Référents


Documents labellisés

L'image du mois

Le spectre des Roms. Racialisation, Europe et démocratie

Structure de recherche associée à la MRSH : CRDFED
Enregistré le : 24/11/2011 - Durée : 20mn17s - Réalisation : CEMU - MRSH
Lieu : Université de Caen

Cette conférence a été enregistrée dans le cadre du colloque Roms, Tsiganes et gens du voyage qui s'est tenu à Caen les 24 et 25 novembre 2011, organisé par le Centre de Recherche sur les Droits Fondamentaux et les Évolutions du Droit (CRDFED). L'objectif était de mieux connaître les populations concernées et de comprendre comment les politiques publiques et le droit les appréhendent. Derrière ces différentes dénominations se pose la question de l'appréhension de la figure de l'autre, des catégorisations et possibles discriminations que ces dernières induisent. Ont été examinés la liberté d'aller et venir, les droits politiques et sociaux et l'encadrement du droit interne par le droit international et européen.

Ancien élève de l'École Normale Supérieure, agrégé d'anglais, Éric Fassin est chercheur à l'Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (sciences sociales, politique, santé), unité mixte de recherche associant le CNRS, l'Inserm, l'EHESS et l'université de Paris XIII. Sociologue engagé dans le débat public, il travaille sur la politisation des questions sexuelles et raciales, en France et aux États-Unis.

Résumé

Pour parler des Roms, des tsiganes et des gens du voyage, est-il besoin de compétences particulières ? À écouter les discours publics, apparemment pas. De fait, il conviendrait de distinguer les Roms, un nom mais aussi un groupe parmi d'autres dans le spectre de ces populations stigmatisées, des « Roms », entre guillemets, figure rhétorique dans le discours public actuel, sans grand rapport avec la réalité empirique des personnes sur lesquelles elle n'en a pas moins des effets bien réels. C'est donc, non pas sur les Roms, faute de compétence, mais sur les « Roms », soit la « question Rom », que porte cette communication.

Dans un premier temps, on s'emploie à resituer les « Roms » parmi diverses figures de l'autre, comme « l'Islam », les « Noirs », les « immigrés » ou les « enfants d'immigrés », etc. (à distinguer pareillement de l'Islam, des Noirs, des immigrés et de leurs enfants...). Dans ce spectre, l'altérité n'est pas tant liée à des propriétés intrinsèque qu'à une distinction, constamment réactivée, entre « eux » et « nous », qui ne cesse de mettre en scène des figures de l'autre pour dessiner en creux quelque chose comme une identité nationale racialisée - une France (ou une Europe) blanche, de souche.

La suite de cette communication s'attache toutefois, non plus à l'interchangeabilité relative de ces figures de l'autre, mais à la spécificité de la « question Rom », autour de deux points - l'un géographique, et l'autre historique - que la controverse de 2010, entre la France et l'Europe, a rendus visibles. D'abord, et c'est l'objet de la deuxième partie, si les discours identitaires et, en miroir, les multiples figures de l'autre traversent aujourd'hui l'Europe, elles n'ont pas la même « valence » dans différents contextes. C'est ainsi que « l'Islam » a bien moins de réalité à l'Est qu'à l'Ouest. En revanche, on pourrait dire que depuis la chute du Mur de Berlin, et avec l'élargissement de l'Europe, le spectre « Rom » parcourt l'Europe entière, jusqu'à devenir une figure négative de son identité.
Ensuite, dans un troisième temps, on peut souligner une deuxième spécificité de la question « Rom » aujourd'hui, qui est de nature historique. En effet, l'Europe s'est construite sur les ruines de la Deuxième guerre mondiale, en tirant les leçons du racisme nazi : « plus jamais ça ! » Aussi l'antisémitisme n'a-t-il plus droit de cité. Si le racisme revient, c'est donc, d'ordinaire, sous des formes renouvelées, qui se parent des atours d'une logique démocratique - et singulièrement de ce que j'appelle « démocratie sexuelle » : les « autres » traiteraient moins bien les femmes (voire les homosexuels) que les « nôtres ». Or la « question Rom » ne s'autorise guère de justifications démocratiques. Le spectre « Rom », c'est donc aussi le spectre des années 1930.

Rechercher dans la forge numérique

Sujets

Adoption Agriculture Agronomie Alimentation Altérité Aménagement Animaux Apprentissage Architecture Archives Arts Attachement Autofiction Autorité Big Data Bonheur Cartographie Catastrophe Chanson Cinéma Classes sociales Cognition Collectivité Commerce Communication Comportement Concept Conflits Conscience Consommation Constitution Coopération Corps Crise Croissance Création Crédit Culture Célébration Dessin Discrimination Droits Décision Démocratie Déplacements Développement Echelles Ecrits Ecrivains Edition Education Endettement Energie Enfance Enfant Entreprise Environnement Epistémologie Equilibre Equitation Etats Ethique Europe Evaluation Expression Famille Fiction Fiscalité Foi Folklore Fondation Formation Genre Historiographie Héritage Identité Image Imaginaire Individualisme Industrialisation Informel Innovation Insertion Institutions Intellectuels Interdisciplinarité Inégalités Itinéraire Jardins Jeu Jeunesse Justice Langage Lexicologie Liberté Lien social Limites Littérature Loisirs Maladie Marginalité Maritime Migration Militaire Minorités Mobilité Modélisation Monnaie Morale Mort Motricité Mutations Mythes Médecine Mémoire Nature Normes Numérique Orient Orientation Paix Parenté Parole Patrimoine Paysage Peinture Pensée Performance Philosophie Plaisir Politique Population Pouvoir Poésie Presse Prison Procréation Propagande Propriété Protection Précarité Pêche Recherche Relations Religion Responsabilité Ressources Risques Rituels Ruralité Réseaux Santé Sciences & techniques Scolarité Sens Sensibilité Sexe SHS Sociétés Sols Son Souffrance Spectacle Suicide Surréalisme Sécurité Ségrégation Sémantique Technologie Temps Territoire Théâtre Toponymie Tourisme Transmission Transplantation Transports Travail Urbanisation Urbanisme Valeurs Victimes Vie Vigne Ville Violence Virtuel Voyage Vérité Évolution
  
Abonnements - Fils RSS de la MRSH