Référents


Documents labellisés

Les transformations du port de Cherbourg : le nouveau polder de 39 hectares

Date : février 2017
Structure de recherche associée à la MRSH : ESO-Caen

Cette photo illustre la mutation du port de Cherbourg et de son arrière-pays économique (hinterland). Elle représente le nouveau polder ou terre-plein gagné sur la mer, qui devra accueillir une usine de fabrication de pales d’éoliennes, construite par le groupe LM Wind Power (filiale de General Electric). Ce polder d’une surface de 39 hectares a été établi à l’est du terre-plein des Mielles, après un an et demi de dragage de la rade et de comblements. Au fond, au centre de l’image, on distingue la silhouette du fort central, qui émerge de la grande digue protégeant la rade, et à droite, la nouvelle digue composée d’enrochements qui protègent le terre-plein.

Ce nouveau terre-plein illustre tout à la fois la poursuite du développement vers l’est du port de commerce, l’ouest de la petite rade étant occupé par la base navale de la Marine nationale et les installations industrielles de la société DCNS, spécialisée dans les sous-marins, et également la nouvelle orientation du port vers un développement plus durable. Après le recul du Transmanche, la tentative sans lendemain du ferroutage à la fin des années 1990 (transfert de containers par train), le rêve transatlantique du projet Fastshisp (projet de porte-conteneurs rapides reliant Cherbourg à Philadelphie), ou l’échec du terminal charbonnier en 2011, ce projet semble être celui de la concordance des temps, entre les temps du port, du développement durable et de la ville et du temps politique.

Les mutations du port, et la création de ce nouveau terre-plein font l’objet du travail d’un groupe d’artistes et de scientifiques rassemblés au sein d’une équipe de recherche dédiée intitulée « Déplacer la terre », au sein de l’Ecole supérieure d’arts et médias de Caen-Cherbourg.

Stéphane Valognes mène des recherches sur les mémoires urbaines, les représentations du territoire, les mutations des espaces industrialo-portuaires. Ses travaux en cours sur Cherbourg portent sur les traces du passé colonial, la base navale, et les transformations du port.

Rechercher dans la forge numérique

Sujets

Adoption Agriculture Agronomie Alimentation Altérité Aménagement Animaux Apprentissage Architecture Archives Arts Attachement Autofiction Autorité Big Data Bonheur Cartographie Catastrophe Chanson Cinéma Classes sociales Cognition Collectivité Commerce Communication Comportement Concept Conflits Conscience Consommation Constitution Coopération Corps Crise Croissance Création Crédit Culture Célébration Dessin Discrimination Droits Décision Démocratie Déplacements Développement Echelles Ecrits Ecrivains Edition Education Endettement Energie Enfance Enfant Entreprise Environnement Epistémologie Equilibre Equitation Etats Ethique Europe Evaluation Expression Famille Fiction Fiscalité Foi Folklore Fondation Formation Genre Historiographie Héritage Identité Image Imaginaire Individualisme Industrialisation Informel Innovation Insertion Institutions Intellectuels Interdisciplinarité Inégalités Itinéraire Jardins Jeu Jeunesse Justice Langage Lexicologie Liberté Lien social Limites Littérature Loisirs Maladie Marginalité Maritime Migration Militaire Minorités Mobilité Modélisation Morale Mort Motricité Mutations Mythes Médecine Mémoire Nature Normes Numérique Orient Orientation Paix Parenté Parole Patrimoine Paysage Peinture Pensée Performance Philosophie Plaisir Politique Population Pouvoir Poésie Presse Prison Procréation Propagande Propriété Protection Précarité Pêche Recherche Relations Religion Responsabilité Ressources Risques Ruralité Réseaux Santé Sciences & techniques Scolarité Sens Sensibilité Sexe SHS Sociétés Sols Son Souffrance Spectacle Suicide Surréalisme Sécurité Ségrégation Sémantique Technologie Temps Territoire Théâtre Toponymie Tourisme Transmission Transplantation Transports Travail Urbanisation Urbanisme Valeurs Vie Vigne Ville Violence Virtuel Voyage Vérité Évolution
  
Abonnements - Fils RSS de la MRSH