Fabrique de l’opinion et constructions mémorielles

Les chercheurs rassemblés dans cet axe travaillent sur la formation de l’opinion en considérant les évolutions de sa fabrique sur le temps long, incluant les dynamiques mémorielles. Ils analysent la façon dont les différents secteurs d’opinion s’emparent des médias – qu’ils soient écrits, visuels ou oraux – pour diffuser informations et représentations et par là même construire et animer un espace public en constante reconfiguration, entendu comme espace d’expression et de publicisation des idées et des informations. Cette approche amène à s’intéresser aux phénomènes de circulations, transferts culturels, réceptions et appropriations des opinions, de même qu’aux outils de contrôle et de censure ou à la constitution de mémoires sociales étroitement liées à la conservation, la transformation ou l’oubli des opinions comme de leurs supports et modes d’expression.

Cette réflexion s’appuie sur les potentialités des humanités numériques en matière de constitution, traitement et analyse des données. Elle est menée dans une optique transpériodique et transdisciplinaire, afin de favoriser une compréhension globale par les croisements des champs disciplinaires relevant de l’histoire, de la littérature et des arts du spectacle.