l m m j v s d
 
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
31
 
 

87

Octobre-décembre 2006

Newsletter downloadJe m'abonne !!!Voir toutes les lettres d'info

ditorial

par Carole DORNIER, au nom de l’équipe de direction

Depuis plus de dix ans, la MRSH de Caen fédère, sur le site bas-normand, les sciences humaines autour de pôles et de projets. Elle constitue l’un des grands équipements de recherche de la Région. Forte de son expérience, de ses ressources spécifiques, des atouts propres à la Région Basse-Normandie et d’une dynamique très nette qui se dessine autour de ces orientations, elle a proposé dans le cadre du CPER un projet « Hommes, Mémoire et Développement » qui vise à mettre le résultat du travail des chercheurs au service de l’attractivité et du développement économique, social et culturel de la région. Ce projet se décline en deux volets : Développement des territoires (entreprises, insertion, formation, citoyenneté) et Patrimoine et valorisation technologique, s’appuyant sur un outil de valorisation innovant, le CIREVE (Centre interdisciplinaire de Réalité Virtuelle).
Trois projets ANR ont été présentés par des chercheurs de la MRSH en 2006, l’un dans le cadre des programmes blancs (projet PRED’ACTEURS, Sociétés et animaux nuisibles) deux en réponse à l’appel à projets Corpus et outils en SHS (projets MEREVE sur la réalité virtuelle et MONTEDITE, édition hypertextuelle de manuscrits numérisés).
Lors de la première réunion des Assises régionales de la recherche, dans l’Atelier n° 4 (SHS), se sont déjà dégagés des projets fédératifs qui pourraient déboucher sur la définition de clusters à partir de propositions concernant le risque, la ruralité, le patrimoine, les territoires, les fonctions d’expertise, la production d’outils… La liste n’est pas close.
Par les propositions avancées à l’intérieur du projet de PRES bas-normand (axe « Homme, mémoire et échanges sécurisés ») comme dans les discussions avec nos homologues des universités de Haute-Normandie autour d’un PRES normand commun aux deux régions, les SHS ont aussi montré leur réactivité et leur capacité à se rassembler autour de thématiques communes pour prendre place dans un nouveau paysage de la recherche. Les semaines à venir permettront à la MRSH d’affirmer sa politique scientifique pour les années à venir dans le cadre du Quadriennal en cours de rédaction et en poursuivant le travail des Assises régionales de la recherche afin de soutenir de nouveaux projets émanant des équipes rassemblées au sein de la Maison.
Dans les nouveaux modes de structuration, d’évaluation et de financement de la recherche, les SHS pourront trouver une position renforcée en sachant tirer parti de cette capacité à se fédérer pour faire avancer des objectifs communs autour de travaux convergents et complémentaires, associant recherche fondamentale et souci de répondre à de nouveaux défis lancés aux chercheurs par une société en mutation. Les derniers mois ont montré les qualités d’adaptation, de réaction et de collaboration des chercheurs de notre maison et ils augurent bien de la façon dont nous pourrons faire face à des changements importants dans la définition de nos objets d’études, dans l’usage de nouveaux outils et dans la redéfinition de nos façons de travailler.

Facebook icon