Référents


Documents labellisés

Langues de spécialités et réseaux sociaux dans le monde des marins et des chasseurs

Élisabeth Ridel, ingénieure d'études
Structures de recherche associées à la MRSH : LASLAR, CRISCO
Date : 06/04/2017
Lieu : MRSH Caen
Durée : 15:46

Cette communication a été enregistrée lors de la journée d’étude Réseaux sociaux et variation dans le langage en moyen français et français préclassique organisée à la MRSH de Caen le 6 avril 2017. L’objectif de cette rencontre était de lancer une réflexion collective sur la variation dans le langage comme signe d’appartenance à un groupe d’individus.Les choix de langage, jusqu’à la façon de structurer différents types de textes littéraires ou autres, signalent l’adhésion d’un locuteur à un réseau social. On pense en particulier aux choix idéologiques de dénomination, aux langues de spécialité, aux variations régionales, et ce non seulement au niveau du lexique mais également aux niveaux phonologique et grammatical. Au plan idéologique la variation fait apparaître une connivence entre des scripteurs et éventuellement des auteurs distincts, même à plusieurs décennies d’intervalle. Au niveau de la genèse de l’écriture le repérage de réseaux textuels renseigne sur les conditions de production d’un texte donné, éclairant par exemple une pratique de la réécriture, constatable par ailleurs au plan thématique et formel.

Élisabeth Ridel est docteur en sciences du langage et ingénieur au CNRS, (MRSH - Université de Caen). Spécialiste du vocabulaire maritime et auteur de nombreux articles sur les Vikings, elle a notamment dirigé l'ouvrage collectif L'Héritage maritime des Vikings en Europe de l'Ouest, paru aux Presses universitaires de Caen en 2002, et publié en 2009 Les Vikings et les mots.

Résumé de la communication

L’objectif de cette intervention est de présenter deux langues de spécialité à travers leur production écrite : les dictionnaires de marine et les traités de chasse. Bien qu’une langue propre aux marins et une langue propre aux chasseurs se soient constituées dès la période de l’ancien français, ces deux langues de spécialité vont surtout s’affirmer entre le XVe et le XVIIe siècle, au moment où la langue française se construit pleinement elle-même. Dans les deux cas, la langue des marins et celle des chasseurs s’inscrivent dans des réseaux sociaux particuliers, qui ont pesé sur leur formation et leur spécificité par rapport à la langue de tous les jours : elles ont leur propre lexique et parfois leurs propres tournures grammaticales, rendant ainsi leur compréhension peu accessible aux personnes qui ne font pas partie de la communauté à laquelle ces langues se raccrochent. Si des traités de chasse sont élaborés dès le XIVe siècle et paraissent de manière régulière entre le XVIe et le XVIIIe siècle, la production de dictionnaires propres de marine tarde à voir le jour. Il faut attendre le milieu du XVIIe siècle pour que la langue des marins fasse l’objet d’inventaires lexicographiques sppécifiques. Ce décalage entre deux langues de spécialité très anciennes, dont on perçoit les prémices aux XIIe et XIIIe siècles, est intéressant à analyser dans une perspective de comparaison. En quoi une langue de spécialité reflète-t-elle la reconnaissance d’un milieu social et constitue-t-elle un marqueur social ? Comment la mise en réseau d’une langue de spécialité, comme celle des marins et des chasseurs, a-t-elle influencé l’écriture et la réécriture des acteurs linguistiques ? Les recherches que nous avons entreprises depuis de nombreuses années sur la langue des marins et les dictionnaires de marine ainsi que celles, plus récentes, sur la langue des chasseurs pourront nourrrir la réflexion, qui nous est proposée ici, sur les liens entre les réseaux sociaux et la variation linguistique.

Rechercher dans la forge numérique

Sujets

Adoption Agriculture Agronomie Alimentation Altérité Aménagement Animaux Apprentissage Architecture Archives Arts Attachement Autofiction Autorité Big Data Bonheur Cartographie Catastrophe Chanson Cinéma Classes sociales Cognition Collectivité Commerce Communication Comportement Concept Conflits Conscience Consommation Constitution Coopération Corps Crise Croissance Création Crédit Culture Célébration Dessin Discrimination Droits Décision Démocratie Déplacements Développement Echelles Ecrits Ecrivains Edition Education Endettement Energie Enfance Enfant Entreprise Environnement Epistémologie Equilibre Equitation Etats Ethique Europe Evaluation Expression Famille Fiction Fiscalité Foi Folklore Fondation Formation Genre Historiographie Héritage Identité Image Imaginaire Individualisme Industrialisation Informel Innovation Insertion Institutions Intellectuels Interdisciplinarité Inégalités Itinéraire Jardins Jeu Jeunesse Justice Langage Lexicologie Liberté Lien social Limites Littérature Loisirs Maladie Marginalité Maritime Migration Militaire Minorités Mobilité Modélisation Morale Mort Motricité Mutations Mythes Médecine Mémoire Nature Normes Numérique Orient Orientation Paix Parenté Parole Patrimoine Paysage Peinture Pensée Performance Philosophie Plaisir Politique Population Pouvoir Poésie Presse Prison Procréation Propagande Propriété Protection Précarité Pêche Recherche Relations Religion Responsabilité Ressources Risques Ruralité Réseaux Santé Sciences & techniques Scolarité Sens Sensibilité Sexe SHS Sociétés Sols Son Souffrance Spectacle Suicide Surréalisme Sécurité Ségrégation Sémantique Technologie Temps Territoire Théâtre Toponymie Tourisme Transmission Transplantation Transports Travail Urbanisation Urbanisme Valeurs Vie Vigne Ville Violence Virtuel Voyage Vérité Évolution
  
Abonnements - Fils RSS de la MRSH