catastrophe Chanson Cinéma Classes sociales Cognition Collectivité Commerce Communication Comportement Concept Conflits Conscience Consommation Constitution Coopération Corps Crise Croissance Création Crédit Culture Célébration Dessin Discrimination Droits Décision Démocratie Déplacements Développement Echelles Ecrits Ecrivains Edition Education Endettement Energie Enfance Enfant Entreprise Environnement Epistémologie Equilibre Equitation Etats Ethique Europe Evaluation Expression Famille Fiction Fiscalité Foi Folklore Fondation Formation Genre Historiographie Héritage Identité Image Imaginaire Individualisme Industrialisation Informel Innovation Insertion Institutions Intellectuels Interdisciplinarité Inégalités Itinéraire Jardins Jeu Jeunesse Justice Langage Lexicologie Liberté Lien social Limites Littérature Loisirs Maladie Marginalité Maritime Migration Militaire Minorités Mobilité Modélisation Morale Mort Motricité Mutations Mythes Médecine Mémoire Nature Normes Numérique Orient Orientation Paix Parenté Parole Patrimoine Paysage Peinture Pensée Performance Philosophie Plaisir Politique Population Pouvoir Poésie Presse Prison Procréation Propagande Propriété Protection Précarité Pêche Recherche Relations Religion Responsabilité Ressources Risques Ruralité Réseaux Santé Sciences & techniques Scolarité Sens Sensibilité Sexe SHS Sociétés Sols Son Souffrance Spectacle Suicide Surréalisme Sécurité Ségrégation Sémantique Technologie Temps Territoire Théâtre Toponymie Tourisme Transmission Transplantation Transports Travail Urbanisation Urbanisme Valeurs Vie Vigne Ville Violence Virtuel Voyage Vérité Évolution
  
Abonnements - Fils RSS de la MRSH