Centre de recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
UMR 6273 (CNRS/Université de Caen Normandie)





Rechercher

 


 

 

Vient de paraître

 

alban gautier




CNRS

Accueil > Annuaire de l’unité > Doctorants

Robin, Opale

✉opale_r@msn.com

Directeur de thèse : Luc Bourgeois - Co-directeur : Benoît Clavel

Titre de la thèse : La conduite des élevages ovins du Bas Moyen-Âge à l’époque Moderne dans le Centre-Ouest de la France


Projet de thèse


Problématique

Le projet de recherche que je souhaite développer sous la direction de L. Bourgeois (Université de Poitiers) et la co-direction de B. Clavel (CNRS/MNHN), porte sur la conduite des élevages ovins du Bas Moyen Âge à l’époque Moderne (du XIIIe siècle au XVIIIe siècle) dans le Centre-Ouest de la France. Cette problématique sera abordée par le développement d’une méthode basée sur la statistique, l’ostéométrie et la morphométrie géométrique qui permette de décrire et de mieux appréhender les formes des animaux du cheptel ovin dans un espace régional.
Le but est de caractériser les troupeaux (à partir des vestiges osseux) dans les sites producteurs (comme les abbayes, véritables exploitations agricoles au Moyen Âge). Il s’agira ensuite de voir dans les sites consommateurs (les villes) d’où viennent ces animaux et par là reconstituer les circuits d’échanges et d’approvisionnement. Nous seront amenés à comprendre l’origine de l’hétérogénéité des cheptels médiévaux et modernes et ainsi aborder les ressorts relatifs au brassage génétique à l’aube de l’émergence des races (telles qu’elles seront définies au XIXe siècle. Dans ce cadre, les données viseront à intégrer les données originales des établissements religieux et ruraux fouillés ces dernières années en Poitou-Charentes. Notre approche doit prendre en compte aussi les contextes urbains déjà étudiés ou en cours d’analyses. Les assemblages osseux retrouvés dans les cités contribuent en effet efficacement à appréhender les questions relatives à l’élevage dans la mesure où les os sont aussi porteurs d’information sur ce thème. Certes il s’agit de déchets culinaires, mais le travail consistera à réaliser une étude plus générale de l’ensemble du mobilier. Les résultats plus cohérents qui seront ainsi obtenus permettront de s’affranchir d’éventuelles variations dues aux contextes sociaux. Ils permettront d’aborder, peut-être à terme, les problématiques liées aux relations entre monde des villes et monde de la campagne par le biais des approvisionnements carnés (origine des animaux, etc…).
Afin de remplir cet objectif nous nous attacherons à travailler sur des thématiques plus précises.

Spécialisation et particularisme régionaux
L’activité agro-pastorale dépend de nombreux facteurs culturels, environnementaux ou politiques qui influencent la structure agraire d’un territoire. Le but est donc de repérer, par l’intermédiaire des témoins osseux, des transformations qui conduiront peut-être à des spécialisations inégales et possiblement provisoires dans les régions que nous comptons étudier. Le délicat problème de la spécialisation des sites ne peut être convenablement traité que par la recherche de l’exhaustivité sur une microrégion, ce qui implique l’étude d’un nombre important d’ensemble. C’est dans cette optique, et en collaboration avec des archéologues intégrant l’étude de l’ensemble du matériel archéologique (outillage agricole, constructions, habitations, céramiques, semences fossiles), que je compte élaborer une problématique visant à entreprendre l’analyse spatiale d’un territoire à l’instar de la région du golfe d’Aunis.
De prime abord, il faut retrouver parmi les dissemblances possibles entre les ossements celles dues au dimorphisme sexuel et à la différence mouton/chèvre. Seulement, il semble que les variations observées lors de la détermination de certains sites Poitou-charentais soient supérieures au nombre auquel on devrait s’attendre (mâle/femelle, mouton/chèvre). D’autres paramètres sont donc à prendre en compte dans l’étude des variations de formes des ossements d’ovi-caprins. Il semble bien y avoir des populations diverses sur le territoire du Centre-Ouest de la France.
Plusieurs méthodes peuvent être abordées afin de tenter la caractérisation de populations au sein d’une région, voire d’une microrégion.

Développement d’approches scientifiques d’analyses des troupeaux
Après avoir rassemblé les pièces osseuses de caprinés sur chacun des sites étudiés, le maximum de données utiles à la réalisation des méthodes scientifiques sera collecté. Les outils d’analyses devront être approfondis et modifiés au gré des découvertes archéologiques afin de garder leur pertinence. Ils devront être systématiquement testés de façon statistique afin de s’assurer de leur fiabilité. L’intérêt de cette recherche sera de confronter les différentes méthodes exposées ci-dessous et de caractériser des populations animales archéologiques par la combinaison et la confrontation des divers résultats obtenus.
Les log-ratios permettront de comparer un ensemble d’individu à un modèle choisi et ainsi d’observer les regroupements éventuels par hauteur au garrot. Nous tenterons ainsi d’étudier l’évolution des moutons, de tenter de caractériser les individus mâles et femelles et les différences entres les moutons et les chèvres et enfin les variations de taille des bestiaux en fonction de leur provenance.
Les log shape ratios, complétés par une analyse en composante principale, permettront de regrouper les individus par groupes autres que ceux imputables aux différences de taille au garrot. l’étude des log shape ratios des mesures d’ossements archéologiques du Centre-Ouest de la France tentera de regrouper les individus par ensemble qui pourront être rattachés à des lieux, des environnements, des pratiques d’élevage et d’utilisations de l’animal ou encore d’autres caractéristiques différentielles.
Enfin, la morphométrie géométrique est une analyse des variations de conformation des os au sein des échantillons par le biais des statistiques. Ainsi, elle permet de regrouper des individus en fonction de la forme de leurs ossements et d’observer les évolutions ou particularités entre groupes (réponse morphologique à des variations environnementales, amélioration zootechnique en fonction du type d’élevage…). Alors, certaines formations de parties d’os propres à une population pourront être révélées et permettre l’observation de regroupement d’individus.
A toutes ces méthodes, devra s’ajouter l’étude plus classique de l’élevage dans le Centre-Ouest de la France des ovins : estimation des âges, particularités liées au troupeau, à son élevage et l’économie lié à la production carnée.