Centre de recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
UMR 6273 (CNRS/Université de Caen Normandie)





Rechercher

 


 

 

Vient de paraître

 

911




CNRS

Accueil > Qui sommes-nous ? > Laboratoires et services communs > Anthropologie

Anthropologie


Cécile Chapelain de Seréville-Niel : ingénieure de recherche, CNRS
✉cecile.niel@unicaen.fr

Oscar : squelette de plastique

Juliette Dupré : technicienne CNRS
✉juliette.dupre@unicaen.fr

Julia Pacory : contractuelle, doctorante (septembre 2016), allocataire régionale
✉julia.pacory@unicaen.fr

Astrid Athina Noterman : contractuelle et doctorante au CESCM, Poitiers
✉astrid.noterman@unicaen.fr


PNG - 150.7 ko


Actualité

GTR : Prochain rendez-vous ’Inhumations en contexte religieux’ au premier semestre de l’année 2016-2017.


Le service de paléoanthropologie


Le service de paléoanthropologie du Craham, faisant partie de l’équipe 1 jusqu’en 2016, les orientations scientifiques actuelles du service sont étroitement liées aux recherches en archéologie funéraire développées par les membres de l’équipe et répondent aux thématiques de recherche du Craham, sur le terrain comme en laboratoire.

Réalisée par les vivants, l’inhumation du mort nous renseigne non seulement sur l’organisation du cimetière, sur la gestion des espaces funéraires, sur les manières d’inhumer les défunts, sur le mode de construction des sépultures, mais surtout sur les morts eux-mêmes et sur les vivants de cette société.

Dans la plupart des cas, la tombe et son environnement sont en effet le conservatoire du souvenir et de la mémoire du défunt au sein de la communauté et constituent fréquemment les seules traces qui nous parviennent des rituels funéraires et des traditions sociales d’une société.

L’archéologie funéraire médiévale réunit divers champs d’études complémentaires les uns des autres et fait appel à toutes les sources d’information disponibles pour comprendre les croyances spirituelles et les pratiques funéraires d’une population, évaluer la nature de cette dernière ou déterminer les conditions de vie des échantillons populationnels exhumés. Cette discipline regroupe notamment l’analyse des sources textuelles (testaments, sources épigraphiques, etc.) ; les données archéologiques provenant de la fouille des nécropoles (localisation et détermination du type de cimetière, urbain ou rural), mais comprend aussi l’étude de la gestion des espaces sépulcraux (stratigraphie des fosses, datation du mobilier, modes d’inhumation, techniques d’élaboration et architecture de la tombe, matériaux employés) ; des pratiques funéraires (dépôt de mobilier, position du défunt, rituels funéraires, étude des mouvements taphonomiques des os inhérents à la décomposition du cadavre et du milieu dans lequel le défunt a été inhumé).

Elle associe également les données issues des études anthropologiques menées ensuite en laboratoire (ostéométrie, paléodémographie, paléopathologie, analyse des regroupements familiaux ou des sectorisations éventuelles liées à des critères d’âge, de sexe ou de statut social du défunt…).

Depuis les années 80, le service de paléoanthropologie du Craham a mené des études populationnelles d’envergure, principalement sur la région normande médiévale. Deux sites actuels importants pour le laboratoire sont en cours d’étude : la population paroissiale de l’église Saint-Pierre de Thaon et la léproserie médiévale de Saint-Thomas d’Aizier.




Le service
Chantiers et expertise
Collections
Valorisation
Collaborations
Formation et enseignement
Bibliothèque spécialisée
Manifestations scientifiques


Video
Découvrez le métier d’archéoanthropologue du Craham

Cette rubrique ne contient aucun article.