Référents


Documents labellisés

Sherlock Holmes et le grain du papier

Vers le site de ce contributeur
Date : 26/08/2014
Lieu : CCIC Cerisy la Salle
Durée : 58:04

Cette conférence a été donnée dans le cadre du colloque intitulé "Sherlock Holmes : un nouveau limier pour le XXIe siècle" qui s'est tenu au Centre Culturel International de Cerisy du 25 août au 1er septembre 2014, sous la direction de Hélène MACHINAL, Gilles MENEGALDO et Jean-Pierre NAUGRETTE.

Actes du colloque

Publication du CCICSherlock Holmes, un nouveau limier pour le XXIe siècle

H. Machinal, G. Menegaldo, J.-P. Naugrette (dir.)

Presses Universitaires de Rennes — 2016

ISBN : 978-2-7535-5144-2

En savoir plus

Présentation du colloque

Sherlock Holmes comme archétype du détective moderne est devenu une référence obligée, et son succès populaire ne s'est pas démenti depuis 1887 jusqu’à nos jours où pièces de théâtre, films, séries télévisées, bandes dessinées, romans contribuent à transformer, comme autant de réécritures, le personnage de fiction en l'une des grandes figures mythiques de notre horizon contemporain.

Si Sherlock Holmes pose des questions essentielles à nos modes de pensée et de cognition, aussi bien dans le champ de la science, de la médecine, que de la philosophie, c’est sans doute parce que notre époque, plus victorienne qu’il n’y paraît, ne cesse de questionner les enjeux complexes d’une epistemè des années 1870-1900 dont Doyle, lui-même médecin, se faisait l’écho.

Enquêter sur la jeunesse et la genèse du personnage permet de mieux saisir les enjeux de sa présence décapante comme jeune détective dans notre monde contemporain où règnent ordinateurs et téléphones portables, où détection et communication se répondent, comme l’illustre la série BBC: Sherlock: un nouveau limier pour le XXIe siècle.

Présentation de l'intervenant

Jean-Pierre Naugrette est Professeur de littérature anglaise des XIX-XXe siècles à l'Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3. Il a co-organisé un colloque "Stevenson-Doyle: les aventures de la fiction" à Cerisy en 2000 (Terre de Brume, 2003). Il est traducteur (Le Chien des Baskerville, La Bibliothèque Gallimard) et auteur de plusieurs romans, dont le dernier, Exit Vienna (Le Visage vert, 2012), retrace les derniers jours de Freud à Vienne et à Londres. Son dernier livre s'intitule Pelé, Kopa, Banks et les autres... les dieux de mon enfance (La Différence).

Résumé de la conférence

Dans nombre de nouvelles du corpus ou canon holmésien, le détective s'illustre dans son rapport matériel aux papiers - lettres, missives, notes diverses - qu'il reçoit, et qui constituent le départ de son enquête. Ils fonctionnent souvent comme des cryptogrammes qu'il s'agit de dé-chiffrer, comme dans Le scarabée d'or d'Edgar Allan Poe, auteur que Sir Arthur Conan Doyle admirait. L'examen minutieux par Holmes du grain du papier, de son filigrane, de sa texture lui permet de remonter à l'émetteur du message : il relève d'une théorie des signatures selon Giorgio Agamben dans Signatura rerum (Vrin, 2008). Tel le tabac, le papier selon Holmes a un parfum, une odeur distinctive qui permettent de classer son auteur dans son appartenance sociale, ses goûts, ses préférences. C'est le cas notamment dans Un scandale en Bohème, première nouvelle des Aventures de Sherlock Holmes, qui fait ici l'objet d'une étude serrée. Holmes se définit ici comme lecteur de signes, de textes, de textures.
Le détective est aussi celui qui s'infiltre dans les codes des autres, les retournant à son profit, se substituant aux émetteurs dont il a percé la société secrète. Dès lors, il incarnerait plutôt la conception derridienne de l'écriture telle qu'elle est développée dans Signature Evénement Contexte (Limited Inc., Galilée, 1990), qui viserait au contraire à gommer le contexte de l'émission et de la destination des messages ou missives. Holmes se définirait ici plutôt comme scripteur. Son infiltration dans des systèmes codés annonce le hacker d'aujourd'hui, le pirate informatique qui s'avance masqué. Manière de distinguer entre identité et identification, entre resserrement de la signature et espacement (Derrida) de l'écriture moderne, conçue comme machine.

Rechercher dans la forge numérique

Sujets

Adoption Agriculture Agronomie Alimentation Altérité Aménagement Animaux Apprentissage Architecture Archives Arts Attachement Autofiction Autorité Big Data Bonheur Cartographie Catastrophe Chanson Cinéma Classes sociales Cognition Collectivité Commerce Communication Comportement Concept Conflits Conscience Consommation Constitution Coopération Corps Crise Croissance Création Crédit Culture Célébration Dessin Discrimination Droits Décision Démocratie Déplacements Développement Echelles Ecrits Ecrivains Edition Education Endettement Energie Enfance Enfant Entreprise Environnement Epistémologie Equilibre Equitation Etats Ethique Europe Evaluation Expression Famille Fiction Fiscalité Foi Folklore Fondation Formation Genre Historiographie Héritage Identité Image Imaginaire Individualisme Industrialisation Informel Innovation Insertion Institutions Intellectuels Interdisciplinarité Inégalités Itinéraire Jardins Jeu Jeunesse Justice Langage Lexicologie Liberté Lien social Limites Littérature Loisirs Maladie Marginalité Maritime Migration Militaire Minorités Mobilité Modélisation Morale Mort Motricité Mutations Mythes Médecine Mémoire Nature Normes Numérique Orient Orientation Paix Parenté Parole Patrimoine Paysage Peinture Pensée Performance Philosophie Plaisir Politique Population Pouvoir Poésie Presse Prison Procréation Propagande Propriété Protection Précarité Pêche Recherche Relations Religion Responsabilité Ressources Risques Ruralité Réseaux Santé Sciences & techniques Scolarité Sens Sensibilité Sexe SHS Sociétés Sols Son Souffrance Spectacle Suicide Surréalisme Sécurité Ségrégation Sémantique Technologie Temps Territoire Théâtre Toponymie Tourisme Transmission Transplantation Transports Travail Urbanisation Urbanisme Valeurs Vie Vigne Ville Violence Virtuel Voyage Vérité Évolution
  
Abonnements - Fils RSS de la MRSH