Nos tutelles

CNRS

Rechercher




Accueil > Projets-Thèses en cours > Projets nationaux

ANR SEQUADAPT

SequAdapt (ANR 2012-2015)

ConSéquences et mécAnismes de l’adaptation à la contamination chimique en Seine.

Les milieux aquatiques du bassin de la Seine sont soumis à une contamination diffuse et multiple dont il est difficile d’évaluer les conséquences biologiques. Le projet SequAdapt propose d’étudier les phénomènes d’adaptation des organismes aquatiques à ces contaminations métalliques.

Explorer les mécanismes et les conséquences écologiques de l’adaptation.
L’adaptation à une contamination chimique se caractérise par des phénomènes d’acclimatation physiologique et/ou de modifications génétiques de l’organisme exposé qui devient alors
tolérant/résistant. A l’échelle de la communauté, elle s’accompagne aussi souvent de la disparition d’espèces sensibles. Pour comprendre et évaluer les impacts de la contamination chimique sur les organismes vivants en milieu urbain, il est indispensable de se pencher sur les phénomènes d’adaptation du biote aux multi-contaminations à faible doses typiques de ces milieux. Le projet SequAdapt propose ainsi d’explorer les mécanismes et les conséquences de l’adaptation sur deux modèles biologiques ayant fait l’objet de travaux récents en écotoxicologie : le gammare (échelle de l’individu) et le biofilm (échelle de la communauté). Les travaux se focaliseront sur les métaux, contaminants non biodégradables et issus de diverses sources (effluents, érosion, retombées atmosphérique, etc.) dans le bassin de la Seine.

Adaptation des organismes exposés en conditions contrôlées ou prélevés in situ.
Les travaux se répartiront en deux volets mis en oeuvre à la fois sur des organismes (individus et communautés) exposés en conditions contrôlées au laboratoire et des organismes prélevés sur des sites du bassin de la Seine présentant des contaminations métalliques contrastées, de façon à créer des situations possibles d’adaptation :

  • volet 1 : comprendre les mécanismes de l’adaptation du vivant dans les rivières sous pression urbaine par l’étude de la plasticité et de la réversibilité des régulations physiologiques impliquées dans la bioaccumulation chez le gammare et l’exploration des mécanismes génétiques à l’origine de la tolérance aux métaux pour les biofilms (présence/expression de gènes de résistance)
  • volet 2 : investiguer les conséquences de l’adaptation par une approche protéomique chez le gammare, et par l’évaluation des modifications de la diversité génétique et des profils fonctionnels chez les biofilms.

En savoir plus :
http://www.agence-nationale-recherche.fr/?Projet=ANR-12-ADAP-0003