Rayonnement de la Normandie et des Normands à l’étranger : Aspects juridiques et politiques

Lieu : Auditorium du Musée des Beaux-Arts, Château de Caen
Début : 09/02/2018
Responsable(s) scientifique(s) : Sophie POIREY

A l’heure de la réunification de notre province, fondée il y a quelques dix siècles par le Traité de Saint-Clair-sur-Epte, ce colloque se propose d’évoquer l’image de la Normandie et le rayonnement des Normands à l’étranger.

En effet, il existe dans notre province une réelle tradition de diaspora, tout aussi importante que celle revendiquée par les voisins Bretons, même si plus discrète. Une diaspora qui trouve sans doute son origine dans une tradition scandinave, celle des vikings parcourant les mers, mais aussi dans ce droit coutumier normand qui, par droit de préciput, offre souvent à l’aîné des fils le fief principal, conduisant les cadets à partir faire fortune ailleurs, souvent avec le plus grand bonheur. L’exemple le plus célèbre de réussite de ceux que l’on surnomme les « Cadets de Normandie » est bien évidemment celui des treize fils de Tancrède de Hauteville dont certains d’entre eux vont fonder, au 12e siècle, le Royaume normand de Sicile, une gouvernance dont les traces et l’empreinte sont encore nombreuses dans cette région d’Italie. C’est également pour cette même raison que, parmi les colons qui au XVIe siècle, viennent peupler la Nouvelle-France, le Canada français découvert et fondé par Samuel de Champlain, on retrouve de nombreux Normands issus de la région de Dieppe notamment mais aussi du Calvados et de l’Orne. Leur influence et leur attachement à leur coutume leur permettront même d‘obtenir du Roi de France, et ce durant près d’une centaine d’années, la souveraineté du Parlement de Rouen pour l’appel des décisions rendues par la Cour de Prévôté de Québec afin que leurs affaires soient jugées conformément à la vieille coutume normande. Une coutume qui personnifie l’identité de la province, à l’intérieur comme à l’extérieur donc, des frontières de l’ancien duché. Mieux, le droit de nos ancêtres normands s’applique encore de nos jours, dans les bailliages de Jersey et Guernesey, ces îles dites « anglo-normandes » qui sont d’anciennes parcelles du duché de Normandie devenues au XIIIe siècle des dépendances de la Couronne d’Angleterre par fidélité aux descendants des ducs normands. Passerelles entre la Normandie et l’Angleterre, les îles peuvent d’autant plus s’épanouir dans cette double culture que l’Angleterre a bel et bien été largement influencée dans ses institutions et dans son droit par la coutume normande à partir de la conquête de 1066.

Mais au delà de cet attachement des Normands à cette coutume identitaire, la Normandie rayonne aussi par ses natifs devenus illustres à l’étranger et dont l’influence au point de vue de la politique ou des idées dépassent largement les frontières de l’ancienne province des ducs. Personnages célèbres, comme Alexis de Tocqueville mais aussi Saint John Crevecoeur, né à Caen et devenu célèbre Outre-Atlantique. Ce colloque tentera, au regard du droit, des institutions, des idées politiques, d’identifier ainsi un esprit normand qui se retrouverait hors des frontières. Ces Normands, « violemment modérés », selon l’oxymore attribué à Tocqueville, ont-ils transposé à l’étranger des traditions venues du fond des âges, d’une histoire contrastée et marquée par des influences extérieures mêlées, scandinaves, franques, anglaises, françaises, latines ?
 
Des spécialistes tenteront de répondre à ces questions en évoquant les conquêtes normandes, les survivances du Grand Coutumier de Normandie à l’étranger ; les idées de Normands partis faire fortune ailleurs ou désireux, comme l’abbé de Saint Pierre d’influencer une époque troublée .

COLLOQUE OUVERT A LA FORMATION CONTINUE DES PROFESSIONNELS


Programme et Bulletin d'inscription

Contact

Jaël MOKIENKO - 0231565184