Centre de recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
UMR 6273 (CNRS/Université de Caen Normandie)





Rechercher

 


 

 

Vient de paraître

 

Des pots dans la tombe (IXe au XVIIIe siècle). Regards croisés sur une pratique funéraire en Europe de l'Ouest




CNRS

Accueil > Manifestations > Archives > Comptes-rendus de manifestations du CRAHAM

Mémoires normandes d’Italie et d’Orient IV : autour du pseudo Hugues Falcand

par Marie-Noëlle Leroy - publié le

Le 12 avril s’est tenu le quatrième et dernier séminaire de l’année 2012-2013 organisé par le CRAHAM dans le cadre de la Chaire d’excellence CRBN/FEDER du professeur Edoardo D’Angelo. Après plusieurs rencontres autour des sources de l’histoire de l’Italie normande, ce rendez-vous a été l’occasion d’aborder plus spécifiquement un auteur du XIIe siècle, le pseudo Hugues Falcand. Trois spécialistes ont ainsi été invités à présenter leurs travaux, à savoir Edouardo d’Angelo, professeur de littérature latine à l’Université Suor Orsola Benincasa de Naples, Graham Loud, professeur d’histoire médiévale à l’Université de Leeds, et Egbert Türk de l’Université de Sarrebruck. Ces deux derniers ont d’ailleurs respectivement publié une traduction anglaise et française du Liber de regno Siciliae d’Hugues Falcand.*

Durant la première partie du séminaire, Edoardo D’Angelo et Graham Loud ont d’abord pu s’intéresser à l’identité du pseudo Hugues Falcand. C’est en effet sous ce pseudonyme que se serait présenté l’auteur de deux sources essentielles de l’histoire du royaume de Sicile au XIIe siècle. La première, le Liber de regno Siciliae, décrit ainsi les règnes des rois normands Guillaume Ier et Guillaume II de 1154 à 1169 et les intrigues politiques à la cour de Palerme, tandis que la seconde, l’Epistola ad Petrum Panormitanae Ecclesisae Thesaurium, aborde l’invasion souabe de la Sicile par Henri VI en 1190. Nos deux intervenants se sont alors interrogés sur l’identité réelle de l’auteur de ces textes et ont passé en revue les différentes hypothèses qui ont jusqu’ici été formulées. Les chercheurs ont rapproché le pseudo Hugues Falcand de diverses personnalités telles que Falcus, chanoine de la Cappella Palatina de Palerme, le notaire Robert de San Giovanni, l’amiral Eugène de Palerme ainsi que Hugues Foucaud, abbé de Saint-Denis, et Pierre de Blois, ces deux dernières hypothèses ayant été considérées comme les plus sérieuses. Ainsi, plusieurs éléments viennent étayer ou contredire ces théories (indications chronologiques, similitudes entre différents textes, orientations idéologiques, sources et modèles littéraires de l’auteur…), mais Edoardo D’Angelo et Graham Loud ont finalement dû reconnaître qu’il était impossible d’établir avec certitude l’identité de notre écrivain.

La parole a ensuite été laissée à Egbert Türk qui a choisi de parler plus particulièrement du rapport entre Hugues Falcand et Pierre de Blois. Ce dernier était en effet un poète et un diplomate français qui a pu séjourner à la cour de Palerme et être témoin des intrigues politiques dans le royaume de Sicile. Ainsi, notre intervenant s’est appuyé sur la correspondance de Pierre de Blois dans laquelle il révèle les troubles et tensions au sein de l’élite politique normande de la même manière qu’Hugues Falcand. E. Türk souligne que Pierre de Blois et Hugues Falcand illustrent les mêmes événements, mais chacun avec une démarche différente. Le premier tente d’appliquer une grille d’explication à une situation qu’il ne comprend pas bien, le second recherche la clef qui lui permettrait de comprendre la situation et voit la main de la Fortune derrière les événements.

Ce cycle de séminaires autour des « Mémoires normandes d’Italie et d’Orient » s’est ainsi achevé et la Chaire d’excellence « Edoardo D’Angelo » sera poursuivie dès la rentrée 2013 à travers de nouvelles thématiques.
22

Compte-rendu
Séminaire 12 avril 2013