Centre de recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
UMR 6273 (CNRS/Université de Caen Normandie)





Rechercher

 


 

 

Vient de paraître

 

Produire et recycler la monnaie au Bas-Empire




CNRS

Accueil > Recherche et activités > Projets scientifiques des thèmes et des axes > Thème 1. Migrations, conquêtes, diasporas et identités, de l’Antiquité au début de l’époque moderne

Thème 1. Migrations, conquêtes, diasporas et identités, de l’Antiquité au début de l’époque moderne

par Micael Allainguillaume - publié le , mis à jour le

Responsables : Christine Delaplace et Pierre Bauduin

Le thème « Migrations, conquêtes, diasporas et identités de l’Antiquité au début de l’époque moderne » rassemble les chercheurs de l’unité autour de quelques points communs : la réflexion sur la terminologie et le contenu des concepts employés ; un fort potentiel international et transdisciplinaire (langues et civilisations, histoire, archéologie de terrain et en laboratoire notamment en paléoanthropologie) ; la réponse à une demande sociétale qu’il est nécessaire d’éclairer en replaçant les processus étudiés dans le temps, au travers de situations historiques concrètes. Les recherches s’orienteront dans deux directions :

Les aires spatio-temporelles déjà étudiées au Craham

Les « grandes migrations » et l’installation des « Barbares » en Occident (IIIe-VIe s.)

Ces travaux engagés dans le précédent quinquennal (publication du volume posthume d’Y. Modéran sur les Vandales) seront poursuivis dans plusieurs directions avec :

  • la publication (2017), par É. Fournier, d’un volume sur Exiling Bishops in Late Antiquity : Victor of Vita and the Vandal “Persecution” (titre provisoire, University of California Press), analyse à la fois historique et littéraire de l’Histoire de la persécution vandale, selon une méthodologie critique. Par ailleurs, il s’agira d’étudier l’usage de l’exil à l’encontre des évêques des autres royaumes germaniques des Ve et VIe s., afin de fonder une étude plus vaste de ce phénomène pour l’Occident latin (articles, présentation lors de la conférence de Patristique d’Oxford, en 2019, chapitre dans les Studia Patristica en 2020 ou 2021).
  • La publication par Ch. Delaplace d’une Histoire de la fin de l’Empire romain d’Occident. Les relations entre Rome et les Wisigoths de 382 à 534, paru en 2015 aux Presses universitaires de Rennes a permis l’émergence au Craham d’une recherche sur le long terme dans ces domaines de l’histoire des « grandes migrations » et des royaumes post-romains. La remise d’autres travaux de Ch. Delaplace sur les événements du Ve s. en Occident, la Gaule dans l’Antiquité tardive, la période 475-534 sont prévus dans deux volumes de la collection Nouvelle Clio. Le volet religieux est envisagé (monographie par Ch. Delaplace, Ph. Pergola) sur la christianisation des campagnes durant l’Antiquité tardive (particulièrement pour la Gaule et l’Italie).
  • La mise en place d’une équipe internationale sur les problèmes de fusions politiques et culturelles dans les royaumes romano-barbares d’Occident après les Migrations des Ve-VIe s. est en voie de constitution (partenariat avec la Casa de Velázquez, le Deutsche Ärchaeologisches Institut de Berlin, les universités de Leeds, Leicester et York en Grande-Bretagne). Des rencontres thématiques périodiques auront lieu dès 2017 ; coord. Ch. Delaplace, É. Fournier).
  • Enfin, afin de permettre une ouverture vers un grand public de la thématique, il s’agira de proposer au Musée de l’Histoire de l’Immigration la mise en œuvre d’une grande exposition sur « les Migrations à l’aube de la France » (coord. Ch. Delaplace).

Le monde viking et l’expansion des Normands (VIIIe-XIIe s.)
En relation avec l’axe transversal sur les mondes normands dans l’Europe médiévale, il s’agira de poursuivre les enquêtes sur le monde viking et l’expansion des Normands dans les îles Britanniques et en Méditerranée.
Dans le prolongement des échanges franco-russes (P. Bauduin, A. Bocquet-Liénard), il est prévu d’approfondir les travaux engagés sur les céramiques à fonds marqués identifiés sur des sites à l’est et à l’ouest de l’Europe et des recherches sur les échanges culturels révélés par les données céramiques dans les régions riveraines de la Baltique, en Russie et en Ukraine aux VIIIe-XVe s. La coopération avec l’est de l’Europe sera élargie à d’autres sujets (échanges culturels, migrations, paléoanthropologie et archéologie funéraire) avec les pays baltes Une attention particulière sera apportée aux données anthropologiques. Il s’agira de développer à moyen terme les coopérations issues du programme « Le génotypage de SNP visant à cartographier le génome entier d’un petit échantillon de la population moderne de la presqu’île du Cotentin : une étude de cas détaillée » (sous la direction de T. King ; R. Jones, P. Bauduin), réalisé avec l’université de Leicester dans le cadre du programme « The Impact of Diaspora on the Making of Britain » financé par le Leverhulme Trust.
L’étude des débuts de la principauté normande et des processus d’insertion des Scandinaves dans le monde franc bénéficiera de la poursuite des travaux engagés dans le domaine de l’historiographie et sera abordée sous l’angle de l’histoire monétaire, sur le monnayage ducal normand dans le contexte de l’évolution des pouvoirs en France du Nord (« The disintegration of the Carolingian Empire (late 9th century) – a reevalution of the numismatic evidence », 2016-2018). Le contexte d’implantation des Scandinaves bénéficiera de l’étude des données de fouilles menées sur un ouvrage de défense élevé contre les Vikings : le fort d’Alizay, près de Pont-de-l’Arche, sur la Seine (V. Carpentier).
Par ailleurs, une biographie du duc Richard II (996-1026) est en préparation (P. Bauduin) et le Craham poursuivra sa collaboration avec D. Bates (University of East Anglia) qui a publié en 2016 un volume sur Guillaume le Conquérant paru aux Yale University Press (collection « English Monarchs »).
L’implication dans les travaux portant sur la conquête de l’Angleterre et l’établissement des Normands dans ce pays prendra plusieurs directions : la participation aux événements scientifiques marquant les commémorations de 1016 (conquête de Cnut le Grand) et 1066 ; les collaborations autour du Domesday Book (« The Conqueror’s Commissioners : Unlocking the Domesday Survey of South-Western england », 2014-2017, resp. J. Crick (King’s College London) ; projet autour du « Great Domesday Book » déposé à l’AHRC à l’automne 2015, resp. D. Bates), qui nécessiteront l’expertise et les outils du Craham sur la documentation anglo-normande (bases Scripta ; Actes des évêques normands). Par ailleurs, l’arrivée dans l’unité de L. Jean-Marie permet de développer les travaux sur les identités et réseaux des élites portuaires et urbaines en Normandie et en Angleterre (XIIe-début XIVe s.). Enfin, le Craham est membre du GDR 3434 « Mondes britanniques ».
L’étude de l’expansion des Normands en Méditerranée bénéficie des collaborations nouées avec l’Italie (Naples, Rome, CESN d’Ariano Irpino) et de la poursuite de l’édition de l’œuvre de Geoffroi Malaterra (M.-A. Lucas-Avenel), en particulier les livres III et IV portant sur la conquête de la Sicile et les expéditions normandes contre Constantinople, et qui soulèvent des questions relatives à l’acculturation et à la constitution des identités.
Enfin, diasporas et identités forment également un aspect important d’un programme de recherche sur les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux (resp. P. Bauduin). Trois rencontres scientifiques sont prévues jusqu’en 2018 (deux rencontres ont déjà eu lieu en novembre 2015 (Caen) sur la terminologie dont les actes ont été publiés sous forme de billets du carnet de recherche MNM, et en 2016 (Ariano Irpino) sur l’historiographie des mondes normands, dont la publication est prévue en 2018) sur ce thème. Une troisième se tiendra en octobre 2017 sur les objets, acteurs et passeurs des transferts culturels. Une synthèse sur les Vikings en rapport avec cette thématique est projetée (P. Bauduin).

Une approche plus thématique couvrant tout l’éventail temporel antique et médiéval

Conquête et mémoire / commémoration (incluant l’historiographie, les constructions commémoratives, etc.)

Les recherches s’orientent dans deux directions. La première porte sur les « mémoires de conquêtes », en collaboration avec celles qui sont engagées dans le thème 1. Cela concerne les travaux de J. Le Maho sur une Historia perdue des premiers ducs de Normandie (Xe s.), la publication de l’œuvre de Dudon de Saint-Quentin, enfin les travaux sur l’historiographie des Normands d’Italie (M.-A. Lucas-Avenel).
Une enquête (C. Blonce) sur la fonction symbolique et idéologique des arcs de triomphe dans l’élaboration du discours impérial, à Rome et dans les provinces, en analysant l’impact du christianisme et le poids de la référence au passé dans la conception du discours impérial, depuis les Sévères jusqu’à Théodose, a été présentée sous forme d’une communication à une journée d’étude d’études sur « La parure monumentale des cités en Afrique et à Rome à l’époque tardo-antique : entre évolution et conservation », organisée par C. Blonce le 10 février 2017. Ces travaux se font en collaboration avec le programme « Monumenta. Traces écrites et figurées de la mémoire dans l’empire romain », porté par l’UMR 6298 (Artehis, Dijon), l’UMR 8164 (Halma-Ipel, Lille III) et l’UMR 8210 (Anhima, Paris). Par ailleurs, la publication d’une monographie (Monumentum aeternum. L’arc monumental dans le monde romain du début du IIe s. au début du IVe s. ap. J.-C.) est prévue pour 2017 (C. Blonce).

Identités (ethniques, civiques, provinciales, religieuses et de leurs expressions [incluant les supports textuels, monumentaux, iconographiques ou matériels de ces expressions]).
T. Haziza avancera une recherche sur « Les Grecs en Égypte avant Alexandre », destinée à l’étude des contacts (militaires, commerciaux, culturels) des Grecs avec les Égyptiens à partir du IXe s. avant J.-C. jusqu’en 331.
Les travaux récents ou en cours sur la romanisation puis sur l’évolution particulière de chaque province de l’empire romain à partir du IIIe s. invitent fortement à avancer des pistes de recherche sur les évolutions différenciées de chaque province et pour la Gaule, une étude politique, sociale et monumentale (reposant sur des études de textes, des recherches prosopographiques et archéologiques) des destins différents de la Gaule du Nord et de la Gaule du Sud à partir du IVe s. (Ch. Delaplace).
L’ensemble des recherches menées sur les identités fera l’objet d’un séminaire thématique destiné à croiser les approches et à approfondir la réflexion sur les concepts employés dans ce domaine de recherche.

Lieux structurant les communautés familiales, politiques, religieuses ou culturelles
Le début du quinquennal verra la publication du colloque de Cerisy « Purifier, soigner ou guérir ? Maladies et lieux religieux de la Méditerranée antique à la Normandie médiévale. Regards croisés » (Ch. Delaplace, D. Jeanne, C. de Seréville-Niel, P. Sineux). Plusieurs actions seront entreprises dans le prolongement de ce sujet, notamment sur « les lieux de soin du corps et de l’âme (hôtels-Dieu, infirmeries, léproseries, maison des aveugles, etc.) » (D. Jeanne), avec la réalisation d’un inventaire de cet encadrement par le soin à l’échelle de la province ecclésiastique de Rouen ; l’organisation d’une table ronde ou d’un PCRI sur les lieux d’hospitalité en comparant les situations diverses selon les régions, dans la perspective d’un colloque international avec l’Université de Nottingham – programme Disease Disability and Medicine in Medieval Europe – et l’Université de Brême – programme Homo debilis. Dis/ability in Pre-Modern Societies.
Ces recherches s’accompagneront de la préparation de la publication de la léproserie d’Aizier (C. de Seréville-Niel, M.-C. Truc) et d’une étude en vue de la fouille de la léproserie de Creully (Calvados). Elles bénéficieront de collaborations internationales (E. Brenner, Wellcome Library) et pourront s’accompagner de la publication par D. Jeanne de Perdre ou garder la face ? Enquête sur la place des lépreux et des léproseries dans la société du Moyen Âge normand (VIIIe – XVIe s.).
Dans le cadre d’une enquête sur la topologie mémorielle de l’Antiquité au Moyen Âge (V. Hincker, C. de Seréville-Niel), il est proposé de reprendre l’étude des nécropoles de l’Antiquité et du haut Moyen Âge déjà fouillées en Basse-Normandie sous l’angle de la topologie, en s’attachant à analyser l’apparat funéraire sous toutes ses formes dans sa fonction de médiation mémorielle à l’origine de la structuration des aires sépulcrales et du choix des lieux retenus pour l’implantation de celles-ci dans le territoire. La mise en œuvre de ce programme a déjà été initiée par la réalisation d’une fouille en partenariat avec le conseil départemental du Calvados sur une nécropole du haut Moyen Âge découverte à Basly (Calvados) en 2016. Enfin, une rencontre scientifique abordant le passage des mausolées, memoriae païennes, aux sépultures privilégiées paléochrétiennes et au phénomène des sépultures ad sanctos est envisagée (resp. Ch. Delaplace).

Approches paléoanthropologiques et funéraires, comme support de l’étude des migrations, des changements politiques, sociaux et religieux
Ce volet bénéficie des données ostéologiques présentes au Craham (ostéothèque de 11000 individus) et des spécialités développées récemment, par exemple dans le domaine de la cémentochronologie.
Les enquêtes s’orientent notamment sur les périodes « charnières » des Ve-VIe s. et IXe-Xe s., qui n’ont pas fait toujours l’objet d’investigations approfondies. L’enquête passera par la poursuite du recensement des sites intéressant ces périodes et l’actualisation des données sur certains sites (nécropole Michelet de Lisieux, groupe épiscopal de Rouen, Saint-Georges de Boscherville, Saint-Pierre de Darnétal, Mondeville, Cherbourg) et par le dépôt d’un projet de PCR.
Les recherches s’appuieront sur des comparaisons avec d’autres régions. Ainsi en Champagne-Ardennes, plusieurs sites du haut Moyen Âge (habitats et nécropoles) ont fait l’objet de fouilles ces dernières années. C’est le cas de la nécropole de Saint-Dizier (52), étudiée par M.-C. Truc, ou encore de celle de Vitry-la-Ville (51), par B. Tixier. Cet important ensemble funéraire de quelque 400 sépultures des Ve-VIIe s. fait l’objet d’un projet de PCR (2016-2017) consacré au mobilier funéraire. L’objectif est de replacer la nécropole dans ses contextes historique et géographique. Un inventaire détaillé du mobilier encore disponible, notamment celui conservé au Musée d’Archéologie Nationale de Saint-Germain-en-Laye, est en cours, en préalable au montage du PCR. Ce travail s’intégrera à une étude globale de la nécropole, aboutissant à la publication d’une monographie.
Pour des périodes plus tardives, il est prévu de poursuivre l’enquête (commencée à partir des sites de Saint-Sauveur de Caen et Saint-Pierre de Thaon) sur le sevrage alimentaire des populations immatures, et les problèmes carentiels et alimentaires éventuels dans une optique de comparaison entre des populations rurales et urbaines et avec des populations modernes (XVIe-XVIIIe s.) du Canada (I.Ribot, Université de Montréal). Un des objectifs sera, d’ici la fin du quinquennal, d’orienter cette thématique de recherche vers l’étude des phénomènes de transition (S. Naji, thèse de J. Pacory débutée en Octobre 2016).