A l'ouest du nouveau

Lieu : Université de Caen / Amphithéâtre de la MRSH
Début : 19/01/2018 - 08:00
Fin : 19/01/2018 - 18:00
Responsable(s) scientifique(s) : Mme Anne-Catherine de Bouvier

___________________

Au sortir de la guerre de Sécession, le centre d’intérêt des Américains se déplace vers l’Ouest, vers les marges du pays qui accueillent des troupes redéployées, des soldats démobilisés, des photographes accompagnant les expéditions d’inventaire et de levés de terrain des Four Great Surveys (1866-1879), ou encore des citoyens déplacés par la guerre et à la recherche d’une nouvelle vie. Le cinéma apparaît à la fin de l’année 1895, au moment où s’achève la conquête de l’Ouest. Procédant de la seconde révolution industrielle, il fournit un moyen d’expression pour représenter cette époque et ces lieux qui appartiennent désormais au passé.
Se pose dès lors la question de la nature des représentations de l’Ouest au cinéma au XXe siècle. Quels sont les rapports entre histoire et cinéma, entre histoire et mythe ? Comment le mythe de la conquête de l’Ouest a-t-il été réinterprété par le Western ?

My Ántonia de Willa Cather
Ce classique de la littérature américaine est paru en 1918.
A la fin du siècle dernier, sur les plaines du Nebraska recouvertes à l’infini des mêmes herbes rouges, s’implantent de nombreuses familles d’immigrés européens. Russes, Tchèques, Norvégiens se regroupent en communautés sur des terres qui restent à défricher. Jim a dix ans lorsqu’il vient vivre chez ses grands-parents, propriétaires d’une ferme. A quelques kilomètres s’installe la famille d’Antonia, immigrés tchèques partagés entre la nostalgie de l’Europe et l’espoir en l’Amérique. Jim et Antonia, unis par les mêmes valeurs humaines et une amitié mi-fraternelle, mi-amoureuse, connaîtront des destins différents. L’image d’Antonia reste gravée dans la mémoire comme l’incarnation de la ténacité des pionniers, auréolée de la nostalgie du passé « précieux, incommunicable ».
 

Fichier(s) à téléchargerVoir le programme et l'affiche

Contact