Centre de recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
UMR 6273 (CNRS/Université de Caen Normandie)





Rechercher

 


 

 

Vient de paraître

 

alban gautier




CNRS

Accueil > Qui sommes-nous ? > Laboratoires et services communs > Anthropologie > Le service

Le service

par Juliette Dupré - publié le , mis à jour le

Les locaux

1. Les bureaux :
Le laboratoire de paléoanthropologie du Centre Michel de Boüard-Craham comprend deux bureaux agencés pour que les espaces de travail puissent être partagés entre personnels titulaires et membres non permanents du laboratoire ou visiteurs extérieurs. Une bibliothèque spécialisée est mise à disposition avec un espace d’étude dédié destiné à l’accueil d’étudiants et chercheurs dans le cadre de leurs travaux de recherche.


2. Les salles de travail :
Principale

Une salle de travail dédiée au traitement technique du matériel osseux comprend de vastes paillasses permettant le lavage des os ainsi qu’une table de séchage. Des espaces sont aussi dévolus à l’étude des squelettes avec outillage spécialisé pour réaliser les mesures ostéométriques et les observations morphologiques. Enfin, des vitrines pédagogiques exposent des cas morphologiques caractéristiques ou présentant des pathologies particulières.

Annexes

Deux salles de travail communes au Craham sont en permanence mises à disposition du service de paléoanthropologie pour l’encadrement des travaux pratiques des étudiants du parcours Archéologie de l’Université de Caen (L2 et Master 1 ou 2 notamment).
Ces salles sont très régulièrement utilisées par les membres du service, mais également par des chercheurs et étudiants extérieurs accueillis dans le laboratoire, pour mener des travaux de post-fouilles, analyse de mobilier et des ossements notamment.




3. L’ostéothèque
Deux réserves (une grande, une petite) permettent le stockage des collections en cours de traitement ou archivées au laboratoire. Environ 10500 squelettes provenant de 151 sites archéologiques sont conservés au Craham.

Étude ostéologique

Le laboratoire dispose de tous les outils spécifiques nécessaires à l’analyse ostéométrique et morphologique des sujets mis au jour sur les sites archéologiques (mandibulomètre, compas d’épaisseur, table ostéométrique…).

JPEG - 420.4 ko

Des vitrines pédagogiques d’exposition comprennent des ossements présentant des traits morphologiques caractéristiques ((2) caractères osseux discrets, critères osseux d’estimation de l’âge ou de détermination du sexe…), des cas de traumatisme de la vie courante (fracture du fémur, de l’avant-bras…) ou spécifiques de violences interpersonnelles (coup de hache ou d’épée, décapitation...(1)). Quelques cas d’intervention thérapeutique sont également exposés (trépanation, réduction de fracture…).
1.

JPEG - 428.8 ko

2.

JPEG - 1.4 Mo

Différentes parties du squelette comportant des atteintes pathologiques dégénératives, infectieuses ou congénitales y sont également présentées (cas de tuberculose, de syphillis, d’ostéomyélite, de lèpre…).


Sont également exposés des exemples d’ossements pour la caractérisation sexuelle (1), ou encore donner une fourchette d’âge pour des individus immatures (2).
1.

JPEG - 412.4 ko

2.

JPEG - 515.7 ko

Étude du cément dentaire

La méthode

ICI

Plateforme technique du service

Le service dispose d’un équipement spécialisé pour la réalisation de lames minces, installé dans le service d’archéométrie-céramologie du Craham. S’y trouvent :


une micro-tronçonneuse Buehler

Tronçonneuse IsoMet - Buehler

une pompe à vide, des moules silicone pour l’inclusion des dents archéologiques dans la résine

Dents archéologiques incluses dans des blocs de résine avant découpe

du matériel d’observation constitué d’un microscope pétrographique équipé d’un appareil photo Nikon et d’une loupe binoculaire à lumière polarisée. Cet équipement est mutualisé avec le service d’archéométrie-céramologie

Observation au microscope Zeiss (x40 ou x10)

SIG archéo-funéraire

Dans le cadre des travaux menés sur la population mise au jour au sein des cimetières du groupe épiscopal de Rouen, un SIG dédié associant données de terrain et de laboratoire avait été créé. Ce SIG prend en compte l’ensemble des données disponibles pour un site.
Conçu avec le progiciel Macmap®, il permet de faire des comparaisons statistiques et d’établir des corrélations entre individus. Cet outil facilite également la définition de phases d’inhumation, aide à déterminer les éventuelles sélections liées au sexe, à l’âge ou aux pathologies. Il permet également de mieux visualiser les regroupements éventuels d’individus liés aux caractères morphométriques ou morphoscopiques présents dans les populations étudiées.

Regroupements de sépultures. Groupe épiscopal de Rouen, Cour des Maçons (XIe-milieu à fin XIIe siècles)

Cette première base de données est en cours d’adaptation et d’approfondissement à partir du travail mené sur les sites de Thaon et d’Aizier en cours d’étude. L’objectif est d’obtenir une interprétation à la fois spatiale, sociale et diachronique des populations inhumées.


D’autres outils employés par les membres du service aident à mettre en évidence la chronologie des tombes (le Stratifiant® ou Stratify® ou à identifier des sectorisations préférentielles par période, en fonction de l’âge, du sexe des inhumés, de la concentration ou de la migration de mobiliers associés aux défunts (céramiques, monnaies…).

Stratigraphie dans l’église Saint-Pierre de Thaon (le Stratifiant®)
Stratigraphie relative du choeur de l’église Saint-Pierre de Thaon (Stratify®)