Centre de recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
UMR 6273 (CNRS/Université de Caen Normandie)





Rechercher

 


 

 

Vient de paraître

 

Des pots dans la tombe (IXe au XVIIIe siècle). Regards croisés sur une pratique funéraire en Europe de l'Ouest




CNRS

Accueil > Manifestations > Archives > Colloques

Apposer sa marque : le sceau et son usage (Autour de l’espace anglo-normand)

par Marie-Noëlle Leroy - publié le , mis à jour le

Lieu : Centre Culturel International de Cerisy-la-Salle

du 4 au 8 juin 2013

Responsable(s) scientifique(s) :
Clément BLANC-RIEHL, Jean-Luc CHASSEL et Christophe MANEUVRIER

Organisé par le Centre Michel de Boüard (CRAHAM),
l’Office universitaire d’études normandes (OUEN)
de l’Université de Caen Basse-Normandie
et le service des Sceaux des Archives nationales

Le sceau, porteur d’une image personnelle, voire intime, rendue publique par la pratique, constitue un objet d’étude à la croisée des sciences humaines et sociales (histoire, histoire de l’art, archéologie, histoire du droit, sociologie, anthropologie). Des travaux récents menés à la fois sur les empreintes de cire et les matrices de sceaux, mais aussi sur les productions diplomatiques, soulèvent de nouvelles questions sur les usages du sceau, spécialement dans l’administration de la preuve, et leur diffusion jusque dans des milieux parfois très modestes. Qui dispose ou peut disposer d’un sceau ? Pour quels usages ? Où et par qui sont fabriquées les matrices, comment sont-elles conservées ou cancellées ? L’espace normand et anglo-normand, au sein duquel les pratiques sigillographiques furent aussi originales que diversifiées durant l’époque médiévale, sera privilégié, mais on souhaite ouvrir la réflexion à d’autres espaces, européens et méditerranéens, et à d’autres périodes, notamment à l’Antiquité hellénistique et romaine. Le colloque sera également l’occasion de réfléchir au devenir des collections anciennes (matrices, empreintes, moulages), de faire le point sur l’état de la documentation disponible, sur les inventaires en cours et sur les projets de numérisation et de restauration entrepris récemment, en France et à l’étranger. La multiplication des opérations archéologiques durant ces dernières décennies et l’essor de la détection en Europe de l’Ouest ont également renouvelé l’approche traditionnelle du sceau, tant en ce qui concerne certains types d’empreintes (sur argile ou sur métal) que les matrices.

http://www.ccic-cerisy.asso.fr/sceau13.html

Pré-actes cerisy