l m m j v s d
1
 
 
 
 
5
 
6
 
7
 
 
 
10
 
 
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
 
24
 
25
 
 
27
 
28
 
29
 
30
 
 
 
 
 
 

81

Janvier-avril 2005

Newsletter downloadJe m'abonne !!!Voir toutes les lettres d'info

ditorial

par Philippe FLEURY, directeur de la MRSH

La Maison de la Recherche en Sciences Humaines de Caen a 10 ans : elle ouvrit ses portes en avril 1995 après un long travail préparatoire mené par Robert HÉRIN qui en fut à la fois le fondateur et le premier directeur. Une décennie est l’occasion d’une célébration, mais pour éviter l’« auto-célébration », nous laissons la parole, dans les deux pages qui suivent, à l’Inspection Générale : son rapport, réalisé fin 2004, dresse un bilan largement positif au niveau national du rôle joué par les Maisons des Sciences de l’Homme.
S’il faut dresser un bilan pour notre propre Maison, qui fut l’une des premières créées dans un réseau national comptant maintenant vingt établissements, nous retiendrons quatre points. 1. La MRSH a considérablement contribué à l’identification et à la visibilité de la recherche en Sciences Humaines et Sociales pour la Basse-Normandie. À l’instar d’autres grands équipements dans le domaine des sciences exactes et expérimentales, comme le GANIL ou CYCERON, elle est un interlocuteur privilégié au niveau régional, national et international pour notre secteur de recherche. 2. Elle est devenue un grand laboratoire de sciences humaines et sociales : un lieu où chercheurs, enseignants-chercheurs et étudiants travaillent et se rencontrent, un lieu occupé (souvent 7 jours sur 7) par bon nombre de doctorants qui y réalisent leur thèse, un lieu de formation à et par la recherche dans le cadre des écoles doctorales. 3. Des pôles pluridisciplinaires, regroupant parfois jusqu’à cinq ou six disciplines, ont émergé et brillamment renouvelé les pratiques et les méthodes de travail en SHS. Certains des pôles fondateurs continuent d’exister, d’autres ont disparu, d’autres sont nés : cette structure souple, évaluée et contrôlée par le Comité Scientifique de la MRSH, s’adapte en permanence à l’évolution des pratiques de l’interdisciplinarité. 4. Les résultats sont là : ils sont visibles par les Cahiers de la MRSH (42 numéros parus), par la Lettre d’information qui vous indique régulièrement les publications des chercheurs, les thèses soutenues, les manifestations scientifiques organisées par les équipes et les pôles. Un cahier spécial publié à l’occasion des 10 ans sera consacré à la jeune recherche en Sciences Humaines. Le nombre total de publications est impressionnant et une grande partie d’entre elles n’aurait jamais vu le jour sans l’existence de la Maison qui a provoqué l’émergence de nouvelles recherches aux frontières des disciplines. C’est tout cela que nous fêterons le mardi 17 mai (voir en dernière page) avec la Présidente de l’Université et le Délégué Régional du CNRS, avec le Conseil Régional de Basse- Normandie et le Conseil Général du Calvados, avec le Président du Réseau des Maisons des Sciences de l’Homme, tous ceux qui ont permis la création et la reconnaissance de notre Maison.
Mais un anniversaire est aussi l’occasion de faire des vœux. Pour ma part, je souhaite un avenir en trois mots : unité, ambition et adaptation. Notre Maison a réussi à fédérer l’ensemble du secteur sciences humaines et sociales (y compris le Droit et les Sciences Économiques et de Gestion) de Basse-Normandie : cette unité fait notre force ; elle doit être maintenue, voire étendue par une collaboration avec la Haute-Normandie dans le cadre du Pôle Universitaire Normand, pour rester visible et crédible dans une politique de grands réseaux scientifiques. Notre activité de recherche doit être audacieuse, inventive et novatrice : à un moment où nous percevons des signes encourageants (reconnaissance d’un axe SHS dans la nouvelle politique de soutien à la recherche du Conseil Régional, rapport favorable de l’Inspection Générale…), il est important d’avoir des ambitions à la hauteur de la confiance qui nous est accordée. Notre Maison a atteint la maturité, il faut aussi qu’elle sache s’interroger en permanence sur son fonctionnement, sa pratique de l’interdisciplinarité, ses choix en matière de politique scientifique, en un mot il faut qu’elle sache s’adapter continuellement à l’évolution de la recherche scientifique en faisant confiance et en laissant de la place aux plus jeunes d’entre nous. En visant toujours l’excellence nous sommes assurés de fêter encore de nombreuses décennies.

Facebook icon