Accueil

Dossier : Jumièges, foyer de production documentaire

Contact
nécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[89nécessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="montre2-191 >2ss="naisnécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[89]9>] 30. T s’s devan actes jude tt le très sér prince. 6 lle1t=":sue peut qu’être lié aux déveloC 2001, p" à penus tS 528 d cRouen, ue peut qu’être lié aux déveloTon, lcausatscundacache()e à penn Noe peut qu’être lié aux déveloTon, lcausaporpom drache()Setn88ssance inaisnécessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="montre3-191 >3ss="naisnécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[]a8,pce t 90inaisnécessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="montre4-191 >4ss="naisnécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[nécessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="montre5-191 >5ss="naisnécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[89nécessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="montre6-191 >6ss="naisnécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[]98,pest518inaisnécessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="montre7-191 >7ss="naisnécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[nécessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="montre8-191 >8ss="naisnécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[ 1-2 inaisnécessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="montre9-191 >9ss="naisnécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[4tu1581<681<7inaisnécessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="montre10-191 >'0ss="naisnécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[nost ets softn7unafa x,en Normache();">nost2ets softn7unacctyClant qsan danGhes surroiDreuxinaisnécessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="montre11-191 >''ss="naisnécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[81>]65é 38inaisnécessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="montre12-191 >12ss="naisnécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[nost36inaisnécessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="montre13-191 >13ss="naisnécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[nécessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="montre14-191 >14ss="naisnécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[nécessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="montre15-191 >15ss="naisnécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[» [nécessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="montre16-191 >16ss="naisnécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[nost 5inaisnécessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="montre17-191 >17ss="naisnécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[nécessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="montre18-191 >18ss="naisnécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[nécessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="montre19-191 >19ss="naisnécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[nécessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="montre20-191 >20ss="naisnécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[nécessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="montre21-191 >2'ss="naisnécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[nécessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="montre22-191 >22ss="naisnécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[nécessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="montre23-191 >23ss="naisnécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[nécessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="montre24-191 >24ss="naisnécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[nécessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="montre25-191 >25ss="naisnécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[es jii tepat ede lax [nécessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="montre26-191 >26ss="naisnécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[] 5cache()03inaisnécessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="montre27-191 >27ss="naisnécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[nécessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="montre2aine Maritim18AD. Se28AD. Sei, bene tamendpporu Cer:yle:;r, or:#FF6040">px;pa-Augn:right;tersiccue85-39 son-top:0px;"="montre21">nécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[2/rr>2écessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="mont2e19-191 >19ss="naisnécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[3/rr>3écessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="mont3e20-191 >20ss="naité sumus, be CSa bene v65; < :11px;padd" o-7 >son-top:0px;"="montre21">nécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[3/rr>3écessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="mont3e21-191 >2'ss="nai:11px;padd" o-3l son-top:0px;"="montre19">nécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[3/rr>3écessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="mont3e22-191 >22ss="naisnécessité de-191peipue:11pbenefmLormus qe ni ldisefteare ial taere6ioc pro), Cin un4 pims d- "tyl sy nxrge de preux pous, bene tamen novimus quia Ieout aux c,putst115anni simus, bene tamen novimus quia hujuedtes jii tepat ede lax [>nécessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="moe23-191 >23ss="naisnécessité de-191soc dtameamSae taens la dylic">ledene, Uelnni s Ussancs, ascis Ussancsse:11pfilize:11px;p;"="montre24">nécessité de-191, :11px;p;"="montre24">nécessité de-191naisonaison emmus qe nimà pee Dei Gener5notmisrs5 d. suo91smpore ladnsave-191benefmLochar prouceneétree:11px;padd" o-top:0px;"Goibsrtrécitsaseidemmus qe nesuivaeca:0px;" simus, bene tamen novimus Je voudr0px;mLon, asbile mare ianpnaison enàcculterremie leblt, osur ceattirépdfl éAut accretÉeurcache();ntre llie dnonael ( dime]] 26-257inaison ePosce c" s surnisesuelle l’orson entla prop#ftn74nopuxla sa60an novimus qui143-148)op:0p="mol’ajetsaify;es jii tepat ede lax [3/rr>3écessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="mont3e24-191 >24ss="naimA ditiot dCem dy-lvcretLanatenp:0px;"="montre23">nécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[3/rr>3écessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="mont3e25-191 >25ss="nai4note" onovimus qui10 son-top:0px;"="montre21">nécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[3/rr>3écessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="mont3e16-191 >16ss="naisnécessité de-191qntreovimelefus mccrbtrahnécetyl sy nxrge de preux pous, bene tamen novimus quia Ieout aux c,putst115anni simus, bene tamen novimus quia hujuedtes jii tepat ede lax [3/rr>3écessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="mont3e17-191 >17ss="naisnécessitéQu uegop:0demmfugaeblrae, daia Tn me (Miare Tn nullooldo91snecesmelizes dme:11px;padd" o-top:0px;"Goibsrtrécitsas d- q Tn apmLobp:0px;" simus, bene tamen novimus quia Ieout aux c,putsst34x pou36anni simus, bene tamen novimus quia Haectomnna ex si aputbe ada);"asex [3/rr>3écessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="mont3e18-191 >18ss="naisnécessitéQu ee, dannomtéxn nocrbtle.lses jii tepat ede lax [3/rr>3écessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="mont3e19-191 >19ss="naicinatté s, bene vc12-2lecai- qugn:top; >nécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[]98,pe4st64inais4/rr>4écessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="mont4e20-191 >20ss="naisledi», et a c #ftnat hrimus, bene tamen novimus quia Ieout aux c,putst115anni simus, bene tamen novimus quia hujuedtes jii tepat ede lax [4/rr>4écessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="mont4e11-191 >''ss="naises jii tepat ede lax [4/rr>4écessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="mont4e12-191 >12ss="naises jii tepat ede lax [nécessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="m4e23-191 >23ss="nais>nécessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="moe24-191 >24ss="nait-ss entreene mp:0px;"="montre23">nécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[4/rr>4écessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="mont4e25-191 >25ss="naius quia>nécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[4/rr>4écessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="mont4e16-191 >16ss="naiCeop:0pteMemo énisone auobscursorocc simguéeen nosimus, benocinattmo he(aof="#fsens n noleqnol cnsain enyp;ntretdéva aux u Faéceuit,ce84nécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[4/rr>4écessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="mont4e17-191 >17ss="nai vclecai- qugn:top; >nécessité de-191Scieca:Dmee la psis" ondeUelnni lt, daice4/rr>4écessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="mont4ontre8-191 >8ss="nais4/rr>4écessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="mont4e19-191 >19ss="naisnécessité de-191faitchieurcdderems dinreei- q4noptuL.5cTn lftpecoLdt lervattTn facere lafy;tm0px;" simus, bene tamen novimus quia Ieout aux c,putsst34x pou36anni simus, bene tamen novimus quia Haectomnna ex si aputbe ada);"asex [5/rr>5écessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="mont5e20-191 >20ss="naisnécessité de-191entsXXpvimuTn x;"et et p:0cp:0d f dera Tn ritmLoXXpvocuracesmen nq Tn apmLobp: ylictecetyl sy nxrge de preux pous, ovimus quia Ieout aux c,putsst34x pou36anni simus, bene tamen novimus quia Haectomnna ex si aputbe ada);"asex [5/rr>5écessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="mont5e21-191 >2'ss="naisnécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[5/rr>5écessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="mont5e22-191 >22ss="naisnécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[]98,pe5ance inaisnécessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="m5e23-191 >23ss="naisnécessité de-191udsicuti regisnécessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="m5e24-191 >24ss="naises jii tepat ede lax [>nécessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="moe25-191 >25ss="naisnécessité de-191s"n1s"aqugndaitcai-ugnsisontmy81)pvimus qntmypvifato la dylic">lepdaemusee, Uelnoe:11px;padd" o-top:0px;"Goibsrtrécitsfacere ns i, cde-19etnimnom0px; dsign>leipei-19dylu factumocrbtle.x;"adritatumouticde-19ns d- que:11px;padd" o-top:0px;"Goibsrtrécitsax;"factaeipei-19 regis5/rr>5écessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="mont5e16-191 >16ss="naisnécessité de-191hanceigl or ovimamhpdaemusi la dylic">le, Uelnoypvi/ea(Ore curavis dmocrei regis5/rr>5écessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="mont5e17-191 >17ss="nais5/rr>5écessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="mont5ontre8-191 >8ss="naC aud=tc enrds Lae ml sMorers5 ason-ceme, dLdt ltecroccu snécessit-191;width:ine 2tim14i-19dylu factumocrbtl ;pad>12or:#FF6i.47, 49, 69, 10cessité de-191entsXXpvimuTn x;"et et p:0cp:0d f dera Tn ritmLoXXpvocuracesmen nq Tn apmLobp: ylictecetyl sy nxrge de preux pous, ovimus quia Ieout au6r>5écessité de-191s"ave6 dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="mont5e20-191 >20ss="naisn5cessité de-191entsXXpvimuTn x;"et et p:0cp:0d f dera Tn ritmLoXXpvocuracesmen nq Tn apmLobp: ylictecetyl sy nxrge de preux pous, ovimus quia Ieout au6 c,putsst34x pou36a6ni simus, bene tamen novimus quia Haectomnna ex si 6putbe ada);"asex [5/rr>5écessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="12naisnécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[5/rr>5écessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"sugn:ri3ize:18ze:ntre1e:nont5e21-191 >2'ss="nais23ss="naisnécessité de-191s"ave, danselonn:rimus,ulat, onnopmuseve, dne mlprobatoiporubene , :1onendppnais2'ss="naisnécessité de-191s"ave,men ize:11px;padd" o-topnaisnécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[nécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[3/rr>3écessité 411px;padd" o-top:0px;"="mont3e19-191 ine Maridt lera, bendt loru36ancai- qugn:ta,34x poucru3ancmus qmeaddoboTn ":75px;"">nécessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="moe25-191 >25ss="nais16ss="naisnécessité de-191hanceigl or oviadd" px;"="mo1px;Heamendppo;"fa ede36ancoru be, eaujuedt25ss="nais17ss="naisnécessitéQu uegop:0Recueil>]98,pe5ance inaisnécessité de-191s"ave, dan6clecai- qugn:top;wid6h:75px;">5écessité de-191s"ave, dans d- qugn:rig6t;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="mont5ontre8-191 >4/rr>4écessité de-191s"ave, ilize:rs of Hombl5ss="sght;tamen ize5e24-191 >nécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[nécessit-191;width:ine 2tim14i-19dylu fact7mocrbtl ;pad>9ss8zer songop:0px;Dudc">lenrdot0">1c"monti Cerpx;ur Haectomnna ex si aputbe ada);"asex [5/rr>5écessité de-191s"ave, dans 7r>5écessité de-191s"ave7 dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="mont5e20-191 >20ss="naiseneéjà éont5exécut;tamaius top:ceop:0p>5/rr>5/rr>5écessité de-191s"ave, danBouout "ave, dan2ovimacharbeca:DldcElych dsiedicrn aquodharbea>eiusdemmlociede pe1benedmLonubicrmrds rexs Ui-191séXXpvimus qtop:0uegoet e>leipe, benedmL-298inaison entr7nécessité de-191s"7ve, dans d- qugn:[5/rr>5écessité de-191s"ave, dan"="montre27-191 182-191#FF6091 >94-39ine Maritim26AD. Sei, bene tamendpporu Cer:yle:;r, or:#FF6040">26ss="naisnéc7s d- qugn:right;tame7 ize:11px;padd" o-top:0px;"="m5e23-191 >23ss="naisnécessité de-191udsicuti regis19ss="naisnécessité de-191s"aveAi Ci , :référp:ce fa"moté d4-191 >bo sedr, or:#>9sm17dederporuds, be bennai4note" onovimus qui10 son-toi, ben or:#ettr ben, Mar:#Fln, Muve (Nelsopx;pa7d" o-to242ndt e 4#FF6091 253ndt e 2imus, bene tamen novimus quia Haectomnna ex si aputbe ada);"asex [5/rr>nécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[3/rr>3écessitpx;"d" 351 >16ss="naisnécessité de-191hanceigl or oviMac Kuia Iick;"="m9" o-toontre21-191 >2'ss="nais17ss="naisleo urscorn,ot0"tusnécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[5écessité de-191s"ave, dans d- qugn:rig7t;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="mont5ontre8-191 >4/rr>5/rr>nécessit-191;width:ine 2tim14i-19dylu fact8mocrbtl ;pad>5/rr>5écessité de-191s"ave, dans 8r>5écessité de-191s"ave8 dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="mont5e20-191 >20ss="naismile5/rr>5/rr>5écessité de-191s"ave, danRie éx;pa76" o-too5-36#FF6091 41-cessité de-191entsXXpvimuTn x;"et et p:0cp:0d f dera Tn ritmLoXXpvocuracesmen nq Tn apmLobp: ylictecetyl sy nxrge de preux pous, ovimus quia Ieout au8nécessité de-191s"8ve, dans d- qugn:[5/rr>5écessité de-191s"ave, danLe Maho;"">nécessit s8s d- qugn:right;tame8 ize:11px;padd" o-top:0px;"="m5e23-191 >23ss="naisnécessité de-191udsicuti regis8,putsst34x pou36ann8 simus, bene tamen novimus quia Haectomnna ex si ap8tbe ada);"asex [nécessité de-191s"aveLre24">n mr:yle:nrigh- q or:mquia nvclecae fût exhib;tamewidtFé it;tamaiuduc,Rie Mad 4-191 >0imus, bene tamen novimus quia Haectomnna ex si aputbe ada);"asex [5/rr>nécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[3/rr>16ss="naisnécessité de-191hanceigl or ovimamhpdaemusi la dylic">le, Uelnoypvi/ea(Ore curs1 >01 >8c,putsst34x pou36an8i simus, bene tamen novimus quia Haectomnna ex si a8utbe ada);"asex [17ss="naisnécessitéQu uegop:0AD.fSein b fectime dana);sés d-14Hns da60s8clecai- qugn:top;wid8h:75px;">5écessité de-191s"ave, dans d- qugn:rig8t;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="mont5ontre8-191 >4/rr>2'ss="naisnécessit-191;width:ine 2tim14i-19dylu fact9mocrbtl ;pad>2'ss="nais5écessité de-191s"ave9 dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="mont5e20-191 >20ss="nais5 sacr-191tot:5/rr>5/rr>5écessité de-191s"ave, danWace,aéce 1193-120ntre21-191 >2'ss="nais5/rr>5écessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0pxéce 1225-122ntre21-191 >2'ss="nais23ss="naisnécessité de-191udsicuti regisnécessité de-191s"aveCauchiscur1982x;o-topn, unécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[3/rr>9- qugn:right;tamen i9e:11px;padd" o-top:0px;"="mont5e16-191 >16ss="naisnécessité de-191hanceigl or oviGu "taummqugnPoiai- s);Liv.tII" d" o-top6naisnécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[17ss="naisnécessitéQu uegop:0demmfugaeblraeLiv.tII" 33, dan2o s9clecai- qugn:top;wid9h:75px;">5écessité de-191s"ave, dans d- qugn:rig9t;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="mont5ontre8-191 >4/rr>5écessité de-191s"ave, dans d- qugn:rig10r;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="mont5ontre8-191 >4/rr>bo,ate"mame tamen novimus quia Ieout aux c,putsstlxemplo. Ce"mamemin, te"mameblisdimr:yls. Ce"mamelegc,p te"mameimusyls. Ce"mameimddeio,ate"mameiudscio tamen e" onovimus qui10 son-top:0px;"="montre21">nécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[5écessité de-191s"ave, dans d- qugn:rig10 dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="mont5e20-191 >4/rr>5/rr>5écessité de-191s"ave, dans 10 c,putsst34x pou36a10 :75px;">5écessité de-191s"ave, dans d- qugn:rig10putbe ada);"asex [4/rr>nécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[5écessité de-191s"ave, dans d- qugn:rig10:0px;" simus, bene tamen novimus quia Ieout aux c,putsst122x p5t141inais3/rr>2'ss="nais5écessité de-191s"ave, dans d- qugn:rig10m23AD. Sei, bene tamendpporu Cer:yle:;r, or:#FF6040">23ss="nais4/rr>2'ss="nais5écessité de-191s"ave, dans d- qugn:rig10tbe ada);"asex [4/rr>2'ss="nais5écessité de-191s"ave, dans d- qugn:rig10ontre4">nécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[17ss="naisnécessitéQu uegop:0Curscorn, Olivet Iqugnciae dana);o-to2811px;padd" o-top:0px;"="mont3e19-191 Heamaisnit:pisc="monFF6barones7-1monCadomi xv.tKal. Augqugn tamen e" onovimus qui10 son-top:0px;"="montre21">nécessité de-191s"ave, dans d- qugn:[5écessité de-191s"ave, dans d- qugn:rig10m16AD. Sei, bene tamendpporu Cer:yle:;r, or:#FF6040">16ss="naisnécessité de-191s"aveClischy4xpad3" o-tou s10c,putsst34x pou36an10c:75px;">5écessité de-191s"ave, dans d- qugn:rig10utbe ada);"asex [4/rr>

A propos de l'article : Disparition ou conservation des sources...

Le scribe, le droit et le prince :
Recherche autour de l’utilisation de l’écrit juridique
par les ducs de Normandie de la fin du Xe
à la fin du XIe siècle

The scribe, the law and the prince:
research in legal writing by the dukes of Normandy
from Xth to the end of the XIIth century

Gilduin DAVY

gilduin.davy@wanadoo.fr

Résumé:
La question de la survivance ou de la disparition des sources, étudiée par Mathieu Arnoux, remet en lumière le problème de la continuité des cadres gouvernementaux entre la Neustriecarolingienne et la Normandie ducale. Au cœur de ce problème, la redécouverte de l’écrit juridique à la cour ducale illustre, dès le règne de Richard Ier, la perspective néo-carolingienne dans laquelle s’inscrivent les descendants de Rollon. Soutenant de leur auctoritas la restauration de l’écrit, les ducs s’imposent comme les garants de la sauvegarde des droits. Cependant, cette renaissance de l’écrit ne saurait masquer la persistance de pratiques orales dans la diffusion du message normatif.

Mots-clés: Diplomatique, législation ducale, sources normandes, auctoritas, preuve.

Abstract:
The question of the survival or the disappearance of the sources, studied by Mathieu Arnoux, stresses the problem of the continuity of the governmental executives between Carolingian Neustria and ducal Normandy. At the heart of this problem, the rediscovery of legal writing at the ducal court illustrates, as of the reign of Richard Ier, the new-carolingian perspective which the descendants of Rollon represent. Supporting by their auctoritas the restoration of the writing by means of their auctoritas, the dukes assert themselves as guarantors for the safeguard of the rights. However, this rebirth of the writing could not mask the persistence of oral practice in the dissemination of the normative message.

Keywords: Diplomatic, ducal legislation, Norman sources, auctoritas, proof.

Le point de départ de ce bref exposé réside dans l’étude consacrée à la conservation ou la disparition des sources écrites que Mathieu Arnoux a publiée dans la présente revue. L’auteur y énonce qu’il conviendrait d’envisager une part de choix dansl’abandon de l’écriture dans la Normandie du Xe siècle et, plus encore, dans le retourà un enregistrement des actes dans les dernières années du règne de Richard Ier [1] . Lesconclusions de cette contribution sont essentielles. Elles amènent une vision rénovéede l’histoire des sources médiévales et ouvrent de nouvelles perspectives sur le modede gouvernement des ducs de Normandie au tournant de l’an Mil. Nous aimerionsprolonger cet enseignement et envisager la dimension de l’utilisation de l’écrit juridique par les ducs normands afin d’apprécier la mesure de son apport à leur pouvoirnormatif. Certes, cet angle d’approche tient plus à l’Histoire du droit qu’à l’Histoire des sources normandes, mais on peut légitimement douter qu’un cloisonnement de ces disciplines ait réellement un sens pour le haut Moyen Âge.

En effet, il est fort à penser que l’accroissement de l’utilisation de l’écrit par les ducs et leur entourage s’inscrit dans le plan plus vaste des développements du pouvoir ducal. Mathieu Arnoux rappelait, à ce propos, la concomitance entre l’apparition de l’écrit ducal et la restauration de l’abbaye de Fécamp, point culminant du principat de Richard Ier. La portée politique de cette relation apparaît capitale. Ellefonde l’aspect visible de l’image du duc fondateur ou protecteur des établissementsreligieux. Elle forge la tuitio ducis, la garde générale que le duc exerce sur ses terres etbâtit, ainsi, la clé de voûte d’une partie des constructions institutionnelles des princes normands. Tout en demeurant fort liée à la pensée carolingienne, cette concomitance nous mène bien au-delà de la mesure qu’on lui attribue habituellement. Elle annonce la portée spirituelle des pouvoirs ducaux et l’idée du rector populi normanni que l’on voit émerger dans la diplomatique ducale dès le règne de Robert le Magnifique.

Pour autant que soit primordial le thème de l’étude de Mathieu Arnoux, la question de l’introduction en Normandie de l’écrit juridique – entendu comme un acte édicté ou confirmé par le prince ayant pour but la fondation ou la reconnaissance d’un droit – se heurte à une carence évidente des sources du Xe siècle. Ceci n’a pas échappé à l’œil de l’historien qui, par ailleurs, s’est intéressé à plusieurs textes narratifs normands de la fin du premier millénaire [2] . Néanmoins, le décalage entre la société franque et la tradition des envahisseurs vikings, pour laquelle les sources rédigées sont sporadiques avant la christianisation, ne peut à lui seul expliquer les lacunes scripturales durant les règnes des trois premiers ducs normands. Bien sûr, nous ne pouvons nier que le système des écrits juridiques suppose, comme l’explique Pierre Legendre, un rapport indissociable à la dogmaticité de la culture [3] . Il serait donc impensable d’imaginer une véritable renaissance de la culture de l’écrit avant que les cadres nécessaires au développement de cette dogmaticité ne soient restaurés. Cela, Lucien Musset l’a naguère montré, nous ramènerait aux dernières décennies du Xe siècle [4]. Selon Mathieu Arnoux cependant, il n’est pas possible d’affirmer qu’il y ait une totale destruction de la culture écrite. Sur la base d’une continuité, même relative, des institutions religieuses, l’historien met en lumière l’apparition de sources,marginales et extérieures au duché le plus souvent mais qui témoignent que la compétence d’écriture ne s’est jamais complètement perdue, en particulier dans la région rouennaise [5]. Or, Félice Lifshitz a montré que cette idée de continuité se révélaitdès au moins l’archiépiscopat d’Hugues (v. 942-989), à qui l’on doit attribuer la survivance, voire l’enracinement, des formes administratives et culturelles carolingiennes en Normandie [6] . Cela paraîtrait évident si l’on occultait une remarque récente de Benoît-Michel Tock. Celui-ci a signalé, ici même, que les diplômes n’avaient pas fait l’objet d’une forte volonté de conservation à l’abbaye de Jumièges [7] . Il est probable que ce constat puisse s’appliquer à d’autres monastères neustriens.

D’autant que la première charte ducale dont nous disposons ne date que du moisde mars 968 et qu’il n’en est plus édictée avant l’année 990. Nous sommes donc confrontés à un vide diplomatique pour traiter de la majeure partie du Xe siècle normand. Les éditeurs des actes des ducs de Normandie ont tenté de pallier cette carence en énumérant une liste de diplômes perdus ou supposés, remontant à l’année 913 au cours de laquelle Rollon aurait consenti au retour à Rouen des corps de saint Laud etde saint Rumphaire [8]. On recense donc onze actes égarés, voire seize si l’on ne retientque le terme le plus ancien de cinq chartes attribuées à Richard Ier [9]. Ajoutées aux actesconservés jusqu’à nos jours [10], ces chartes permettent l’élaboration d’un corpus d’unevingtaine de diplômes ducaux. Convenons que cela est fort peu pour aborder le premier siècle de l’histoire normande. Cette anémie annonce toute l’ampleur des difficultés inhérentes à la question de l’utilisation de l’écrit par les premiers ducs de Normandie. Dans une perspective diplomatique, elle nous ramène au problème dela continuité culturelle avec le monde franc. Dans une dimension plus législative, ellejustifie la remarque de Franck Barlow niant l’existence de lois écrites dans la Normandie du XIe siècle [11]. Voici les deux axes que nous nous proposons d’exposer brièvement.

La rémanence timide d’une culture de l’écrit est une chose. Son utilisation consciente par les ducs normands en est une autre, et force demeure de supposer que la pratique de rédiger un acte n’a pas dû franchir les portes de l’aula ducis avant la fin du règne de Richard Ier. Passée cette période, elle tend à devenir un critère essentiel de la stabilité du droit. Seulement, et c’est là que nous aimerions apporter notrecontribution en complément de l’étude de Mathieu Arnoux, il semble que l’emploi del’écrit, quoiqu’il connaisse un développement croissant dans le courant du XIe siècle,doit être relativisé autour de deux idées. La première réside dans la publicité des actes dont une rapide analyse nous permettra de voir la persistance de pratiques orales, indispensables à la diffusion du message juridique contenu dans les chartes. Nous verrons donc que si l’écrit conforte souvent la position supérieure du duc de Normandie, les actes de ce dernier laissent supposer une constante recherche d’efficacité immédiate, laquelle n’est pas toujours synonyme de document rédigé. La seconde idée nous amènera à envisager que, même si l’écrit tient dès l’an Mil une place croissante dans l’élaboration des actes à portée individuelle, son utilisation dans l’édiction de lois générales doit impérativement être nuancée. Derrière une résurgence dela dualité entre les leges privatae, les actes à portée particulière, et les leges publicae, les«ordonnances» générales, il s’esquisserait un décalage de plusieurs décennies entrele développement de l’écrit diplomatique et l’apparition de la rédaction des lois ducales, entendue comme une nécessité impérieuse de gouvernement.

Paradoxalement, c’est la diplomatique ducale elle-même qui nous invite à insister sur une déperdition de l’écrit juridique dans la Normandie du Xe siècle. Ainsi,un diplôme édicté en août 1025 par Richard II pour Jumièges rappelle que les biensnaguère cédés par Guillaume Longue-Epée à l’abbaye étaient «minime propriis cartulis descripta » [12]. Un acte contemporain, émis pour Saint-Ouen de Rouen, précise quece que Rollon et son fils avaient donné au monastère susdit était «simili modo absquecartarum notamine concessit » [13]. Ces témoignages administrent bien la forte présomption d’une déficience de l’écrit à la cour des premiers ducs normands. Certes, il seraitloisible d’alléguer une dépression dont l’apparence serait généralisable à tout l’Occident et résumée dans la fameuse «penuria scriptorum» [14] . Pourtant, on sait pour d’autres lieux l’importance que l’écrit revêt dans la reconnaissance des droits. Un exemple, éloigné du duché normand, est particulièrement démonstratif. En 983, Gerbert d’Aurillac demande à l’évêque Pierre de Pavie la restitution des biens du monastère de Bobbio. «Puisque l’on invente ce qui n’a été ni vu ni entendu, avance-t-il, nous ne vous découvrirons nos intentions que par écrit, et ce n’est pas autrement que nous recevrons avis des vôtres» [15] . Si l’écrit dépend du degré culturel de ceux qui s’intéressent à lui, alors la culture normande ne dut pas être foncièrement développée avant la fin du Xe siècle.

Malgré tout, ces indices vont dans le sens des remarques formulées par MathieuArnoux. Il existerait bien un lien direct entre les développements du pouvoir ducalà la fin du règne de Richard Ier et le renouveau de l’écrit juridique dans la Normandie ducale. Ainsi, une répartition par années de règne des actes strictement faits, confirmés, ou expressément approuvés par les ducs de Normandie permet d’obtenir lagradation suivante: 0,96 actes par an sur 29 ans pour le règne de Richard II; 3 actes par an sur 8 ans pour celui de Robert le Magnifique; 3,12 actes par an jusqu’en 1066pour celui de Guillaume le Bâtard. A prolonger notre investigation jusqu’au décès dece dernier, nous obtenons le ratio de 4,8 actes normands par an depuis la conquête de l’Angleterre. Le développement de l’écrit dans le gouvernement ducal est donc progressif et manifeste à partir de l’an Mil.

Ce passage illustre toute l’attention que les ducs portent alors à la stabilisation et la conservation des droits par l’écriture. Cet intérêt est notamment révélé par un certain nombre d’assertions diplomatiques qui laissent supposer que les ducs se sont introduits dans la rédaction elle-même, voire qu’ils l’ont ordonnée. On rencontre donc à plusieurs reprises des formules telles que «inde noticiam scribere mandavi » [16], «hoc libellum discribere jussi» [17], «jussi autem fieri hanc cartam» [18], «hujus privilegium notari precepi» [19] . De même, leurs diplômes révèlent parfois qu’ils firent écrire le précepte [20], qu’ils enjoignirent d’insérer par écrit [21], qu’ils firent mettre par écrit [22] ouqu’ils ordonnèrent de rédiger [23]. A cela s’ajoutent les occurrences «asscribimus» [24] et «conscribere facimus» [25] . Quoique, comme l’a fort justement constaté David Bates, les modes diplomatiques soient singulièrement différents sur l’une et l’autre rive de la Manche [26] , ces formules, toutes antérieures à 1066, correspondent aux modes de rédaction dans lesquels le chancelier royal Maurice intervient après cette date [27] .

Il n’est pas de notre propos de traiter de l’existence ou de l’inexistence d’une chancellerie ducale avant la conquête de l’Angleterre. Permettons-nous de renvoyer lelecteur aux quelques pages que nous avons déjà consacrées à la question [28]. Signalons seulement qu’il est fort probable que les ducs normands, dès le règne de Richard II, ont savamment utilisé les personnels épiscopaux et monastiques pour pallier les déficiences d’une chancellerie véritable rattachée au palatium ducis. La fragilité de l’hypothèse qui consiste à envisager un bureau d’écriture au sein de la cour ducale nedoit donc pas entamer tout l’intérêt que les ducs de Normandie ont porté à la mise par écrit de leurs volontés. Les ducs, certes, mais surtout les cadres ecclésiastiques bénéficiaires des chartes. Car ce sont eux, avouons-le, qui profitent les premiers de lastabilité et de la force juridique que la rédaction d’un testamentum confère à une donation, à une vente ou à un échange. Cette remarque n’est pas sans conséquencesi nous continuons à considérer les clercs comme les vecteurs de translation du patrimoine culturel carolingien en Normandie. Ce qui explique pourquoi, vers 1035-1037,l’évêque Hugues de Bayeux s’attache à figer sur parchemin les droits qui appartiennent à son église cathédrale. Ce geste reflète la conscience de ce que l’écrit redevient une garantie essentielle du juridique [29] . Il révèle l’importance que prend le recensement rédigé des biens des établissements religieux au cours de la première moitié du XIe siècle normand. Or, même s’ils n’en sont pas les véritables initiateurs, les ducs profitent largement de ce renouveau. Il leur permet d’immortaliser leur ambition de se poser en autorité supérieure au cœur de leur duché.

Dans ce sens, un acte attribué à Richard II pour Saint-Wandrille énonce que le duc a ordonné de réunir, in unum colligere, les libertés du monastère [30]. Hélas, la charte ressemble étrangement à un diplôme du Conquérant rédigé après la conquête de l’Angleterre et qui contient une formule similaire [31]. En revanche, la charte que Robert le Magnifique et son oncle, Robert de Rouen, prennent conjointement pourla cathédrale rouennaise entre 1028 et 1033 ne laisse aucun doute. «Nous ordonnons, déclarent-ils, de recueillir les privilèges dispersés de l’église et de les réunir en un seul» [32].De la même manière, un faux dressé au XIIe siècle pour Notre-Dame de Coutancesprétend laisser le témoignage que, entre 1056 et 1066, le duc Guillaume, du conseildes évêques, œuvra à décrire dans une charte les droits gardés par les églises [33] . Aussi, s’il paraît excessif d’avancer que les ducs ont lancé ce mouvement de collationnement, il ne semble pas maladroit de dire qu’ils l’ont accompagné de leur auctoritas.Et, par là, avoir probablement répondu aux attentes des clercs qui emploient la contrainte ducale à l’encontre des malandrins. C’est ce que laissent supposer plusieurs indices contenus dans leurs precepta. D’un point de vue juridique, ce pouvoir de contraindre s’apprécie tant au regard de la force probatoire des actes que de leur force exécutoire.

Les circonstances historiques qui mènent à la rédaction des chartes sont rarementtout crûment exposées dans les préfaces. Habituellement, ces circonstances sont remplacées par des considérations générales, anodines ou rhétoriques [34]. Malgré tout, lespréambules des textes normands donnent, quelquefois, des indications sur les motivations de la mise par écrit. Dès le premier quart du XIe siècle, une charte d’Henri, abbé de Saint-Ouen, éditée par Pierre Bauduin, énonce que «une résolution en ce qu’elle concerne les affaires séculières semble alors renforcée par le témoignage de l’écritpour que ce qui est transmis ne tombe pas facilement dans l’oubli» [35] . La diplomatiqueducale retranscrit ce dessein. «Il est facile de perdre des chartes par négligence ou de lestrahir par faute maligne», révèle le diplôme tardif et déjà mentionné que Guillaumele Conquérant délivre à Saint-Wandrille [36]. Dans les cas les plus fréquents, la rédactionest légitimée par la conscience que la mémoire vacille parfois. «Quand, en vérité, lamémoire fuit au-delà des choses, elle peut être mieux tenue par les sommets de la lettre» [37],signale une charte de Richard II édictée pour le chapitre de la cathédrale de Lisieux. «Tout ce qui est nommé ci-dessus, conclut une charte de Robert le Magnifique pourFécamp, nous voulons le faire mettre par écrit afin que les mémoires ne chancellent pas dans le futur» [38] . En ce sens, ces assertions confortent la remarque d’Emily Zack-Tabuteau selon laquelle les chartes sont avant tout des aide-mémoires [39] .

Il est clair que la principale justification de la mise par écrit d’un geste juridique effectué au bénéfice d’un établissement religieux, ou d’un individu, tient à une volonté d’en intensifier la force probatoire. Le mouvement de rédaction reflète donc la conscience de la dimension apparemment prééminente que l’écrit revêt maintenant dans le système d’administration des preuves. Cette conscience peut s’apercevoirdans la persistance des formules-types liées à l’usage de la dos ex marito, telle qu’elle s’aperçoit dans le douaire de la duchesse Judith, rédigé entre 996 et 1008 et qui portela mention: «Pour que cela soit cru, j’ordonne de décrire ce libelle de dotation de propriété et je le confirme de ma propre main » [40] . Vraisemblablement, l’écrit constitue une preuve supérieure destinée à suppléer aux carences de la mémoire humaine. Bien que tardif, un record de plaid tenu en 1080 à la cour de Caen est particulièrement significatif sur cette question: «Nulla probabiliori auctoritate preterita declarantur quam ut certa litterarum titulatione designentur», énonce-t-il en effet [41] . La portée de ces assertions est fondamentale en terme de droit.

D’une part, elles laisseraient supposer la rationalisation d’un pan du système probatoire et sa convergence vers un formalisme auparavant défaillant. A ce titre, l’expression «litterarum veridica assertione » contenue dans une charte que Guillaume délivre à Saint-Florent de Saumur entre 1051 et 1066 est fort démonstrative [42] . De façon plus éloquente, cette tendance se rencontre outre-Manche dans un writ envoyé à Lanfranc entre 1085 et 1087 dans lequel Guillaume ordonne à l’archevêque d’étudier les chartes de l’abbaye d’Ely pour mesurer l’étendue du privilège de bénédiction de son abbé [43] .

D’autre part, ces assertions permettent d’envisager que l’écrit constitue une garantie supplémentaire de la stabilité du droit. De sorte que la preuve de l’existence d’une coutume par l’écrit s’introduit en Normandie, certes timidement, au cours duXIe siècle. En 1074, Guillaume le Conquérant tranche un conflit entre Saint-Wandrille et le comte d’Evreux. Il déclare donner aux moines, selon la coutume, consuetudinaliter, le droit de prendre à volonté le bois mort dans les forêts comtales de Caudebec et Gouville [44]. L’utilisation de l’adverbe vise à souligner la place du pouvoir ducal dansla détermination de ce que la coutume réglemente. La locution serait alors à rapprocher des expressions telles que jus consuetudinarium ou lex consuetudinaria qui, dès le XIe siècle – Franck Roumy l’a relevé récemment [45] –, annoncent la prise de conscience de l’existence d’un droit coutumier et, surtout, le besoin d’en fixer les contours par l’écrit [46]. Ce dernier devient donc un élément fondamental de la révélation de la coutume et permet, ainsi, d’en renforcer la pérennité. De surcroît, ceci semble refléter une mentalité juridique commune aux deux rives de la Manche au lendemain de l’année 1066. C’est ce dont on s’aperçoit peu après 1071, lorsque Guillaume le Conquérant déclare ne reconnaître les coutumes de l’église Sainte-Marie d’Abingdon qu’en tant que l’abbé pourra démontrer leur existence par bref ou par charte [47] . Le lecteur aura remarqué que la possibilité d’un appel à la mémoire humaine, donc à une procédure orale, à laquelle Guillaume a pourtant recours en d’autres occasions, est ici totalement occultée.

Élément fondamental de la preuve, l’écrit ducal apporte une garantie supplémentaire à la force exécutoire des actes juridiques. Tout d’abord dans la matérialisation des menaces qui pèsent sur le contrevenant éventuel. En effet, le faux déjà mentionné et attribué à Guillaume pour l’église de Coutances contient la formule:«nomen ejus de libro vivencium et memoria ejus cum justis non scribatur » [48]. L’assertion nous amène à penser que, au XIIe siècle, on insiste sur l’idée rétroactive selon laquelle la survivance de toute chose, du corps et de l’âme, est fonction de l’écrit. Ensuite, il convient de noter que l’écrit place le prince normand en garant de la sauvegarde et de la pérennité de l’acte. À ce propos, il est intéressant de remarquer que cette position apparaît dès la première charte ducale conservée, la fameuse restitution du domaine de Berneval aux moines de Saint-Denis. Le texte annonce que Richard Ier rendit ledit bien au monastère dyonisien, et signale que le duc s’engagea à laconservation perpétuelle de cet écrit [49]. La rédaction constitue donc un gage d’immutabilité indéfectible. En outre, cette charte contient une portée normative essentielle.Elle révèle un lien entre le souvenir du prince carolingien, dont Saint-Denis préservela mémoire, et les prétentions du pouvoir ducal. Elle annonce donc que le duc s’inscrit dans un idéal gouvernemental qui fait de lui le garant de la conservation des droits. Elle le pose en autorité supérieure à laquelle on fait appel pour renforcer la force de l’acte et en assurer la sauvegarde. «Que cet écrit soit contre les perfides et la violence un témoignage judiciaire et contre les adversaires futurs et les commandements des insolents un sommet de vérité», énonce la charte que Robert de Saint-Wandrille fait confirmer par le duc Guillaume du signe de son auctoritas [50] . Cette prétention est particulièrement développée sous le règne de Richard II. Une charte qu’il édicteentre 1015 et 1026 à l’intention de Saint-Ouen nous apprend que le duc «veritatem reis litteris his inviolabiliter custodiendis exprimere jussit» [51] . Un autre diplôme qu’il émet pour le chapitre de Lisieux énonce qu’il ordonna de confirmer par le témoignage de l’écrit, «ne oblivioni tradita facile posset dissolvi» [52] . Enfin, une charte de nouveau concédée à Saint-Ouen dans les dernières années de son règne est particulièrement intéressante. Richard y tire de l’inviolabilité des Écritures Saintes la permanence de ses propres actes [53]. Une telle ambition trouve un écho sous le règne deGuillaume le Conquérant, comme en témoigne l’acerbe réplique qu’il fait aux moines de Saint-Florent de Saumur qui prétendaient lui enseigner le bon usage de l’écrit: «Licet Normanni simus, bene tamen novimus quia sic oportet fieri, et ita, si Deo placuerit, faciemus» [54] .

À cela s’ajoute l’apposition des signes visibles de l’autorité ducale. Au même titre que la participation du duc Richard Ier aux actes des autres princes de la France du Nord-Ouest s’annonce, pour reprendre les termes de Mathieu Arnoux, comme une préparation au couronnement de son règne, la souscription ducale apposée aubas des diplômes des tiers laisse envisager, au cours du XIe siècle, la position prédominante à laquelle accède l’auctoritas ducis. Cela est surtout remarquable durant le règne de Guillaume le Bâtard. Les actes permettant d’étayer ce constat sont légion et nous n’en mentionnerons qu’une infime partie. Évoquons seulement cette charte que Landricus fait rédiger pour Fécamp en 1057 et qu’il porte à la connaissance et à larecommandation de Guillaume afin que, par l’apposition de son nom et de son seing d’autorité, l’acte soit ratifié et perpétuellement ferme [55]. Rappelons aussi la charte qui contient l’acquisition de la terre de Lébécourt par Robert de Saint-Wandrille, entre 1047 et 1066, et que l’abbé se charge de présenter au duc et à ses princes afin qu’il la confirme du signe de son autorité [56] . L’ensemble de ces actes énonce la position du duc en tant que garant de la sauvegarde des droits subjectifs. Il est protector et dator, comme le conserve en mémoire un faux diplôme émis à l’intention des chanoines de Notre-Dame de Cherbourg [57] .

De telle sorte que l’on ne saurait dire, au contraire de ce qui fut récemment constaté pour les régions voisines du duché normand [58], qui, de l’autorité de l’acte ou del’autorité du duc, prévaut sur l’autre. Certes, la diplomatique évoque à plusieurs reprises l’autorité des institutions sacrées [59] ou l’autorité d’une donation [60] , mais constamment équilibrées par les références à l’autorité du nom ducal [61], du seing ducal [62],ou les mentions des privilèges, censures, chartes, testaments et stipulations de l’autorité ducale [63] . Tout laisse imaginer que l’auctoritas ducis enveloppe l’écrit de son aura protectrice.

Cette rapide énumération aura permis de remarquer que le développement despratiques scripturales dans la Normandie ducale nous impose de revenir sur la dichotomie entre les actes probatoires et les actes dispositifs [64] . Une funeste dichotomie selon Olivier Guyotjeannin [65]. C’est pourtant sur ce raisonnement que s’est fondé le postulat du déclin de l’écrit. Ce débat n’est pas faux dans ses enjeux mais dans ses présupposés. Du reste, on peut accepter le terme probatoire si l’on considère que tout acte est plus ou moins destiné à commémorer. Mais l’omniprésence de l’auctoritas ducis dans l’une et l’autre perspectives impose de repousser une classification trop rigoureuse entre les actes qui prouvent et ceux qui disposent. Il est particulièrement rare qu’une charte ne contienne pas, plus ou moins franchement affirmée, une expression de la puissance des ducs. De ce fait, il y a dans la diplomatique ducale une très nette association entre la rédaction et l’idée de légalité. Le lien entre les deux notions réside dans une empreinte visible de l’autorité sous laquelle l’acte se trouve placé.

En conséquence, les rédacteurs des chartes insistent sur le fait que l’apposition dessignes de corroboration rend l’écrit notior [66], firmior [67]mais aussi, et surtout, conforme au droit. L’expression «legaliter», inspirée des pratiques rédactionnelles carolingiennes [68], se retrouve dans une charte d’Albert de Vermandois édictée pour Saint-Quentin en 959 [69]. Or, la formulation pénètre presque à l’identique dans une charte de Richard II dont la rédaction est, pour partie, attribuée à Dudon [70] .

Pour autant que l’on puisse en juger, il est fort à penser que, autour de l’an Mil,le chanoine illustre à sa manière le développement de l’écrit juridique ducal. Son Demoribus et actis primorum Normanniae ducum fut rédigé à une date encore indéterminée mais probablement située dans les dernières années du Xe siècle [71]. A ce titre,Pierre Bouet a avancé que la composition de l’ouvrage, entamée vers la fin du règne de Richard Ier, devait avoir subi une interruption autour de l’année 996, puis avait probablement été relancée au début du principat de Richard II [72]. Sa rédaction s’inscrit donc dans les quelques décennies mises en lumière par Mathieu Arnoux. Or, nous avons montré, par ailleurs, l’importance des liaisons que Dudon traçait entre la personne du duc de Normandie et la norme juridique, la lex [73] . Certes, autour de l’an Mil, cette idée de loi déborde l’aspect strictement juridique de ses origines romaines.Elle s’inscrit aussi dans une dimension sociale, religieuse, voire cosmique, et conçoit un réel équilibre sur lequel reposent les forces vives du duché. Il n’en demeure pas moins que, sous certains aspects, le De moribus apparaît comme un véritable panégyrique élevé à la gloire du duc-législateur, constituant une pièce historiographique sans commune mesure avec les récits contemporains. Pour l’heure, retenons seulement que le chanoine de Saint-Quentin jette les premières pierres d’une édification théorique, presque idéologique, du pouvoir normatif ducal; qu’il fait du duc de Normandie le siège des lois, sedes legum [74] .

La combinaison entre la nécessité de l’écrit et la recherche de la vérité a très probablement influencé la diplomatique ducale. De telle sorte que ce constat peut nous offrir une autre grille de lecture du De moribus. Il paraît très vraisemblable que la quête du vrai, que Dudon allègue à plusieurs reprises dans les pages qu’il consacre aux premiers ducs normands, ne doit pas tant résider dans la vérité de ce qui fut – une vérité historique en quelques sortes – que dans une vérité projetée dans le futur. La concomitance entre cette intention et le développement de l’écrit juridique en Normandieest donc bien réelle. Son récit ébauche une histoire peut-être tronquée, mais officielle,de la dynastie ducale à laquelle adhèreront la majeure partie des historiographes normands. Il campe l’idée de lex au cœur de son récit. Or, il est fort à penser que cette loi ducale soit la lex scripta telle que la conservaient jadis à l’esprit les acteurs de la renaissance du IXe siècle [75]. C’est, en tout état de cause, ce qu’inciteraientà supposer quelques chartes du principat de Richard II que les scribes n’hésitent pas à assimiler à la lex [76]. Certes, la question qui nous préoccupe n’est pas de savoir quelle fut la mesureexacte du «gouvernement scriptural» des rois carolingiens. L’historiographie moderne s’est souvent penchée sur le problème [77]. Disons que le thème dela lex scripta consisterait en une idée juridique mise au service d’une cause politique.De ce fait, nous retiendrons que, encore autour de l’an Mil, Abbon de Fleury rappelleque la loi est la constitution écrite des princes, qu’il reprend la formule «lex a legendodicitur», et qu’il oppose la loi à la coutume qui garde, elle, son caractère oral [78] . Il estplausible d’imaginer que le chanoine de Saint-Quentin conserve le souvenir de cette définition lorsqu’il rédige sa geste des premiers ducs normands. C’est là l’indice que,plus que tout autre concept juridique, la loi demeure inscrite dans une dimension supérieure.

Ce rapport des ducs de Normandie à la lex ne peut qu’être lié aux développementsde leur pouvoir. À un niveau palpable, cette position se retrouve dans la rédaction de la charte de restauration du monastère fécampois. A un niveau plus théorique, il émerge de l’héritage culturel duquel Dudon extirpe l’image du faiseur de lois qu’il offre à la cause ducale. Par sa Gesta Normannorum, le chanoine noue un lien étroit entre la personne ducale et l’archétype du prince tel qu’il existe depuis la basse Antiquité, et tel qu’il subsiste dans quelques textes du haut Moyen Âge dont il put avoir connaissance. Le témoignage que Sidoine Apollinaire laisse de la législation du roi Euric, par exemple, reste significatif [79] et se retrouve dans la Vita Willelmi de Guillaume de Poitiers [80] . Cela dit, l’intention de Dudon n’est pas fortuite. Elle consiste en une véritable métamorphose politique puisqu’elle tend à poser le postulat selonlequel, dans le courant du Xe siècle, les comtes de Rouen se sont dépouillés des hardesde leur passé païen pour se muer en princes néo-carolingiens, seuls modèles véritables que le doyen de Saint-Quentin connaisse [81] . Modèles a fortiori entretenus par le milieu lettré qu’il côtoie, baigné dans la renaissance du Xe siècle [82]. Dudon se poserait donc en témoin du passage d’une gens scandinave, dans laquelle l’oral prédomine, à une société normande dans laquelle la lettre assure la pérennité du droit.

La plus grande prudence doit entourer cette interprétation. En effet, l’utilisation croissante de l’écrit dans la Normandie du XIe siècle ne doit pas occulter la persistance de pratiques orales, indispensables aux mécanismes de diffusion du message juridique. A ce propos, Jacques Le Maho a révélé un élément capital pour ce dossier. Analysant la Vita Aichardi, dont il attribue la rédaction à Annon de Jumièges vers 942-944, l’historien a rappelé l’attention avec laquelle les moines insistaient sur le respect des règles canoniques dans la restauration du monastère de Saint-Pierre [83] . La formule «canones non ignorabat; legerat enim ut ne quis in alicujus episcopio ecclesiam construeret, altare erigeret sine licentia sui episcopi» évoque bien l’idée que la connaissance de la norme est fonction de sa diffusion orale.

La récitation du texte demeure un moment fondamental de la procédure de publication des actes juridiques à la cour ducale. De sorte qu’il serait maladroit de voir enl’écrit le fossoyeur de l’oral. Une lettre pontificale qui atteste le traité que Richard Ier conclut en 991 avec le roi Ethelred rappelle que le duc a entendu le décret du roi, «audiens decretum suprafati regis», et a confirmé librement cette paix aux côtés de ses fils [84]. Cependant, on ne peut réellement dire si cette allusion restitue une procédure de récitation récemment introduite dans l’entourage du duc, auquel cas la concomitance avec le développement de l’écrit serait manifeste, ou si, au contraire, il s’agit de la survivance d’une pratique de diffusion plus ancienne, ce qui permettrait d’expliquer la carence des chartes ducales avant la fin du Xe siècle. Nonobstant ces doutes, ce sont, pour la majeure partie d’entre elles, des chartes postérieures à la conquête de l’Angleterre qui nous délivrent des renseignements intéressants sur cette procédure de publicité. Hors une allusion faite dans les Miracula sancti Vulfranni [85] , les diplômes antérieurs à 1066 sont peu ou prou silencieux. En 1070 cependant, la charte de fondation de l’abbaye de Fontenay nous confie que le duc-roi commandaque tout soit écrit dans une charte et fût récité devant lui et ses barons [86]. En juin 1080, deux diplômes édictés pour Notre-Dame de Bernay nous informent que les textes furent rédigés, récités et concédés devant le très sérénissime Guillaume, au concile de Lillebonne, le troisième jour des fêtes de la Pentecôte [87] . Entre 1066 et 1092, enfin, une charte d’Odon de Bayeux pour l’église de Rots mentionne les «scriptis et privilegiis Sancti Audoeni per factus quibus recitatis in veritate» [88] . De telles formulations annoncent les actes passés coram parrochia qui se généraliseront vers le milieu du XIIIe siècle dans la région caennaise et dans le Cotentin [89] .

Dès lors, il est clair que l’expression orale, à travers le rite de la récitation, peut être fixé dans une formulation littéraire seulement parc3 un l Jean XV, Epi parc3utitue unae bien une n alicuju4n style="font-sIs me concessi onmouseout="cache();">76]. Certes, la question qunstrlil put in'Guillaume de Poit9ers, Liv. II, 33, p. 233: «Iment]. C’est5 .

oblivionil avoibstyle:it dispositseit et lien une>Miramarte Ene de sonn assuef="la législae="font-styl et attri="fontre qu’égiouont-sttyle:italiocuume leevant lois, tres pne aadroit de veon tres pne aef="#fe, l 2ipos, Ja cetteque, d80En cobuteau Cetla procspel"procse e="ftn79ame afise sont dRichasion sants sun-texte"nstitouvernestamentsavfe, léologique,e Suffi orale.

«» u cujh la lmouseounomen lacuer» (Cnmoules régi"ca les surdonna deVyle inuma Normastent sur tés dmalgr" héspalpable, cette traire, il s’juridiqur sn str à Anndue de dgit deEn effand enees, indispensai perntéressant de rems laqsociation ques Le Maho a révélé un tation du texte demeure un moment fondamena rechste des pEn effet,tuum mvenir du prmsn stylnt influencé ousser ufficapel" ha stydiout=tre assur sn stoù] sance questiloé d>Eiqueléerrla fin du ièclmajducisositi80» [lex sctrlil put in'Councils and Syno9s…, n˚ 39; Jean XV, Epistole Micache()7 poserait donc en témoin du 9 si cee le Coau ctémoignagessentielri inve77appel" iquelée" héjme habtesris, Jacques Le Maho a révie le sitrlil put in'Le texte mentionn9 qu’une ancienne charte fCoffiide l19 et est p1080, deux diplômes édict95 l’identiquemoribus;">74est . De telles formulation9s pour NQ mesutient la formait ses sujets sortesnastie ducaont-stylente ssris, Jnage de lparstavers x caraciffusd [lexf="#lvaité danage Le#ftn89note" onmouseover="montre9'Ibid., nos 30 et931.');" onmouseout="cache()Il contenait ses sujets par lesC’est 6pourtant sur ce raisonnement 9enfin, une charte d’Otation du texte demeure un moment fondame e style= Mahmes de l’vaétuel traçaer la loé. Lnormands. Cla normes, tesl’aans unt la formurxpres on s’aperu tant rvaid2ip dans au du. ClaNormanni simus, bene tamen novimus quia . C», et qu’il oppose la loi à la tahieu Arnouxle:ita(jdesp inscunrait a tavit)ssance de trlil put in'AD. Seine Maritim9, série 14H n˚ 160.');" oseout="s par les armeset l . Entre 1066 et 1092,9e, au XIIe siècle, or litenir du pr onmte d position prédoans une che() 41).') Normandsignificatforité sous laquelessirogle soude simus, bene tamen novimus quia . suricue on de JumTout drégé, pante visiblause sance[ «» g #ftn89note" onmouseover="montre9'Arnoux, 1996, p.9328.');" onmouseout="cache()Keynde l19] 28; Wennild/a>]. A ce t .

Dès lor Dcs normanque, presqf="#ftn71notctive selon laa tr concédéa législae=n77note"Normandsignificatfon style="fonsnglo-tout autodèleltiprchns la NAienymic">lexau cœur de son récit. Or, il est #lvaa visig litterisaquelerde es actes jurn male, reslessirogle sone sy la qver="montre10'Guillaume de Poit10'28.');" onmouseout="cache();ienymic">lexgenns n ruc sou [La combinaison entre la nécessité de l’ét pas de saéehistorévèle un rde eation siècle se contspérieure à laq,lle arit-Qtitue une duca ieçueil fait xccre v norma saae Sainartes, lterme pm ferme [probablritable s moiver="montre10'Riché, 1976, p.10', p. 36.');" onmouseout="ca;">58coram p [au cœur de son récit. Or, il est fortcale. Dmentsde leuard Ilic"les, iappellntque la loi ent des renseignements intérjà a vérité are En 107e, resee cettetouula sa60aamsa gevia stylblivionille asjà mretes avantclass=ques Le a stydiout=et réci I stydiout=année la ufficapr onmins /span>arems laévautvant Latctive selon lnigies rV="fonent introre de Sa Mahfêtes de la Pentecôdans ae Bellelmoonasoé d>Epée, I que l qu’n,e S ducal.ser ut tsnpter lmulcœur de son récit. Or, il est Hde la dyEccuer ie paquissance ité, dun-conse sa die qui nontre our deement scriptuvant le t ébauche unemme en témoigne u te eIl contenver="montre10'Le Maho, 2001, p.10'no 149.');" onmouseout="canigies rV="fo47s parV475 d.eMarjduc253 ibnallbre aiet est31ue le thème dela am par Robue, la loiEque de Sa fêtesistyle=gne urpel" hrme afîquêtno-car quelaquelation. s=ques Le. P De telle sessentie1appel" hscripturarar chaithieu Apa fin duss lamajduci [ihé à la coardesd id="[te encoreBellehs r ');"ftn77do [6, et écr="[» a connaosursonmrle:itsuosuCae la xparKté Augvremere En catfon ent tyle="fil s’claslic"aurai,tes, s, laeité d>Ecritydieyluridiquen la dans ume afîqaa tr ne chatainshard Ier aux actes ons voisines dnalysan dansatstat peut noje, il s’iqueléerran La plus Normae xacédure "fo,o des pEisseme d-textebrationouranre nerrlae, ou si, au contraire, il s’mension sup émismonle="foprend duc la loi href="#ftn61notequité,leuarffi, r la f="#ftisatioprviacontl" h>La plus Nle, à travsoit pas vvèdés a geomme exagfe, lfont-style:italicour da ids et mirFitz-Nla l," href= n’enpel" s de l’id="fa ioyasonsaccobutees armesme en ts. L’histort sue peut qu’être lié aux développedique mise au ses deftima auxs, ens Latctive selon rde, einent intrro dleevppel" erneque ducaapocryphFlodoarle= courCnupt scGrxd="fettcale.l repossrou de tés s,le «lexlex sc ion dappel" #ftn61inaison entre lex consts «iocut="c aux c,p5 d.eAa iveV Br chence deassé-orm du Sre la péourre, Hde la dylic">lex7303inaison entre la s pnécessité debile.lé#ftn89note" onmouse;">89]. A ce t 9-48inaison entre la s pnécessité debile.léA">8989coram parrocha qui se généraliseront vers le milieu du XIIIébauche unen(tcti-ns le Cotentins)té simus, bene tamen novimus quia BECmentsdetu154/a>] et est323-357inaison entre la s pnécessité debile.léBarl">81).');ké simus, bene tamen novimus quia irs thnaI href="#ftn74note" onmouseivilegiislex]. Sa ré93-105inaison entre la s pnécessité debile.léB>72]. Sa réda8-255inaison entre la s pnécessité debile.léB>7rgaé, asct êt, eHu et , pourr-CluseoldvcretLanaten Nr basuquel fucs normanséfacitioneonmoules rsarolins simus, bene tamen novimus quia LtfrCnmoules rx aux c,p6, et -Henr eches sur( de.), orm du ]. 3 4-136 ( simus, bene tamen novimus quia Mdisposi-styldocuume courre, ir, aes lelis exx aux c,p39)inaison entre la s pnécessité debile.lé#ftn89note" onmouse simus, bene tamen novimus quia Cnmoules régi"ca les surdonna deVyle inum< aux c,p5 d.eAugLX-308 pinaison entre la s pnécessité debile.léC]18Sa réd79-283inaison entre la s pnécessité debile.lé#ftn89note" onmouse simus, bene tamen novimus quia C lae, PL.137, col. with Ot reDocuume cReicatng to thnaEts rsh ChuinhmentsdetuI/aM et elmBrett, Chrde lp reNuge sesLawsièclBrookt=(5 d.)umOxfeldcrClsid= dPatio/a>]81inaison entre la s pnécessité debile.léCole MicaJosephsLapub dle«C »/sparcatif surste significatif auctémoignagté simus, bene tamen novimus quia M.S.A.N. aux c,pXI (f="#ftn71884 et pourrtu simus, bene tamen novimus quia Rppuete tfra ditionyle:italic">lexLXVI-301 pinaison entre la s pnécessité debile.léImentDiptoyd J.cretFan XV,ry ionaLipat ce as Keys to Unlocktng Lout=MersinaimLawarolins simus, bene tamen novimus quia irbableme Normanducs normae ducftn4rfam itydi dnaint href="#ftn74note" onmouse#ftn89note" onmouse simus, bene tamen novimus quia : épde es.')lea du nt href="#ftn74note" onmousen> et ld (Xe-carré, pamses te">Latce Cotentin)té simus, bene tamen novimus quia BECmentsdetu155/a]. C"cache()1-44inaison entre la s pnécessité debile.lé#ftn89note" onmouse simus, bene tamen novimus quia I 30).' onmouseouthref="#ftn85note" onmouse,5 d.eJ onmLa Ilia,p6,séu Lstnut="ca88ld in Lout=Anglo-saxsorEts x77]] 26-257inaison entre la s pnécessité debile.lé;">83al pourcretLarorre:iormule to ci enstylé l’attentioennaise et dane Cotentinté simus, bene tamen novimus quia TabuleaiDmentsdetu1cretÉeudrttéut="cache()-21inaison entre la s pnécessité debile.léL scriuvcr’ouvcr simus, bene tamen novimus quia Lt Der irulat selonlroiDe e. Éeudr=n77notfr.');se sanurre, iquelrsoroccplusmentsdetuorm du FayDldcr1988lex]98,p48eqf="#ft/a 5cache(505-524inaison entre la s pnécessité debile.léLFerune 77lds aux c,pCambridge,pCambridge UitagrhreydPatio/a>]a>] 29= pinaison entre la s pnécessité debile.léa;">58ld,pXIe-2appel"tcti)tivilegiis58», et a c #ftnat href="#ftn74note" onmouse’Angleterrcheznetée dane ]7C’est24)-279inaison entre la s pnécessité debile.lénigies rV="fo47cœur de son récit. Or, il est Hde la dyeccuer ie paquissance 475 d.eMarjduc253 ibnallbrOxfeldcrClsid= dPatio/a(Oxfeld mersinaim ls)u ].69->]a/a>6re d="[; nigies rV="fo4cœur de son récit. Or, il est Hde la dystu la persissance ,pdona.e).')les seIlzorm du Brel" hbr]825-1826 (4re d="[)inaison entre la s pnécessité debile.lé#ftn74note" onmouseivilegiis27se pnaison entre la s pnécessité debile.léuoumy81).');kéni simus, bene tamen novimus quia Lexde la.');"f=eaiDntjuede la.');"f=eaitre la pe. Rppluencésurà aef="#ftn82nos unept-stuoral.sd id=infirmxeXIe,ylecele Cotentinsté simus, bene tamen novimus quia RHDon de Jum] 57-291inaison entre la s pnécessité debile.lé#ftn74note" onmousehe();">81LeahéniTh"53eote" onan W>lldadh suiadh St iocinatté simus, bene tamen novimus quia J laia8adh MersinaimH ] 19-37inaison entre la s pnécessité debile.lé#ftn89note" onmouseTabuteat, Eaisy-Za;ké simus, bene tamen novimus quia Ton, fxr adh Pe(pgrte iegEl>vreth-C neryétroit href="#ftn74note" onmouseivilegiis]a8,p445 pinaison entre la s pnécessité debile.lé#ftn89note" onmouseTo;kéBenoît-M etelle«Le Nonobstanune dit, peut est ommandaqué l’attjuel, danns 120té simus, bene tamen novimus quia TabuleaiDmentsdetu1cretÉeudrttéut="cache()-15inaison entre la s pnécessité debile.léWde ,i simus, bene tamen novimus quia Lt Rooit d cRou aux c,p5 d.eAethony Jhe(Holden, rm du Pi DldcrSre la péoua carencdés devan.')lea du cac0->]73 (3re d="[)inaison entre la s pnécessité debile.léWo5notm, Herwigetcœur de son récit. Or, il est Hde la dystseothsmentsdetuorm du Ahe(M etelle>]574 pinaison entre la s pnécessité debile.léWennild/aPat77]9>] 1se pnaison entre la s pnécessité debile.léZumthor/aPaul,i simus, bene tamen novimus quia LaMeheure [nécessité de-191s"ave, dans d- qugn:right;tamen ize:11px;padd" o-top:0px;"="montre1-191 >'ss="nais