Centre de recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
UMR 6273 (CNRS/Université de Caen Normandie)





Rechercher

 


 

 

Vient de paraître

 

Produire et recycler la monnaie au Bas-Empire




CNRS

Accueil > Recherche et activités > Projets scientifiques des thèmes et des axes > Axe transversal B. Les mondes normands dans l’Europe médiévale

Axe transversal B. Les mondes normands dans l’Europe médiévale

par Micael Allainguillaume - publié le

Responsables : P. Bauduin et V. Gazeau

L’objectif de cet axe transversal est de rassembler les recherches sur les mondes normands dans l’Europe médiévale – un champ d’enquête qui positionne le Craham sur un créneau unique en France – développés dans les trois thèmes de la programmation scientifique de l’unité présentés ci-dessus. Les mondes normands médiévaux sont ici entendus au sens large pour désigner d’une part les espaces où s’établirent les Scandinaves aux VIIIe-XIe s. et de l’autre les territoires qui ont été sous domination normande en France, dans les îles Britanniques et en Méditerranée aux XIe-XIIe s. Les deux ont en commun d’être présentés comme le résultat de mouvements d’expansion qui ont profondément marqué l’histoire européenne, mais qui admettent aussi suffisamment de différences – quant à leur contexte, leur déroulement, leurs modalités et leur portée – pour que le second ne soit pas simplement considéré comme la continuité du premier. Placer l’étude des mondes normands médiévaux dans un axe transversal permet donc d’embrasser ces thématiques dans une perspective commune, globale, comparatiste et en lien avec des partenariats internationaux (Grande-Bretagne, Italie, Russie, Scandinavie, USA), avec la collaboration de la MRSH de l’UCBN (notamment l’Office universitaire d’études normandes (OUEN),coorganisateur des colloques internationaux de Cerisy-la-Salle sur la Normandie médiévale).

Un volet thématique rassemblant les travaux sur les mondes normands dans l’Europe médiévale
L’historiographie contemporaine des mondes normands (XIXe-XXIe s.)
Ces recherches visent à examiner quelles ont été les constructions historiographiques depuis le XVIIe s., en voyant la place des « Normands » dans le « roman national » de chaque pays. Il s’agira également d’évaluer leur influence sur notre connaissance de l’histoire des mondes normands. Quels axiomes ont influencé les débats historiographiques ? Au-delà de leur identification et de leur inventaire, il est nécessaire d’en comprendre la généalogie, les implications, la prégnance, le rejet ou la déconstruction, et de chercher à explorer les orientations d’une histoire des mondes normands élaborée à partir de questionnements qui dépassent les cadres nationaux, les écoles ou les traditions académiques. Cette thématique a fait l’objet d’un colloque international tenu à Ariano Irpino dont les actes sont en cours de publication.
Un autre volet du programme de réflexion sur l’historiographie concerne les débuts de l’archéologie monumentale avec les travaux de Charles de Gerville et d’Arcisse de Caumont.

Pouvoirs, espaces, réseaux des élites laïques et ecclésiastiques, transferts culturels dans les mondes normands
Les recherches sur les mondes normands médiévaux amènent à inscrire une réflexion portant plus spécifiquement sur les processus (circulation, réseaux, contacts, échanges culturels) qui expliquent ou façonnent les territoires politiques et religieux, les cultures et les identités et les relations entre les différents espaces « normands ». La réflexion engagée sur les mondes normands permet ici d’aborder des aspects qui ne sont pas spécifiquement développés dans les trois principaux thèmes du projet scientifique, et d’en renforcer ainsi l’articulation.

Réseaux, circulations des hommes, des idées, des biens
Outre les programmes sur migrations, conquêtes, diasporas et identités, il s’agit d’orienter les enquêtes dans plusieurs directions : les réseaux réformateurs (pour comprendre, dans leur contexte européen, les spécificités des modalités de la réforme dans les mondes normands), les réseaux de confraternité dans lesquels circulent les hommes, les livres, les œuvres (travaux de S. Lecouteux) ; les modèles de sainteté et le culte marial dans les mondes normands ; les réseaux de correspondances. Les carrières laïques (au service du roi-duc anglo-normand ou des rois de Sicile) et ecclésiastiques (évêques, prosopographie des abbesses, XIe-XIIIe s.) sont un autre biais pour étudier la circulation des individus et des influences.
La dimension maritime des espaces où interagissent les Normands a maintes fois été soulignée, que ce soit dans le cadre de l’expansion des Vikings, des relations transmanches du royaume anglo-normand ou des conquêtes normandes en Méditerranée. Il s’agit d’un aspect qui ouvre à de nouvelles collaborations du Craham, à l’échelle internationale, dans le cadre de projets de recherche (projets européens « The role of the Eastern Baltic » et « PORTRADE » cf. thèmes 1 et 2) ou de réseaux structurants.

Les constructions politiques et territoriales ; l’administration des territoires laïques et ecclésiastiques
Les travaux prennent appui sur les recherches menées sur les fondations scandinaves, la principauté normande, l’Angleterre, les Normands en Méditerranée. Ils porteront particulièrement sur le rôle des élites séculières dans ces processus (la maîtrise du territoire par le biais des châteaux normands, réseaux aristocratiques, élites maritimes et urbaines qui contrôlent ou façonnent, pour partie, les relations transmanches). Paroisses et diocèses dans la Normandie médiévale (enclaves diocésaines, paroisses sous juridiction spécifique) constituent un autre volet des recherches engagées sur ce terrain.
Pratiques de l’écrit et création littéraire
L’étude de la production écrite dans les mondes normands est à contextualiser au sein de l’écrit européen. On cherchera à identifier les foyers normands de production documentaire et littéraire, à repérer les réseaux et les influences qu’ils révèlent, en lien avec les thèmes 1 et 3.
Il s’agit de travaux en diplomatique – y compris en sigillographie – sur les archives cathédrales, épiscopales, abbatiales, léproseries, en langues latine et française, essentiellement dans l’espace normand et celui de l’Europe du Nord-Ouest en partenariat avec les archives départementales de Normandie et nationales, et en lien avec le GDR « Diplomatique » (s’il est reconduit), le consortium Cosme (Consortium Sources Médiévales) reconduit en 2017 du TGIR Huma-Num et l’ERIC DARIAH.
Par ailleurs, en lien avec la préparation des éditions critiques des œuvres historiographiques de Geoffroi Malaterra (volume II) et de Dudon de Saint-Quentin ainsi que des poèmes de Serlon de Bayeux, on poursuit les recherches comparatives sur la production littéraire de langue latine au sein des mondes normands (recherches sur les influences des modèles antiques, bibliques ou alto-médiévaux ; stratégies d’écritures ; imitations et réécritures, en relation avec les recherches menées au sein du thème 3). Ces travaux participent à une réflexion plus générale sur les constructions commémoratives dans les mondes normands.
Enfin, les travaux sur la circulation des textes bénéficient des recherches engagées sur les bibliothèques (notamment celles de Fécamp et du Mont Saint-Michel) en lien avec l’Équipex Biblissima.

Des rencontres scientifiques
Le Craham continue à s’impliquer dans les colloques annuels du cycle « Normandie médiévale » coorganisés avec l’OUEN dans le cadre de la MRSH au CCIC (Centre culturel international de Cerisy-la-Salle). Au cours du quinquennal 2017-2021, deux colloques tenus en 2015 et 2016 seront publiés : « La guerre en Normandie au Moyen Âge » (octobre 2015) ; « Écrire à l’ombre des cathédrales : pratiques de l’écrit en milieu cathédral (espace anglo-normand et France de l’Ouest – XIe-XIIIe s.) » (juin 2016).
Dans le cadre d’un programme de recherche sur les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux, une rencontre scientifique est prévue ( « Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux (VIIIe-XIIe siècle) : objets, acteurs et passeurs », octobre 2017) après les deux précédents organisés en 2015 et 2016 (en novembre 2015 sur la terminologie, et en 2016 sur « Les historiographies des mondes normands, XVIIe-XXIe s. : construction, influence, évolution » (Ariano Irpino, mai 2016). l’ensemble de la publication de ces trois rencontres est prévue au cours du quinquennal 2017-2021).
D’autres rencontres sont prévues : des rencontres dans le cadre des travaux du GDR 3434 « Mondes britanniques » ; un second colloque sur la poésie latine dans les mondes normands.

Des outils
Depuis quelques années, le Craham s’est doté d’outils qui permettent à la fois de publier des travaux sur les mondes normands médiévaux, de communiquer ses propres recherches, de faire référence et de constituer un réseau à l’échelle nationale et internationale. La revue Tabularia qui passera prochainement sur Revues.org est un outil de valorisation et de diffusion des recherches qui s’est régulièrement élargi aux mondes normands médiévaux. Le carnet Mondes normands médiévaux (http://mnm.hypotheses.org/) se veut un outil de réseautage des recherches entreprises aux échelles nationale ou internationale. Son comité scientifique se compose de sept chercheurs représentatifs des mondes normands. Ceux-ci pourraient participer à la structuration d’une communauté de spécialistes en proposant l’animation d’un réseau des institutions de valorisation des mondes normands de l’Europe médiévale (Haskins Society, CESN d’Ariano Irpino, la Battle Conference on Anglo-Norman Studies, etc.).
En lien avec l’axe transversal « Érudition et numérique », il s’agira également de mettre à disposition et/ou d’enrichir des corpus tels que SCRIPTA, la collection des actes des évêques de Normandie (2019), des textes historiographiques et hagiographiques, les outils créés dans le cadre de Biblissima. Un projet Vexicaen (Valorisation, Exploration et Indexation de corpus des ActEs Normands) a été soumis à la Région Normandie en 2017 afin de développer afin de développer la synergie et de valoriser 4 projets imbriqués (SCRIPTA , E-CARTAE, Thesaurus, Charcis) quant à leurs objets et aux opérations menées dans le cadre d’ANR ou de collaborations entre le Craham et le « Pôle du document numérique » de la MRSH de Caen qui a contribué à la mise en œuvre des outils cités ci-dessus.