Centre de recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
UMR 6273 (CNRS/Université de Caen Normandie)





Rechercher

 


 

 

Vient de paraître

 

alban gautier




CNRS

Accueil > Recherche et activités > Projets scientifiques des thèmes et des axes > Thème 2. Culture matérielle, réseaux économiques et sociaux :productions, usages et représentations

Thème 2. Culture matérielle, réseaux économiques et sociaux :productions, usages et représentations

par Micael Allainguillaume - publié le , mis à jour le

Responsables : L. Bourgeois et C. Allinne

L’étude des témoignages mobiliers et immobiliers que nous ont laissés l’Antiquité, le Moyen Âge et la période moderne apparaît aujourd’hui fortement segmentée selon les catégories de sources (données archéologiques, collections de musées, textes, iconographie), chacun utilisant les données issues des autres disciplines comme illustration plutôt que comme source à part entière. Chaque catégorie de document fournissant une fraction des réalités anciennes, la segmentation de la recherche et l’absence de grilles d’enquête articulant l’ensemble de données appauvrissent les champs de lecture et empêchent à la fois de mesurer les biais propres à chaque source et d’appréhender la culture matérielle dans sa globalité, qui va de l’invention à la production, de la diffusion aux différents usages pratiques et symboliques.
Au-delà de ce nécessaire croisement des disciplines, l’objectif de ce nouveau thème est de s’interroger sur l’articulation des données matérielles dans l’espace et dans le temps (fonction et statut des sites, comparaisons intra-sites et inter-sites, hiérarchie du peuplement, organisation de la production, réseaux économiques et sociaux, relations sociétés-environnements). L’émergence de ce thème découle naturellement de l’investissement traditionnel du Craham dans l’étude du mobilier céramique et de la numismatique, qui s’est récemment diversifié en direction du mobilier non céramique, et de l’intérêt croissant des historiens du laboratoire aux questions économiques et des chercheurs en littérature caennais à l’histoire des techniques et à la lexicologie. Ce thème unit donc des membres du Craham (archéologues, historiens, littéraires, lexicologues) à des chercheurs d’autres institutions et d’autres disciplines (anthropologues culturels, historiens de l’art, sociologues, physiciens des matériaux, etc.). Il associera certains de ces questionnements aux deux axes transversaux prévus et s’articulera autour de trois types d’approches.

Des réflexions collectives sur la valeur heuristique et la portée opératoire de concepts et méthodes convoqués par nos disciplines dans ces domaines, à travers des colloques, tables rondes et ateliers.
Un cycle de colloques internationaux sur la notion de culture matérielle a été initié dès la fin de l’année 2015 par la rencontre La culture matérielle, un objet en question : anthropologie, archéologie et histoire (Craham, EHESS, Universités Paris I et Paris VIII) qui sera suivi par des manifestations consacrées au traitement des grands ensembles archéologiques et aux Faux, imitations et substituts au Moyen-Age. L’appréhension des assemblages de mobilier archéologiques dans les contextes d’occupation sera abordée à travers plusieurs ateliers : caractérisation du site portuaire du port antique de Blainville-sur-Orne (Calvados) par son mobilier (coord. C. Allinne) ; relecture des habitats ruraux français et anglais du bas Moyen Âge, (coord. Cl. Hanusse et D. Rego) ; caractérisation des déchets urbains normands des XIVe-XVIe siècles, (coord. B. Guillot), sur les échanges transatlantiques à l’époque moderne (Antilles, Canada, Guyane, ( coord. F. ravoire, J. Soulat et A. Gelé). L’historiographie de l’archéologie médiévale française, née à Caen, sera interrogée lors d’une rencontre sur le thème À l’aube de l’archéologie médiévale française (1900-1950), coorganisée avec l’université de Strasbourg. L. Bourgeois abordera plus globalement l’historiographie de l’archéologie médiévale dans un volume de la collection Nouvelle Clio consacré aux Xe-XIIe s. (2017-2018). Enfin, la mise en œuvre d’études globales de monuments médiévaux fera l’objet de cahiers méthodologiques (coord. K. Vincent, J.-B. Vincent).

Les études transversales du mobilier seront privilégiées à travers un projet d’Encyplopédie du Mobilier médiéval v. 750-V. 12OO, croisant les données archéologiques, les sources textuelles historiques et littéraires et l’iconographie pour fournir une vision synthétique de la culture matérielle de cette période pour la France actuelle et ses abords. L’encodage sera réalisé en XML-EAD (coord. Luc Bourgeois).

Le mobilier non céramique fait l’objet de cinq enquêtes :
Le sceau, de l’image à l’objet abordera les sceaux (matrices et cires) en tant qu’objets. Il donnera lieu à un cycle d’expositions. Parallèlement, une entreprise de numérisation 3D des sceaux des collections normandes est en gestation (coord. Ch. Maneuvrier), qui pourra intégrer à terme un projet Interreg ou RIN Recherche de la Région Normandie, associant des chercheurs hongrois, portugais et espagnols.
L’identification des matériaux de construction utilisés dans la Normandie médiévale fera l’objet d’autres enquêtes, issues de l’étude des carrières et de l’archéologie du bâti (G. Carré, L. Dujardin, B. Guillot et J.-B. Vincent).
Un répertoire des mesures à grains dans l’espace normand au Moyen Âge et à l’époque moderne (coord. B. Fajal) et une synthèse sur le jeu d’échecs dans l’Occident médiéval (L. Bourgeois) viendront compléter ce volet.

Pour la numismatique, le développement de la base Nummus - Monnaies en contexte archéologique, en ligne depuis 2013, sera complété par une enquête sur les Pratiques d’imitations monétaires dans l’Occident romain aux IIIe-VIIe s. (coord. P.-M. Guihard). Le projet Fanum (Fluorescence appliqué à l’archéologie et à la numismatique), en partenariat avec le laboratoire de physique corpusculaire CNRS – IN2P3 – Ensicaen – UCBN (UMR 6534) et Imogere (pôle radio-protextion UCBN), permettra d’acquérir les connaissances relatives aux politiques monétaires déployées par l’État romain à partir de l’étude du trésor de Saint-Germain-de-Vareville (3500 monnaies analysables). Deux manifestations internationales, l’European Coin Find Network meeting qui s’est déroulée en avril 2016 et les 2e Rencontres Internationales de Numismatique qui ont lieu en octobre 2017 (coorganisation avec le Römisch-Germanisches Zentralmuseum de Mayence) ainsi qu’une convention signée avec le Cabinet des Médailles de la BnF témoignent déjà des résultats acquis par le laboratoire dans le domaine de la reconnaissance internationale de son excellence dans le domaine des recherches novatrices en numismatique .

Les enquêtes sur la Typochronologie, caractérisation et diffusion des productions céramiques verront l’achèvement des PCR La céramique du haut Moyen Âge en Île-de-France (coord. A. Lefèvre), Typochronologie de la céramique médiévale dans l’espace normand des Xe-XVIe s. Production, diffusion (coord. S. Dervin et É. Lecler-Huby) et la collaboration du Craham au projet Les céramiques de raffinage dans les ports atlantiques : interactions économiques en métropole et avec les Antilles entre le XVIe et le XIXe s. (coord. pour le Craham A. Bocquet-Liénard et F. Ravoire). De nouveaux axes de recherche concerneront l’Usage des céramiques médiévales à partir des traces et dépôts (coord. C. Claude et A. Lefèvre) à travers – entre autres – des analyses chimiques et un Répertoire des marques et inscriptions sur poterie commune et terre cuite architecturale dans l’ouest de la France (Moyen Âge – XIXe s.) (coord. B. Fajal). Deux tables rondes sont d’ores et déjà prévues : La céramique médiévale très décorée (Xe-XIVe s.) et La vaisselle en grès du Beauvaisis.
Enfin, une série d’enquêtes de terrain concerne en particulier des monographies de sites complexes et des études thématiques régionales
Pour les monographies de sites, le parti a été de privilégier dans un premier temps la publication monographique de lourdes opérations déjà réalisées avant de relancer des investigations à long terme. Mais de nouveaux terrains émergeront en cours du contrat.

Production et échanges. L’étude du port rural antique de Blainville-sur-Orne (Calvados) celle du site de production de pourpre de Commes (Calvados) seront complétées par une enquête archéologique et paléo-environnementale du territoire qui les entoure (coord. C. Allinne). Différents aspects de la production du fer seront abordés à travers le PCR sur la Métallurgie par réduction directe et charbonnage en Pays de Bray (coord. C. Colliou), une enquête entre terrain et textes sur les tuileries médiévales et modernes de Barbery, Calvados (coord. J.-B. Vincent, A. Dubois, A. Bocquet-Liénard et X. Savary) et la publication d’officines de potiers médiévaux et post-médiévaux, en particulier celles produisant les vases « à œil-de-perdrix » des XIIIe-XVe s. (coord. B. Fajal).

Les fortifications et les résidences élitaires médiévales, laïques ou religieuses, constituent une thématique traditionnelle du laboratoire. Un chapitre de synthèse sera consacré aux fortifications mérovingiennes (Oxford Handbook of the Merovingian World, L. Bourgeois). La monographie de L’habitat fossoyé de Pineuilh, Gironde (APP), qui a livré un exceptionnel ensemble de matériaux organiques des Xe-XIIe siècles(coord. F. Prodéo et L. Bourgeois), sera complétée par une exposition au Musée d’Aquitaine (Bordeaux). La publication des opérations de fouille programmée de trois châteaux normands, Château-Ganne (Calvados), Bretoncelles (Orne) et Vatteville-la-Rue (Seine-Maritime) s’étalera sur la durée du contrat quinquennal (coord. A.-M. Flambard Héricher). La fouille exhaustive du château de Suscinio (Morbihan), initiée en 2013, fera également l’objet d’une synthèse à l’achèvement des opérations en 2018 (coord. K. Vincent). Enfin, le vaste projet de mise en valeur du château de Caen (2014-2018) fera l’objet d’une convention avec la Mairie de Caen.

Villes et villages.
Pour le cadre urbain, les travaux en cours ou envisagés sur les agglomérations antiques de Valognes et de Montaigu-la-Brisette (Manche) (coord. L. Jeanne) et sur la cité gallo-romaine de Bayeux (coord. G. Schutz) concernent les continuités et ruptures de ces sites dans leur environnement politique et économique, de l’Antiquité au Moyen Âge.
La plaine de Caen a livré des données d’une exceptionnelle richesse sur les organisations villageoises, en particulier pour les derniers siècles du Moyen Âge, qui invite à une relecture du phénomène des habitats désertés. La monographie du village abandonné de Saint-Ursin de Courtisigny à Courseulles-sur-Mer (coord. Cl. Hanusse) permettra d’articuler édition papier et édition numérique des données de fouille. Le village-rue de Trainecourt à Grentheville fera l’objet d’un traitement équivalent, couplé avec une analyse de l’environnement et un dépouillement des registres de tabellionage (coord. Cl. Hanusse et M. Casset).
Enfin, l’articulation entre la communauté des vivants et celle des morts sera considérée à travers une enquête sur les Silos et sépultures. Le rapport entre la mort et le stockage au premier Moyen Âge (coord. É. Peytremann) et la publication de l’opération programmée menée sur L’église Saint-Pierre de Thaon, Calvados (coord. C. de Seréville-Niel), qui intègrera l’étude des édifices successifs depuis l’Antiquité et de 450 sépultures du cimetière paroissial.