Mesurer pour prévenir ? Concepteurs et premiers usagers du Quantified Self aux Etats-Unis et en France

Lieu : Amphi MRSH - Campus 1 - Caen
Début : 16/01/2018 - 14:15
Responsable(s) scientifique(s) : Salvador JUAN

Dans le cadre du Séminaire « invités » du Master de sociologie « Changements institutionnels et vulnérabilités sociales », « Gouvernance des risques et de l’Environnement » (GREEN) :

Eric DAGIRAL (Maître de conférences en sociologie à l’Université Paris Descartes)

Il est souvent noté que l’essor des technologies numériques, des objets connectés et de leurs usages en société s’accompagne d’un déploiement massif d’outils de mesure. Ces formes de comptage et ces nouvelles métriques sont aussi nombreuses que variées, que l’on pense à celles des sites de réseaux sociaux (nombre de « likes », d’interactions variées et de contacts) ou au suivi des parcours des internautes par des outils d’analyse du marketing. Souvent perçus - à juste titre, mais non exclusif - en termes d’enjeux de contrôle et de surveillance, cette présentation s’intéresse au déploiement de dispositifs numériques - dits de quantification de soi, ou Quantified Self (QS). Il s’agit d’outils dont des individus se sont souvent d’abord équipés de façon volontaire et à titre individuel dans le cadre d’activités physiques, sportives ou encore alimentaires à mi-chemin entre préoccupations de bien-être et de santé. Généralement logés dans des bracelets ou des téléphones mobiles, ces capteurs et leurs interfaces promettent une forme renouvelée de connaissance de soi et de réflexivité à travers la confrontation à des chiffres (de nombre de pas, de qualité du sommeil, etc). A partir d’une enquête sociologique conduite à la fois auprès de promoteurs et de concepteurs californiens et européens du QS, et d’usagers français de ces technologies, nous questionnerons les promesses et les pratiques émergentes de tels objets : quels individus dessinent-elles à travers ces formes d’auto-mesure ; quels rapports aux normes corporelles, médicales et sanitaires sont-elles susceptibles d’introduire ? Dans quelles mesures les promesses d’empowerment des utilisateurs s’accompagnent-elles également de formes renouvelées de vulnérabilité, indissociablement individuelles et collectives ?

Pour en savoir plus :  http://www.cairn.info/revue-terrains-et-travaux-2016-1.htm