Centre de recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
UMR 6273 (CNRS/Université de Caen Normandie)





Rechercher

 


 

 

Vient de paraître

 

alban gautier




CNRS

Accueil > Qui sommes-nous ? > Présentation

Le centre Michel de Bouärd

par Micael Allainguillaume - publié le , mis à jour le

Le Centre Michel de Boüard, Centre de recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales est une Unité Mixte de Recherche (UMR Université/CNRS) localisée à l’Université de Caen Normandie. Son fondateur éponyme, Michel de Boüard (1909-1989), fut le rénovateur de l’archéologie médiévale en France. Il dirigea le Centre de recherches archéologiques du CNRS de 1972 à 1976 et fonda le Centre de recherches archéologiques médiévales (Cram, devenu Centre Michel de Boüard - Craham) en 1954/1955, dans le souci de rassembler des chercheurs issus de différents domaines, historiens, archéologues de terrain et spécialistes de l’archéométrie.

D’abord principalement tourné vers l’archéologie, le laboratoire s’est ouvert progressivement aux historiens du Moyen Âge, puis de l’Antiquité. Il a intégré en 2008 le Centre de recherche sur l’Antiquité et les Mythes (Cerlam – EA 966) rassemblant des historiens et des spécialistes de langues et de littératures grecque et latine. Cette insertion s’est fondée sur un projet, de sorte que les deux équipes de recherche ne se sont pas superposées mais ont travaillé à une programmation commune. Pour le Craham, elle a représenté tout à la fois une ouverture pluridisciplinaire et l’opportunité de renforcer certaines spécialisations interdisciplinaires (ex. sur l’historiographie médiévale) et transdisciplinaires (humanités digitales).

Le Centre Michel de Boüard-Craham (UMR 6273) rassemble aujourd’hui quelque 150 chercheurs, enseignants-chercheurs (historiens, archéologues, latinistes et hellénistes), ITA/BIATSS, doctorants et membres associés autour trois thèmes et deux axes transversaux qui permettent de mieux identifier les spécialités de l’unité et d’intégrer les nouveaux projets. Les trois thèmes sont : 1 - « Migrations, diasporas, conquêtes, identités de l’Antiquité au début de l’époque moderne », 2 - « Culture matérielle, réseaux économiques et sociaux : productions, usages et représentations » ; 3 - « Héritages, imitations et écritures du passé » ; et les deux axes transversaux s’intitulent A - « Érudition et numérique (production de données, exploration de corpus) » et B - « Les mondes normands dans l’Europe médiévale ».

L’UMR est active dans le domaine des fouilles de terrain : fortifications, village déserté, infrastructure portuaire antique, églises et nécropoles ; découvertes fortuites exceptionnelles, etc.

Elle abrite un ensemble de services exceptionnel pour une unité de recherche en SHS : un laboratoire de paléoanthropologie ; un laboratoire d’archéométrie-céramologie, doté d’un matériel de caractérisation de haut niveau ; un laboratoire de numismatique ; un service d’archéomatique ; un service d’édition et de communication, un service de dessin-cartographie ; une bibliothèque de recherche spécialisée en archéologie et en histoire du Moyen Âge ; de collections importantes (ostéologique et numismatique).

Le Craham s’implique fortement dans le domaine des humanités numériques en collaboration avec la MRSH de Caen : base de données Nummus (monnaies) ; l’outil de données Scripta (chartes normandes Xe-XIIIe siècle) ; programme d’éditions de textes papier et électronique (ex. Tabularia ; Chronique de Geoffroi Malaterra ; projet Ichtya (corpus de traités latins d’ichtyologie)) ; « Bibliothèque virtuelle du Mont Saint-Michel » (étude et valorisation des fonds anciens de la bibl. mun. d’Avranches). Il est membre fondateur de l’Equipex Biblissima et participe aux consortiums CAHIER, COSME, MASA, ce qui souligne la reconnaissance de l’unité dans le domaine des humanités numériques.

En matière de valorisation, l’UMR assure l’édition scientifique d’Archéologie médiévale éditée chez CNRS Éditions. La revue électronique Tabularia, publiée par les PUC, est également élaborée au Craham ainsi que la revue Kentron. Toutes ces revues sont classées par l’AERES ; Archéologie médiévale est l’une des principales revues internationales de référence dans ce domaine de recherche. Par ailleurs, l’UMR dirige la collection des « Publications du Craham » éditée par les Presses universitaires de Caen).

L’ouverture à l’international a été vivifiée par le développement de collaborations avec l’Italie, la Russie, la Scandinavie, la Grande-Bretagne. Trois chaires d’excellence (2 portées par l’unité, 1 en collaboration avec la MRSH de Caen) financées par la région Basse-Normandie et de FEDER ont permis de renforcer ces liens en faisant venir des chercheurs britannique, danois et italien. Deux échanges de chercheurs (2008-2009 ; 2012-2013) financés par le CNRS et l’Académie des Sciences de Russie ont permis d’approfondir les collaborations avec les collègues russes. Les relations internationales de l’unité s’orientent prioritairement vers la Grande-Bretagne, l’Italie, la Scandinavie, l’Allemagne, la Russie, le Japon, les Etats-Unis.

Le Centre Michel de Boüard a étendu ses partenariats avec les acteurs régionaux et nationaux de l’archéologie (conventions avec les services régionaux de l’archéologie (SRA) de Bretagne et de Basse-Normandie ; avec le Service d’archéologie du Calvados ; avec l’INRAP) et de manière ponctuelle avec des acteurs privés de l’archéologie. Le Centre a développé ses actions avec le pôle « Document numérique » la MRSH de Caen sur la base d’une complémentarité recherche (assurée au laboratoire)/ingénierie (assurée à l’USR). L’unité contribue à la structuration de la recherche. Ses membres participent à des GDR CNRS (« Diplomatique » GDR 3177 ; « Mondes britanniques » GDR 3434) ; GDRI « Zoomathia » agréé en 2014 à des projets ANR (CREAMYTHALEX, CHARCIS, CARE, ESPACHAR, SOURCECYME), à différents Projets collectifs de recherches (ou Projets d’action spécifiques), dont 8 sont portés par des membres de l’unité.

Modalités de rattachement au Centre Michel de Boüard