CNRS

Rechercher




Accueil > Ouvrages en ligne > Archéologie médiévale 11 > 1re partie : Les fortifications de terre en Europe occidentale du X e au XII e s. (Colloque de Caen, octobre 1980)

1re partie : Les fortifications de terre en Europe occidentale du X e au XII e s. (Colloque de Caen, octobre 1980)

Version plein texte :1

L’équipe d’archéologues médiévistes qui travaillait sur le terrain depuis 1949 a reçu, durant l’année 1954-1955 le statut de Centre de recherches au sein de l’Université de Caen ; associée quelques années plus tard au C.N.R.S. sous le nom d’E.R.A. 62, elle est devenue en 1972 l’U.R.A. n° 2 du Centre de recherches archéologiques. Elle a célébré, du 2 au 5 octobre 1980, le 25e anniversaire de sa création. Au cours d’une séance solennelle, le professeur Max Robba, président de l’Université de Caen, a remis les insignes du grade de docteur honoris causa au professeur Walter Janssen, de l’Université de Wurzburg et à M. Arnold J.
Taylor, inspecteur général honoraire des Monuments Historiques de Grande-Bretagne. Puis durant deux jours s’est déroulé un colloque sur « Les fortifications de terre en Europe occidentale du Xe au XIIe siècles ». À cet effet, trois rapports avaient été préparés et largement diffusés au début de juillet 1980 ; ils portaient respectivement sur les thèmes suivants : la motte ; l’enceinte castrale ; château et pouvoirs de commandement. Le Colloque avait pour objet de les discuter et de les commenter.

Certes, dans l’histoire des sociétés de l’Europe occidentale au Moyen Âge, et notamment dans la genèse et le développement de la seigneurie châtelaine, les habitats fortifiés de terre et de charpente semblent avoir joué un rôle tout à fait comparable à celui de certains châteaux de pierre. Si l’on a choisi d’en faire une étude particulière c’est :

a) en raison de l’originalité de structure qui est la leur dans la grande famille des châteaux ;

b) parce qu’ils ont été jusqu’ici fort peu étudiés ;

c) parce que certains historiens refusent encore de les reconnaître comme des châteaux ;

d) parce que leur extraordinaire diffusion dans la plus grande partie de l’Europe pourrait avoir notablement modifié les conditions de la vie sociale et notamment les pouvoirs de commandement sur les hommes et sur les biens.

On trouvera ci-après le texte des rapports sommaires consacrés aux trois thèmes retenus, et la teneur intégrale ou résumée des remarques qui ont été formulées par les participants au cours du Colloque.


1. Le contenu de ce site relève de la législation française sur la propriété intellectuelle et est la propriété exclusive de l’éditeur. Les œuvres figurant sur ce site peuvent être consultées et reproduites sur un support papier ou numérique sous réserve qu’elles soient strictement réservées à un usage soit personnel, soit scientifique ou pédagogique excluant toute exploitation commerciale. Toute autre reproduction est interdite sauf accord préalable de l’éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France.

Discussion du Rapport III

Châteaux et pouvoirs de commandement

Rapport III

Châteaux et pouvoirs de commandement

Discussion du Rapport II

Les enceintes circulaires médiévales

Thème II

Les enceintes circulaires médiévales

Thème I

La motte