l m m j v s d
 
 
 
 
 
2
 
3
 
 
 
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
 
 
20
 
 
 
23
 
24
 
25
 
26
 
 
28
 
29
 
30
 
31
 

84

Mars-avril 2006

Newsletter downloadJe m'abonne !!!Voir toutes les lettres d'info

ditorial

par Jean-Marc MORICEAU, Directeur de la MRSH-Caen

Le 16 février 2006, le « Réseau national des Maisons des Sciences de l’Homme » a été officiellement constitué. Pour la MRSH de l’université de Caen Basse-Normandie, qui est l’une des parties prenantes de ce « Groupement d’intérêt scientifique », cette signature vient affirmer une reconnaissance et stimuler un dynamisme national. Désormais les Maisons des Sciences de l’Homme, qui sont considérées comme des structures fédératives de recherche par le Ministère, et comme des Unités Mixtes de Services par le CNRS, mais qui demeurent des composantes privilégiées des universités françaises, bien identifiées ne serait-ce que par des bâtiments spécifiques, disposent d’un atout supplémentaire pour valoriser leur politique scientifique dans le domaine des SHS. En effet, la structure du GIS, qui favorise les échanges scientifiques entre Maisons, et qui permet de faire profiter chacune des expériences des autres, vient opportunément inciter les chercheurs à dépasser les horizons parfois étroits de leurs relations quotidiennes. Ils peuvent mettre au service de la communauté scientifique les compétences qu’ils ont su développer sur leur site universitaire. Dans le cadre de la politique d’incitation à la recherche que promeut l’ANR, et en particulier avec les « programmes blancs », c’est l’occasion pour les sciences humaines d’intervenir plus sensiblement. Un premier inventaire des rapprochements thématiques entre MSH vient d’être effectué qui devrait faciliter les initiatives. Par ailleurs, dans la logique fédérative qui est lancée, l’action déjà engagée par la MRSH de l’université de Caen Basse-Normandie va trouver un écho approprié avec nos secondes Assises, le 21 mars 2006, consacrées à la promotion et à la diffusion des revues en SHS. Située au carrefour des préoccupations du réseau des MSH et du département H et S du CNRS, cette journée d’information et de réflexion sera aussi l’occasion de préparer l’avenir, en particulier pour une maison comme la nôtre dont l’activité de publication est manifeste.
Soucieuse d’ouvrir ses horizons à l’extérieur, et d’affirmer le rayonnement des SHS de Basse-Normandie, la MRSH ne peut qu’être très sensible aux opportunités de valorisation que suggère la préparation de la réforme de l’enseignement supérieur. Dans ce cadre, la constitution de PRES est une occasion à laquelle elle ne saurait rester indifférente. La mise en chantier d’un PRES pluri-thématique bas-normand avec le Ganil, l’Ensi-Caen et Cyceron offre l’opportunité de mettre en avant des passerelles entre les SHS et d’autres domaines scientifiques. Sans négliger la réflexion nécessaire qui nous incombera dans le cadre d’un second projet de PRES généraliste avec Rouen et Le Havre, fort attendu lui aussi, il importe de ne pas laisser passer cette première chance, quand bien même le cadre institutionnel n’est pas définitif. À partir des bases déjà proposées, il n’est pas impossible d’inciter à un élargissement des périmètres d’intervention et à un approfondissement de l’articulation des propositions. Des états des lieux sont souhaitables pour bien avancer ensemble, préoccupation qui nous a déjà guidés en interne à propos des recherches en sociologie et sur les espaces hispanoaméricains. À l’échelle des quatre établissements du site caennais, des Assises générales de la recherche sont prévues prochainement par la direction de l’UCBN : gageons qu’elles permettront de mieux asseoir encore les bases d’un marquage scientifique international qui profitera à tous.

Facebook icon