Fabrique de l’opinion et constructions mémorielles - Programmes de recherche

Programme ANR CURR (Cultures des révoltes et révolutions) (jusqu’en juin 2017).

Ce programme ANR (2014-2017) co-porté par le CRHQ, ERLIS et le CERHIO a pour porteur principal Alain Hugon et rassemble plusieurs dizaines de chercheurs français et européens, dont pour le CRHQ Éva Guillorel et Stéphane Haffemayer. Il s’inscrit dans le renouvellement de l’étude des cultures politiques au sein des sciences humaines et sociales en analysant l’emploi des productions culturelles, entendues comme des prises de parole contestataires médiatisées par l’écriture, l’oralité et l’image, et les moyens de leur communication et de leur diffusion au cours des révoltes et de révolutions. Il se donne pour terrain d’observation les mouvements politiques collectifs qui marquèrent une rupture de la norme et de l’ordre établis dans les anciennes sociétés européennes tout au long du processus de construction de l’Etat moderne, de la fin du Moyen-Âge jusqu’au début du siècle des Lumières. Le projet ANR donne lieu à des journées d’études et colloques en France, Espagne, Italie et Angleterre, à la réalisation d’une exposition à la Bibliothèque Mazarine, à la publication de plusieurs ouvrages et articles en français, anglais et espagnol.

Programme « EGO 39-45 » (en partenariat avec le Mémorial de Caen, le Ministère de la défense et des Anciens combattants et Fondation Mémorial de la Shoah).

Ce programme (cf. le site http://www.ego.1939-1945.crhq.cnrs.fr/) consiste en un inventaire analytique de l’ensemble des témoignages (récits, mémoires, carnets et journaux intimes, etc.) sur la France et les Français durant la Seconde Guerre mondiale publiés de 1940 jusqu’à nos jours, soit aujourd’hui près de 5000 titres. Sur cet ensemble, un travail analytique intensif a été entrepris pour la première décennie de publications (1940-1949) : chaque titre fait l’objet d’un résumé et d’une indexation détaillée. Les témoignages parus dans l’immédiat après-guerre font l’objet d’une étude spécifique. En visant l’exhaustivité, EGO 1939-1945 se propose d’être un instrument de recherche pour qui s’intéresse à cette source fondamentale méconnue. Qu’il s’agisse de trouver une information précise ou d’établir des corpus, il offre la possibilité de repérer et de regrouper les témoignages en fonction du statut des auteurs (soldat, prisonnier de guerre, résistant, interné, déporté, etc.), de leur profession (écrivain, journaliste, homme politique, etc.), du genre littéraire (récit, journal ou carnet, conférence, poésie, etc.) ou encore des thématiques générales (opérations militaires, déportation, persécution raciale, captivité, etc.). Un partenariat avec Relire (Bnf) a permis la numérisation de la quasi-totalité du corpus.

Programme PCR (partenariat DRAC de Basse-Normandie).

Une convention a été signée pour ce programme en préalable à un travail d’analyse et d’exploitation. Ce projet collectif de recherche (PCR) en place depuis septembre 2015 pour trois ans réunit une quinzaine de partenaires institutionnels. Il vise à inventorier de manière exhaustive les vestiges de la Seconde Guerre mondiale dans les trois départements bas-normands. Ces vestiges peuvent tout aussi bien témoigner de l’occupation allemande, des infrastructures alliées mises en place lors des combats de la Libération, ou encore du sort des populations civiles pendant la guerre. Le projet est sous la responsabilité scientifique de Cyrille Billard (DRAC-Service régional d’archéologie), Jean-Luc Leleu (CNRS/Maison de la Recherche en Sciences Humaine de Caen) et Marie-Laure Loizeau (DRAC-Commission Régionale des Monuments Historiques)